#21065
maxmax
Participant

Bonjour .

J’ai mentionné plus tôt ma première expérience de massage prostatique avec le Nexus Revo. Pour ceux qui ne le connaissent pas; le Nexus Revo est un masseur assez volumineux qui dispose d’un mécanisme qui actionne la tête du masseur par rotation sur la prostate. Il en existe un test sur NXPL.
Je sais pour l’avoir lu ici et là qu’il n’est généralement pas apprécié par les pratiquants confirmés du massage prostatique. Je reconnais que je n’ai jamais atteint l’orgasme avec ce sextoy Néanmoins, le fait de l’évoquer aujourd’hui me donne envie de le ressortir de sa boite pour voir ce qu’il donnerait, maintenant que je sais où mène le plaisir prostatique. On en reparlera peut être.

Cette expérience avec le Nexus Revo a été une étape déterminante pour moi dans la mesure où cet objet m’a permis de localiser clairement ma prostate.
Dès ma première introduction, sans même le mettre en route, j’ai senti qu’il appuyait précisément à un endroit très agréable. C’est vrai qu’une fois en place, l’objet était bien adapté à ma morphologie. A la mise en marche, la pression de la tête du masseur m’a procuré immédiatement du plaisir. Combien de fois ai-je pensé que c’était vraiment bon. Mais pas d’orgasme, ni même quelque chose s’en approchant. Je pense aujourd’hui que j’attendais trop d’une stimulation très « physique » et c’est vrai que le Nexus Revo appuie assez fortement sur la prostate. Certainement beaucoup trop. Cette pression assez forte m’a procuré du plaisir mais je comprends que certains d’entre nous ne l’apprécient pas car cette pression peut s’avérer gênante.
Donc, merci au Revo qui m’a permis d’identifier ma prostate comme un organe de plaisir, mais quels regrets après coup de m’avoir mis sur une mauvaise voie. Je m’explique : trop longtemps j’ai été enfermé dans cette idée que l’orgasme viendrait grâce à cette pression forte sur la prostate. Quelle erreur, car c’est justement l’inverse qui m’a amené au septième ciel : la douceur, la relaxation, l’abandon.
C’est grâce à votre site que je suis sorti très progressivement de cette ornière, grâce à tous ces témoignages dans lesquels je me suis reconnu mais aussi tous ceux qui évoquaient des ressentis qui me semblaient étrangers.
Par exemple, dans un témoignage, un membre du forum parlait d’écrasement de la prostate en précisant que c’était ce qu’il fallait absolument éviter. L’écrasement de la prostate… c’est exactement ce que j’ai fait durant trop longtemps, tout ça à cause de mes premiers émois prostatiques avec le Revo.
Beaucoup parlaient de délicatesse, de douceur et moi je me trompais : je ne massais pas la prostate, je la brutalisais par une pression trop forte. Et souvent, ne sentant pas venir l’orgasme, je prenais l’objet à pleines mains pour y aller encore plus fort, en simulant une sorte de sodomie musclée. Je ne dis pas que cela n’est pas plaisant, mais ce n’est probablement pas la voie vers l’orgasme prostatique tel que je le connais aujourd’hui.
Une autre mauvaise voie induite par le Revo : la passivité. Alors que beaucoup de témoignages parlaient de sphincters actifs, de muscles internes en action, de mon côté, je me contentais de me faire masser automatiquement.
Aujourd’hui je sais (pour moi en tout cas) que c’est la combinaison de plusieurs muscles qui m’entraine inévitablement vers le (les) orgasme(s).

Votre site vantant les mérites de l’Aneros Helix, il me fallait faire connaissance avec ce masseur.

C’est la suite de l’aventure. A bientôt.