#22373
aneveilaneveil
Participant

Bonjour @BZO

Je suis désolé d’avoir pu utiliser des mots pouvant être reçus comme un jugement et je vous demande de m’en excuser, mais j’avais simplement cru percevoir une certaine insatisfaction face à touts ces accessoires :

Et le moins que je puisse écrire, c’est que le résultat a été assez décevant,
autant les premiers modèles que j’ai achetés, les Aneros Progasm et Vice
ont dépassé toutes mes espérances, autant les autres modèles que j’ai achetés, ont laissé quasi de marbre ma prostate.

Il est vrai que même en dehors de la sexualité et par exemple dans un domaines « artistiques » comme la photographie (par exemple) je suis souvent confronté à des personnes, (le plus souvent débutantes) qui attachent beaucoup trop d’importance au matériel et négligent totalement la qualité du regard ou encore un minimum de démarche ou d’analyse, bref je suis globalement de plus en plus attaché à l’être qu’a l’avoir [Et je referme cette aparté…]
Si j’avais été célibataire, j’aurai aussi sûrement essayé beaucoup plus de sex-toys, notamment le PURE Njoy G Spot Metal ou sa copie bon marché le G-Spot Metal Wand qui d’après les témoignages semble procurer des expériences assez uniques
Je vous rejoins aussi sur les différences de plaisirs ressentis car je ne sentais rien avec l’Helix qui n’était sûrement pas fait pour moi et je pense qu’il faudrait dans l’idéal concevoir des masseurs prostatiques sur mesure.

Le plaisir Prostatique est en effet fascinant, il existe une infinité de manières de l’aborder et chaque cheminement est unique, mais sons sommes nombreux à vivre plus ou moins intensément une forme de féminité, pour autant je pense que nous restons homme aussi troublant que cette expérience puisse être. J’ai longtemps cru que cette féminité « prenait toute la place » car je ne me retrouvais plus dans mon masculin ce qui fut la source d’une très grande angoisse surtout dans ma vie de couple. Il me semble à présent important d’accueillir avec bienveillance ce féminin en nous (car il nous complète) sans rejeter pour autant notre polarité qui est fondamentalement masculine, je pense même qu’il est important de restaurer ce masculin qui peut être très perturbé, voir dévalorisé lors de ces nouvelles expériences.
Je perçois alors de plus en plus le plaisir prostatique comme une part intégrante et une expansion de ma sexualité masculine (la prostate étant après tout un organe essentiellement masculin) L’expérience d’être pénétré, cette sensation de féminin qui peut nous emplir est simplement dû à un plaisir interne beaucoup plus profond et sensoriel qui nous était alors inconnu.
Il me semble de plus en plus important d’équilibrer et d’unir en nous ce féminin et ce masculin, je suis d’ailleurs très touché et fasciné par les conférences de Diane Bellego qui a beaucoup approfondie ce sujet.