#21148
AndranerosAndraneros
Modérateur

Je peux dire que si la fréquence des sessions de stimulation prostatique, avec ou sans masseur, devait engendrer une prostatite, je serais un client très régulier des services spécialisés en urologie de ma région. Ce n’est pas du tout le cas. Je me porte aujourd’hui aussi mal ou aussi bien qu’avant le début de mon cheminement.

Les seuls inconvénients que je subis sont des douleurs musculaires légères et passagères quand de temps en temps mes sessions génèrent des contractions mal maitrisées, un peu trop violentes et nombreuses.

L’emprise d’un comportement à caractère addictif est une question très personnelle qui dépend de nombreux facteurs. La meilleure méthode pour l’éviter est sans doute de s’efforcer de garder un équilibre sain entre toutes ses activités personnelles, familiales, professionnelles et sociales, physiques et intellectuelles ou artistiques. Cela dit cette forme de jouissance est tellement gratifiante qu’elle peut effectivement devenir une forme de refuge pour oublier tous les désagréments de la vraie vie. Mais c’est dans la vraie vie que nous nous construisons et que nous vivons…

Bon cheminement à tous.