#26238
AndranerosAndraneros
Modérateur

On fait maintenant plus ce qu’on dirait “faire l’amour” que faire du sexe pour être poli

Cette évolution fait partie des effets secondaires de la découverte du plaisir prostatique. C’est formidable @Spele42. .

Faut il obligatoirement avoir ces convulsions avant qu’arrive l’orgasme super O ?

• Obligatoirement – Le plaisir prostatique n’est pas une expérience uniforme. Il est plus profond, il concerne un plus grand nombre de nerfs et il est plus cérébral que l’orgasme centré sue le pénis. Il donne donc normalement des sensations très différentes et provoque des réactions très variées. C’est pourquoi l’adverbe « obligatoirement » ne me paraît pas adapté à sa description.

• Convulsions – Les forums spécialisés présentent des témoignages qui décrivent des orgasmes prostatiques qui plongent le corps dans une détente très profonde, dans un bain de jouissance purement cérébrale. Ce sont les « calm seas orgasms » ou « orgasmes des mers calmes ».

• Super O’ – Le plus souvent l’intensité de la jouissance est telle qu’elle paraît insoutenable, qu’à ce moment on perd tout contrôle et que des spasmes réflexes se produisent. Dans ce cas les convulsions accompagnent éventuellement la fin de la montée du plaisir et l’orgasme mais ne le précèdent pas.

• Convulsions avant qu’arrive l’orgasme – Cette situation est souvent décrite mais elle me gêne pour deux raisons. La première est qu’elle est en contradiction avec la recherche de la détente et du relâchement musculaire. La seconde est que l’importance qu’on lui donne peut conduire des débutants à reproduire par ce biais l’attitude qu’ils ont lors de leurs masturbations traditionnelles.

Comme c’est une situation que je ne connais pas, je suis peut-être mal placé pour en parler. Je laisse la parole à nos amis qui vivent leurs orgasmes prostatiques et super Os’ avec plus d’agitation que je ne le fais. Bon cheminement @Spele42.