#24559
AndranerosAndraneros
Modérateur

Souvent aux symptômes que tu décris @jieffe les personnes dépressives en ajoutent un autre que leur entourage supporte d’autant plus mal qu’il échappe à toute rationalité. Elles reproduisent en boucle des comportements inadaptés dans des situations apparemment résolues quelques semaines voire quelques jours plus tôt. Cela signifie que, même si tu peux avoir avec ta femme une conversation positive à l’occasion d’un moment propice, tu ne peux pas être sûr que la ou les conclusions de votre discussion restent valides longtemps après. Il faut donc en permanence être patient, attentif et rassurant.

Ça peut aussi la rassurer, de savoir que je recherche du plaisir en solo plutôt qu’avec une autre personne.

C’est un argument qui est à mon avis très important. Même dans sa dépression ta femme sait que tu as besoin de vivre ta sexualité et peut comprendre que tes sessions de massage prostatique t’aident à répondre à ce besoin en restant auprès d’elle et en attendant des jours meilleurs, à condition qu’elle soit persuadée de la permanence de ton affection.

Bref, pour s’affranchir de ce sentiment d’abandon que nos compagnes peuvent ressentir, est ce que leur avouer notre pratique après quelques temps d’exploration ne serait pas la solution ?

Oui si cet aveu est fait lors d’une conversation positive engagée dans de bonnes conditions comme je le dis plus haut. Tu as d’autant plus le droit d’exprimer tes besoins
1. qu’elle est adulte,
2. qu’elle sait ce qu’est la sexualité, même si son état et les effets des médicaments qu’elle prend ou a pris réduisent sa libido à néant,
3. que tu es en mesure de lui prouver quotidiennement que cette pratique ne t’éloigne pas d’elle,

Oui si cet aveu évite un sentiment de trahison, dans le cas où elle découvrirait ta pratique à ton insu, ou y met fin dans le cas où elle l’a déjà découverte.

Pour répondre à ta dernière question, oui mais cette évolution a pris du temps et ne s’est faite, très vraisemblablement, que parce que les bases de notre relation étaient saines.

Bon cheminement @jieffe.