#26088
AndranerosAndraneros
Modérateur

@zapa je reviens sur la formulation de la première phrase de votre message d’ouverture :

Lors de l’utilisation d’un aneros, en solitaire, quels fantasmes utilisez-vous pour lancer l’excitation ?

Est-ce que cela veut dire que, quand vous pensez à votre masseur ou quand vous décidez de faire une session de massage, vous n’avez aucune excitation au point de devoir la « lancer » ? Si c’est le cas je crois que la manière dont les autres gèrent leur propre excitation ne vous apportera aucune aide. Les fantasmes ne vous ouvriront pas automatiquement la porte des orgasmes, pas plus que toute autre « technique ». C’est notre personnalité et la somme de nos expériences qui sont à l’origine de nos fantasmes. Ces deux domaines sont difficilement transposables d’une personne à un autre.

Votre message d’ouverture est empreint d’une certaine angoisse relative à votre identité sexuelle. J’espère que les réponses déjà apportées vous aident à calmer cette angoisse et à accepter l’idée que l’utilisation d’un masseur prostatique ne changera pas votre identité sexuelle. @whattimeislove nous a dit hier :

La nature m’a fait homme, avec des terminaisons nerveuses sur mes seins, dans mon périnée, mon anus et ma prostate, et je me sens simplement plus « complet » aujourd’hui que je les découvre en pour en tirer du bien être.


@peri
disait en avril 2017 :

Apprendre à vivre le plaisir en le ressentant dans notre corps plutôt que dans nos fantasmes.
A présent, je considère mes fantasmes comme une manifestation d’une excitation physique. Je ne m’en sers pas pour accroitre mon excitation, je préfère me concentrer sur les zones de mon corps ou le plaisir se manifeste. Ainsi, je me libère de schémas mentaux obsédants. Ceux qui, il y a quelques semaines, me poussaient à éjaculer avec peu de plaisir.

Cette pratique vous fait découvrir de nouveaux pans de votre sensualité et de votre sexualité. Soit vous avez l’esprit libre et vous acceptez cet enrichissement, soit votre conditionnement social et moral vous interdit cette découverte et vous met en situation de conflit. Dans ce dernier cas vous pouvez simplement renoncer à cette forme de jouissance pour garder l’équilibre de votre vie antérieure ou au contraire vous interroger en profondeur sur la nature de votre être avec l’aide éventuelle d’un spécialiste (psychologue, sexologue…).

C’est ainsi que vos fantasmes viendront naturellement vous aider à faire monter votre excitation sans mettre en danger votre personnalité. Bon cheminement @zapa.