#15873
Avatarhector
Participant

Vous posez @hector une question implicite que je retrouve plus ou moins à la lecture de tous les tests qui concernent des jouets articulés. Le mouvement (rotation, inclinaison ou autre) de la partie du jouet qui est insérée dans l’organisme (vagin ou anus) semble limité par la pression des parois et retransmis vers la partie externe. La logique d’utilisation demanderait donc de stabiliser cette partie externe pour que le mouvement bénéficie de toute son ampleur au niveau de la zone ciblée. Votre utilisation du « Stronic drei » me paraît placer la zone de stimulation plus sur l’anus que sur la prostate.

Bonjour @Andraneros
Je pense que le mouvement du drei est celui voulu par le constructeur. En tout cas, même en ayant l’anus ou le vagin plus dilaté et plus lubrifié, je ne suis pas sur d’arriver à quelque chose d’aussi sympa.
Je sens bien le déplacement du mécanisme à l’intérieur du jouet et cela se ressent bien sur l’entrée de l’orifice. Après l’énergie est telle que cela provoque des sensation sur le reste du jouet et irradie dans les chaires aussi (dans les réglages les plus fort je sens mes fesses et tout mon pubis vibrés sous les coups du drei). Mais il est vrai que le jouet ne bouge pas vraiment à l’intérieur (enfin c’est comme ça que je le ressent), c’est le mécanisme qui bouge à l’intérieur du jouet.
D’ailleurs si l’on regarde le zwei, ça base est plus étroite pour permettre de le maintenir en place, je ne vois pas alors comment il pourrait faire des vas et viens si ce n’est le mécanisme à l’intérieur.
Pour le coté stimulation de la prostate, le drei n’est pas très adapté à mon avis (ou je manque d’expérience). Il est trop long et le placer de manière à stimuler la prostate favorise son éjection. Je me retrouve alors avec une stimulation très agréable mais que je n’arrive pas à garder car si je viens bloquer la partie extérieur, la stimulation baisse vraiment et si je ne la bloque pas, le jouet est éjecté.