#26610
bzobzo
Participant

j’ai envie de parler un peu de plaisir anal
car il existe bien durant une séance de massage prostatique
et vice-versa d’ailleurs, on s’enfonce un godemiché
ou on a une bite gorgée de sang bien dure qui va et vient dans le fion,
on éprouve aussi du plaisir prostatique,
ce sont juste les proportions qui changent

pour commencer ma session, je m’enduis de lubrifiant,
c’est une sorte de rituel chez moi,
j’enduis mon g-rider de lubrifiant et avec ce qui reste sur mes doigts,
je vais enduire mon anus, puis à l’intérieur
(je recommence cette opérations toute une série de fois durant la séance
pour rester bien lubrifié)

ces moments avec les doigts apportent leur plaisir spécifique,
je sens mon anus se serrer goulûment au passage
tenter de les happer comme un poisson qui essaierait d’attraper sa proie,
il y a clairement du plaisir anal ici
mais aussi je ne peux m’empêcher de ressentir
que ma prostate semble directement s’éveiller, commencer à émettre

ma théorie est que tout mouvement musculaire dans le bassin
qu’on investit d’une intention à peu près sexuelle,
met en route notre prostate,
celle-ci réagit à tout ce qui se passe dans la région

je le ressens très fortement cela,
ma prostate qui a pris une telle importance dans ma vie,
on a une sorte de dialogue dans la distance durant la journée,
de temps à autre un peu n’importe où,
je lui fais un petit signe, une légère contraction, un serrement de fesse,
rien que pour elle, comme si je lui disais « eh tu es encore là? »,
elle me répond en émettant immédiatement des vibrations de plaisir ,
« oui, oui, merci d’avoir pensé à moi »

la nuit , cela devient carrément une lutte amoureuse,
un corps à corps où il serait difficile de dire qui est qui,
elle, moi, ma prostate qui nous sert entremetteur
tellement on est uni, emmêlé charnellement

après la séance aussi, j’ai pris l’habitude depuis quelque temps,
d’abord de rester immobile, de sentir la jouissance qui s’éloigne en moi
comme une horde de cavaliers qui continuent leur route
puis lentement avec mon fondement encore bien lubrifié et bien en condition,
j’enfonce un doigt, je le pivote un peu, je le frotte contre les parois,
je l’enfonce plus loin, l’anus se serre spasmodiquement autour,
puis je rajoute un deuxième doigt, j’enfonce encore un peu plus loin,
je les tourne lentement tout en changeant la profondeur d’enfoncement
puis je pivote un peu plus rapidement
puis je les enfonce aussi loin que je peux,
je les garde enfoncer aussi fort que possible et je tourne lentement dans toutes les directions
comme si je cherchais une perle rare,
c’est encore un orgasme prostatique assuré à chaque fois dans ces moments
en plus de tout le plaisir purement anal

c’est une excellente occasion de bien sentir la différence
et aussi à quel point l’un ne va pas sans l’autre