#19717
HyménéeHyménée
Participant

Bonsoir à vous,

Je remercie moi aussi Andraneros sans qui le forum ne serait pas le même !

Tout à fait, merci Andraneros 🙂

J’ai lu ce soir tout le fil de discussion de Lerris, et c’est vrai que ton parcours est magnifique ! Bravo ! 🙂

Plusieurs choses me sont venues à l’esprit. La première est que souvent, je me suis dit : c’est pas possible : il y est, mais ne s’en rend pas compte.

Pourquoi ne pas vous idre simplement que vous êtes arrivés, qu’il n’y a plus rien à aller chercher ?

De toute façon, on n’a pas conscience des étages suivants. On les espère, on les imagine, on passe à côté tant qu’ « on » ne nous a pas permis de les atteindre.

Le « on » peut être selon chacun. Cela peut être cette part de vous dont vous décrivez, Lerris, comme étant en lutte pour le contrôle de votre propre corps.

Pour ma part, cela a très longtemps été … mon contexte social : j’attendais qu’ « on » n’attende plus rien de moi, pour que je puisse passer un cap orgasmique. Alors, j’ai appris à être très attentif à mon environnement pour déceler la faille, savoir prendre la fuite en ayant donné ce que j’avais à donner. Et j’ai beaucoup donné.

Vous avez aussi parlé de la lourdeur de votre corps. Votre séance avait amené votre corps dans un état de détente dont vous n’aviez pas conscience. J’ai aussi souvent vécu cela : un eespèce d’état modifié de conscience. J’avais l’impression que le temps avançait différemement aussi tellement j’étais pris par l’extase. Cela m’arrive moins, voire pas du tout. Disons que je n’y fais plus attention. Mon attention est ailleurs. 🙂

Sinon, j’ai appris avec le Pure Wand à me faire jouir … comme une femme fontaine. stimulation très énergique de l’intérieur du rectum, alors que ce dernier est dans un état d' »ouverture » et le demande. Il faut oser être à l’écoute de son corps, attendre qu’il s’exprime, qu’il dise : fais moi jouir, et laisser faire ses gestes pour contenter. Là, l’orgasme prend tout sur son passage, avec une belle palpitation des muscles de la vessie.

Mais le Pure Wand ne peut se réduire à cela : il peut laisser émerger des orgasmes un peu partout : hier soir, il m’est arrivé quelque chose d’étonnant : j’ai repensé à ma masseuse que je n’ai fréquenté depuis longtemps, alors que le Wand m’avait déjà bien chauffé de l’intérieur. Je ne bougeais plus, finalement content de ce début de session. Le wand était en stationnaire et je me suis laissé emporté par un fantasme sans même m’en rendre compte, m’imaginant bientôt aux côtés de ma masseuse, telles des retrouvailles bienheureuses et m’imaginant m’ouvrir totalement à un orgasme par un va-et-vient du wand. Je me souviens de son regard brillant la dernière fois où j’ai fait cela avec elle. Une barrière s’est dissipée dans mon fantasme, et tout à coup, mon corps m’a rappelé au réel car il avait commencé sa danse et me voulait à ses côtés. C’est vraiment délicieux de s’abandonner comme cela, pris dans le ciel des fantasmes.

On peut faire ce qu’on veut d’un corps qui s’est décidé à tout recevoir, à tout donner, sans limite, sans contrainte.

En tout cas, Lerris, je vous trouve suffisamment cérébral pour atteindre les sommets. Continuez et profitez ! 🙂

Pour ma part, j’ai eu beaucoup de moments de doute, des moments de flip, avec un corps qui n’acceptait pas d’avoir été agressé dans ses faiblesses. Il faut savoir se baigner dans le pardon, reconnaitre ses maladresses et diriger sa fougue vers l’inaccessible.

Il faut oser y aller seul, lacher prise avec ce « on » qu’on a réussi à nommer, mais qu’on n’a pas osé affronter. C’est mon chemin. Je vous le propose. Ce n’est pas le chemin d’Andraneros, qui parie sur les échanges dans le couple. Chacun son chemin 🙂