#29401
Avatarnydor01
Participant

@Epicure
Je vais essayer de répondre du mieux possible à tes questions :
– Je localise mes contractions volontaires ailleurs que sur l’anus, c’est-à-dire le sphincter externe.
Attention, je peux en faire, et ces contractions peuvent participer au plaisir (quand il est enclenché surtout), mais ce n’est pas une nécessité.
Par contre, je pense faire jouer le haut du sphincter interne, par le biais peut-être des muscles releveurs, car, si je suis assis, par exemple, je vais sentir comme une remontée du plancher pelvien.

– Pour généraliser, je parviens à contracter une zone située au niveau de la face antérieure du rectum et/ou de la partie supérieure du sphincter interne, sous le pénis, et (c’est comme cela que je l’interprète) de part et d’autre de la prostate.
Je dirais que les muscles en jeux sont : le muscle ischio-caverneux, le muscle bulbo-spongieux, le muscle transversal. J’arrive : à déplacer mes contractions de l’un à l’autre, plus ou moins vers l’avant, plus ou moins vers l’arrière ; à exercer une poussée vers le haut ; à contracter les muscles latéraux (les ischio-caverneux ?)… Tout cela crée des contractions variées qui vont générer un effet de massage.
– Je n’ai pas de spasmes thoraciques sensibles, mais des spasmes du bas-ventre et des mouvements du bassin, rythmiques ou brusques (signe de montée du plaisir), rapides ou qui se maintiennent (en effet, parfois pendant plusieurs secondes et qui se répètent à la suite) avec un corps tendu comme un arc (en effet), avec les muscles fessiers qui se contractent (signe d’orgasme chez moi, avec des râles ou une respiration coupée). Les spasmes sont toujours une manifestation de plaisir. Elles sont une conséquence, mais aussi une cause, car elles entraînent d’autres contractions, etc. Je peux avoir un orgasme auto-entretenu par les mouvements du bassin. Ou bien un orgasme avec une sensation de tétanie (corps en arc tendu, avec de longues contractions). Ils peuvent durer jusqu’à 30 secondes (je me suis filmé). Mes sensations sont présentes dans le rectum, mais quand l’orgasme est puissant, ces sensations s’étendent au bassin entier et au-delà (jambes, dos, poitrine…).

J’espère avoir été assez clair. Ce n’est pas toujours évident d’analyser sur l’instant, c’est la répétition des séances qui me permet de faire une synthèse de la pratique.
Par ailleurs, aujourd’hui, je fais les choses sans trop analyser justement, presque naturellement et sans effort. En fait, j’ai la chance d’avoir atteint un stade où je ne me pose plus de questions technico-psychologiques.

PS. Pour ajouter à mon commentaire, je parviens également au plaisir par la caresse de mes mamelons, debout par exemple, et sans contractions, je ressens des sensations au niveau de la prostate comme une tension de plaisir.