#28834
bzobzo
Participant

il me lance des appels de type vibratoire dans la zone des reins ou des fessiers.

ça, j’ai çà aussi,
c’est ce que j’appelle l’appel du grand large dans mon fondement
ou encore l’appel de la forêt, l’appel des grands fauves

ceci dit, moi je réponds tout de même par des caresses, des contractions
et des mouvements langoureux du bassin

mais je vois très bien ce que tu veux dire,
c’est un élan intérieur, savoir se lâcher de plus en plus,
il m’arrive de plus en plus d’être empli de frissons, et de vagues de chaleur
rien qu’avec un mouvement lascif du bassin
ou un début de caresse

parfois je reste ainsi, j’esquisse une caresse
puis je ne bouge plus, j’ai l’impression que tout un continent s’est mis en mouvement en moi

toute notre pratique, en fait, c’est avant tout une question de mental,
se lâcher, plonger à la rencontre du plaisir, se laisse emporter,
libérer les forces vives, les forces secrètes en nous

Alors je sens le plaisir remonter vers la poitrine et la gorge, mais que je bloque au niveau vocal : on est au travail !

oui laisse-toi aller vocalement aussi, tu vas voir ,
c’est délicieux d’exprimer son plaisir vocalement aussi

avoir ses oreilles emplis des sonorités émises
par nos entrailles festoyant,notre chair enivrée,
c’est un plaisir supplémentaire, un plaisir décuplé
et puis c’est notre animalité qui s’exprime là,
c’est si bon d’entendre l’animal en nous,
à la fête, rugissant son plaisir, libéré

vocal : on est au travail !

Mais dès que quelqu’un me parle, dès que je me concentre sur autre chose, ça se met en sourdine, et je peux comme si rien ne se passait continuer mon travail. Mais avec la joie dans la poitrine, et le sourire aux lèvres, alors je dis à mon corps : « patience mon ami, patience, ce soir, on pourra s’amuser… » Je sais qu’il m’entend parce qu’il maintient toujours une petite vibration, légère et doucereuse, au cas où je l’oublie. Mais ça, ça ne risque plus d’arriver, nous sommes lui et moi désormais parfaitement réconciliés, la connexion est rétablie.

c’est ta prostate en fait qui est de plus en plus réactive,
prête à vibrer à la moindre sollicitation

son plaisir de poche prêt à être dégainé à la moindre occasion qui se présente,
en quelques secondes, on peut jouir, obtenir un plaisir intense dans tout le corps,
moins d’une minute suffit

c’est un dialogue avec le féminin, en fait, à travers la prostate,
enfin moi c’est comme cela que je le vis,
quand tout mon être vibre au travers de ce féminin mis en route, mis en action,
je suis empli de la chaleur la plus délicieuse et la plus voluptueuse possible,
je me sens tout en courbes animales, en houle lascive, puissante,
la richesse et la vivacité des sensations me bouleverse à chaque fois

bise à toi aussi @epicture