#21121
fideliofidelio
Participant

La réponse que m’a faite @andraneros sur son dernier post m’a donné l’envie de faire ici un nouveau point sur ma progression avec l’Helix. Il se peut que je sois susceptible d’avoir bien eu des mini O’ sans les définir comme tels, tellement je suis habitué à mettre le mot « orgasme » sur un évènement conçu comme une montée de l’excitation suivie d’une libération.

En fait, si c’est bien le cas, cela fait déjà quelques mois que je suis capable de me mettre dans un état de tension sexuelle et d’excitation tels que je me retrouve submergé de vagues de plaisir successives bien supérieures à celles d’un orgasme pénien, et qui peuvent tourner en boucle pendant assez longtemps si je suis bien chauffé.
Je sais très bien isoler mes muscles PC désormais, ceux situés dans l’anus et ceux des sphincters aussi, et je peux en jouer pour tenter de moduler mes sensations. Quand les contractions involontaires débarquent j’essaie de les cultiver en intercalant des contractions volontaires entre deux. Pour y arriver il faut vraiment que la « machine » ait chauffé au minimum 1/2 heure, que je ne sois pas fatigué ou mal dans ma peau, et que mon excitation soit forte (ce dernier point étant vraiment très important).
Le rewiring s’est fait aussi par les tétons. Au fur et à mesure des semaines ils sont devenus plus sensibles et érectiles, et la connexion entre eux et ma prostate est chaque fois un peu plus marquée. Ils me servent un peu de starter pour faire en sorte que la mayonnaise prenne.
A partir du moment où les contractions se sont enclenchées et que petit à petit le plaisir s’est accru, je me retrouve sur une espèce de palier de sensations très puissantes qui me tirent des râles et m’enfoncent la tête dans l’oreiller, c’est délicieux mais en même temps infiniment frustrant parce que ça ne débouche sur rien. Si je continue, au bout d’un moment les contractions s’amplifient, deviennent de plus en plus longues et profondes, je finis par ne plus en pouvoir et je décide de terminer par un orgasme pénien. Cet orgasme est toujours très puissante, surtout depuis que j’ai pris l’habitude d’ôter le Helix à ce moment-là pour appuyer fortement sur la prostate avec un dildo. Effet garanti !

Donc voilà, si ça se trouve je parviens à avoir des mini O’ sans m’en apercevoir ! La suggestion que m’a faite @andraneros de changer de paradigme dans l’idée que je me fais de ce qu’est un orgasme, et aussi de travailler sur le retardement des contractions musculaires pour augmenter encore l’excitation et le plaisir sont les points que je vais creuser à l’avenir.

Je suis en train de lire actuellement le livre « the multi-orgasmic man », qui est en fait à la base surtout un bouquin pour aider les hommes qui sont victimes d’éjaculation précoce à se contrôler, et qui présente des similitudes étonnantes malgré tout avec le Traité d’Aneros. Il y a toute une partie consacrée au « chi », cette énergie électrique qui parcourt le corps et dont se servent les acupuncteurs. Les taoistes encouragent la stimulation de la prostate et du pénis dans le but de produire cette énergie, mais eux considèrent que l’éjaculation est un gaspillage de cette énergie. Ils proposent à la place (par les contractions des sphincters et des muscles PC) de la rediriger vers la colonne vertébrale, puis vers le cerveau, pour enfin la renvoyer au nombril, lieu de stockage final du chi. Le parallèle avec l’orgasme prostatique tels que certains le décrivent sur ce forum me parait assez évident.
Cela me fait aussi penser à une possible sortie d’ennuis pour @lerris dont les contractions s’accompagnent désormais d’une douleur derrière l’oeil. Peut-être qu’il devrait penser à aller voir un acupuncteur qui pourrait dénouer le blocage énergétique au niveau de son visage.