#29216
JieffeJieffe
Participant

Merci pour ta réponse @Epicture

Je pense que c’est la meilleure attitude. Lorsque le corps est en sommeil et que l’on a l’impression que rien ne se passe, je reste persuadé qu’il se passe tout de même quelque chose. Tout au moins un entraînement. Je pense que ce n’est pas parce que la séance est infructueuse au niveau du plaisir qu’elle est totalement négative. Il se pourrait bien que nous posions dans ces moments là quelques pierres supplémentaires pour étayer les fondations ou élever les murs.

@Andraneros

Elle nous dit ce que nous pouvons découvrir,

En ça elle me paraît essentielle. Si je ne la consulte plus et ne m’y suis jamais vraiment référé, on pourrait dire que je la connais par cœur, et surtout, surtout, je sais ce à quoi je peux m’attendre. C’est important à mes yeux.

En effet certains d’entre nous vivent très rapidement leurs premiers orgasmes prostatiques. D’autres ont besoin de plusieurs mois voire de plusieurs années

Peut-être que les premiers se posent moins de questions que les seconds???
Il me semble avoir remarqué sans les connaître vraiment que ceux qui y parviennent rapidement sont des personnes plus proches de leurs émotions que les autres. Les seconds sont plus dans l’analyse alors que les premiers plus dans le ressenti. En d’autres termes, les premiers ont un caractère plus animal que les seconds.
Je précise qu’il n’y a aucun jugement de valeurs dans mes propos, que les choses soient bien claires.
Certains cherchent absolument à comprendre quelque chose qui ne s’explique pas forcément, mais qui se vit.
Enfin, ce n’est que le fruit de mes observations.

C’est ce qui m’a conduit à l’idée de faire des sessions « d’exercices » quand je sentais que ce n’était pas le jour ou pas le moment. Je n’avais rien à perdre à faire quelques respirations abdominales bien contrôlées, à faire des contractions volontaires avec ou sans masseur, à essayer de me détendre sans attente prostatique. Pratique, pratique, pratique.

C’est ce que je veux dire dans le début de mon texte, et ce vers quoi je me dirige, même si aujourd’hui je dirais que je n’ai plus de séance qui ne m’apporte pas au moins un peu de plaisir (à minima, et bien souvent plus qu’un peu, mais restons humble).
Et c’est toi qui m’a mis sur cette voie @Andraneros
et je t’en remercie. Rendons à César….
Je suis certain qu’elle ne va m’apporter que des bénéfices. Je vois déjà mes sessions différemment qu’avant, lorsque je parvenais à me persuader qu’il ne se passerait rien, alors je ne pratiquais pas. Mais sans pratique, pas de salut. Ce n’est pas en restant assis en attendant que la forme arrive que l’on parvient à courir un marathon!!!