#26268
JieffeJieffe
Participant

Bonjour Filou,

Tu sais je pense souvent à toi et à comment est ce que l’on pourrait t’aider. Je ne suis qu’un débutant et n’ai eu que quelques petits succès, mais ça m’ennuie que tu restes sur le bord du chemin. En tout cas, je salue ta persévérance.
As tu dans un premier temps éliminé toutes couses physiques? Hors mis certaines pathologies qui je pense peuvent freiner ou interdire l’accès à la jouissance prostatique, je pense que nous sommes tous faits pareils, à peu de choses près, et qu’il n’y a aucune raison que ton physique t’interdise cet accès.
Ce que j’ai compris, c’est que tu as du mal à te détendre. Mes petites avancées me font entrevoir aujourd’hui que cette détente doit être plus cérébrale que physique. Si l’esprit est détendu, le cops suit. L’inverse ne me semble pas vrai. Alors comment détendre son esprit, surtout lorsqu’il est la proie à de multiples préoccupations, comme beaucoup d’entre nous? La frustration et l’attente que tu montres, bien que justifiées à mon sens, n’aide pas au relâchement. L’idée ici est d’occuper son esprit entièrement sur une chose, une seule, agréable de préférence, qui chassera toutes les autres pensées. Idéalement, ce que j’ai trouvé de mieux, c’est de me faire du bien. Concrètement, j’aime me caresser le corps (description ici), ça fonctionne pour moi, mais ça peut être tout autre chose pour toi. Peu importe, pourvu que ça te corresponde. Lors de cette séance, j’avais bien évidemment le projet de faire une séance avec anéros, bien évidemment que j’avais envie de résultat, mais à analyser à postériori lors de cette phase préliminaire je n’y pensais pas. Mon esprit était totalement focalisé sur ce que je ressentais, mais pas forcément dans la zone pelvienne. Je pense qu’il était non seulement déconnecté de la réalité, de mes soucis et tracas, mais également de la pratique et de l’attente, focalisé sur ce que je ressentais ici et maintenant.

Tu sais, je pense de plus en plus que l’accès à la jouissance prostatique est (presque) purement cérébral, qu’il n’y a pas de recette magique sur la façon de faire, qu’elle appartient à chacun. Alors comment est ce que l’on y parvient??? Mystère, mais je ne suis pas persuadé que ce soit avec telle forme ou telle autre de contractions, bien qu’il y ait tout de même de grandes lignes qu’il faut suivre, au début tout au moins.

Il semblerait, les divers sondages que j’ai rapidement consultés ne sont pas tous d’accord, que seulement entre une femme sur deux et une femme sur quatre ait accès à l’orgasme uniquement avec la pénétration. C’est à dire un orgasme vaginal par stimulation du point G. Crois tu qu’elles soient toutes aussi différentes physiquement que seules quelques élues soient formées de telle façon qu’elles puissent jouir de cette manière, et pas les autres? Je n’y crois pas et les sexologues non plus. Et bien je pense que c’est le même problème pour l’accès à la jouissance prostatique, tout est dans la tête.
Cela t’aiderait peut-être d’ailleurs de consulter des articles ou témoignages à ce sujet, que tu pourrais adapter ensuite.
Je pense vraiment que les deux sujets ne sont pas si éloignés.
Je t’engage à lire par exemple cet article, mais il y en a pléthore, et de témoignages aussi.

Voilà Filou, j’espère que tout ça te parle et pourra au moins un peu t’aider.