#26288
bzobzo
Participant

nouvelle séance,
le premier quart d’heure dans la foulée de ce que j’ai vécu hier,
de nombreux orgasmes comme une chevauchée sauvage à perdre haleine sans temps mort
mais peu à peu je me suis rendu compte,
qu’il y avait trop de frénésie, trop d’intensité libérée, trop rapidement
et que si je voulais un crescendo de la tension sexuelle sur une plus longue durée
avec des moments d’apothéose tombant régulièrement comme des fruits mûrs de l’arbre,
de l’épaisseur, de la consistance,
que ma séance finie, je la vois s’éloigner comme une montagne dont les sommets ont tutoyé les cieux,
il fallait que je me calme, que les coups de griffe se fassent plus caressants,
les pincements, des morsures de la peau plus délicates,
les torsions de la chair, plus calmes, plus intégrées à l’harmonie de la mer
figures de style brûlantes entre deux vagues

je dois faire sentir à mon corps avec mes caresses, aussi bien qu’avec mes coups de griffe
tout l’amour dont je suis capable,
que toute cette violence dont je fais preuve,
c’est toujours de l’amour, pas juste un raccourci
que j’ai trouvé vers quelques orgasmes brutaux sans lendemain
pour qu’il se donne sans restrictions, s’ouvre vers tout l’extase dont il est capable