#30284
AndranerosAndraneros
Modérateur

Je confirme vos deux expériences.
Pendant longtemps la masturbation et l’éjaculation finale m’ont servi de remède pour dormir sans somnifère. Depuis que j’ai entamé mon cheminement je n’en ai plus besoin. L’éjaculation est devenue chez moi une phase mineure de ma vie orgasmique. Il me paraît utile de préciser cependant que mon âge est au moins en partie responsable de cette situation. Cela étant dit je reçois tant de plaisir pendant mes sessions que celui qui est associé à l’éjaculation est devenu accessoire. Avant d’avoir débuté mon cheminement vers la jouissance prostatique, j’avais besoin de mes orgasmes et de la libération que m’apportaient les éjaculations qui les accompagnaient. Je n’en ai tout simplement plus besoin. Et je constate que mon désir est en permanence très élevé, malgré mon âge.

Ma femme a aussi mis du temps pour se défaire du besoin de constater ou de percevoir mon éjaculation pour être satisfaite de nos ébats. Quand j’ai commencé à jouir sans éjaculer sous les effets de ses caresses, elle en ressentait une certaine frustration, comme s’il manquait quelques chose à nos ébats. Elle a dû elle aussi changer de paradigme pour comprendre que « j’intériorisais » ma jouissance.

La perception nécessairement éjaculatoire du plaisir masculin est aussi imprégnée chez les femmes bien qu’elles puissent vivre leur propre plaisir de façon très différente.

Je suis heureux de lire que vous votre sensibilité se développe à ce point. Bon cheminement @epicture.