#28449
bzobzo
Participant

j’ai remarqué quelque chose d’intéressant aujourd’hui

alors que quand j’applique une contraction,
j’aime fermer les yeux,
accompagnant en quelque sorte le plaisir issu de la contraction
en plongeant vers mes profondeurs à sa rencontre,
gambadant dans les abysses à l’unisson avec lui

quand je me caresse et que j’ai arrêté la contraction,
j’aime avoir les yeux ouverts,
m’imbibant de la vision de mes mains caressant ma peau, mes membres,
m’imbibant de la vision de mon bassin bougeant lascivement, ondulant d’avant en arrière,
m’imbibant de la vision de mes mains agrippant mes seins, les pressant, les caressant,
m’imbibant de cette houle qui anime le moindre mouvement de mon corps

cela contribue à mon excitation fortement de voir tout cela,
je me suis demandé pourquoi
et j’ai compris cela hier soir en fait, pas aujourd’hui

c’était parce que celui qui regarde, celui qui voit tout cela,
c’est moi, le mâle, c’est mon moi masculin,
alors que celui qui agit, celui qui caresse,
celui dont le bassin ondule, celui dont le corps lascivement est en mouvement,
c’est ce féminin qui s’est emparé de mon corps
et qui l’anime selon son désir et selon son plaisir

donc plaisir du mâle voyant la femme en action
et plaisir de la femme sentant le regard d’un homme sur elle
tandis qu’elle se caresse et laisse son corps en chaleur s’exprimer

l’homme donc à ce moment-là,
observe, déguste du regard
et l’instant d’après quand la contraction reprend,
pénètre, enfonce son dard