#23447
Avatarfredd
Participant

C’est peut-être l’inconscient qui parle, mais je n’ai pas l’impression d’avoir un grande culpabilité par rapport à cette nouvelle pratique. Je comprends évidemment qu’il faille « dédramatiser », mais pas de drame !

« L’implication de votre partenaire lors de vos expériences prostatiques peut grandement contribuer à vous sentir plus détendu et serein pour aborder ces deux formes de plaisir. »
Là en revanche, cela serait plus compliqué. En effet, mes jeux avec l’Aneros (et même parfois sans, juste en contractant), sont mon jardin secret, que j’aurais du mal à aborder avec ma partenaire. Pas de honte, mais quand même un sujet délicat à partager !

Pour le moment, je continue ma pause prostatique. Je tenterai de nouveau quand l’envie sera trop forte, mais le début de la réponse d’Aneveil ne me pousse pas trop à « jouer »…