#25386
AndranerosAndraneros
Modérateur

@jieffe tu poses la question miroir de la mienne, qu’est-ce qu’un bon acheteur ?
Celui qui cède à la tentation sans réfléchir et facilite le développement du commerce ?
Celui qui cède à ses fantasmes, ce qui est un point fondamental du plaisir sexuel ?
Celui qui paye le meilleur rapport qualité-prix selon ses propres critères, au nom du bon sens ?
Celui qui paye la qualité avant tout, ou la promesse de qualité, au nom d’un certain idéalisme ?
Celui qui paye l’efficacité, ou la promesse d’efficacité, au nom du pragmatisme ?
Celui qui paye la nouveauté et alimente à sa manière le progrès ?
Celui qui paye la durée et le nombre d’utilisation, en d’autre termes le prix unitaire de l’orgasme ?
Je partage ta conclusion @jieffe. Nous faisons partie des acheteurs qui s’efforcent de garder leur bon sens mais cette attitude demande qu’on soit capable de prendre du recul.


@whattimeislove
a raison de mentionner « la construction mentale de l’excitation avant d’utiliser l’objet ». Peut-on devenir aussi consumériste dans ce domaine que, par exemple, dans celui de l’entretien de la maison ? En ce qui me concerne la réponse reste non. Le plaisir sexuel, même libéré de toute honte et dissocié de la reproduction, même devenu un divertissement socialement accepté, contient comme tous les divertissements une part de rêve.

Bon cheminement à tous.