#30474
EpictureEpicture
Participant

Bonjour @andraneros

si tu m’autorises à basculer sur le tutoiement

Oui bien sûr je t’autorise. Je m’étais moi-même il me semble autorisé à le faire.

Les sensations que t’offre ta prostate deviennent le soleil de ta jouissance et écrasent celles associées à ton pénis.

Oui, en effet, je confirme un basculement sur la pratique de la masturbation à visée éjaculatoire, que je ne désire plus, et que je pratique uniquement (depuis 1mois et demi environ) dans un but « régulatoire ». Cependant, alors que les tensions ressenties du fait d’une absence d’éjaculation, étaient vécues comme désagréables, je les vis maintenant comme une source de plaisir. Il y a là une autre forme de basculement : je désire que mon sexe désire, sans vouloir le satisfaire.
C’est très étrange : la stimulation de la base de mon pénis, de mon scrotum et de mes testicules en dehors des sessions de massage prostatique alimente considérablement la sensation vibratoire de mon corps, de façon quasi permanente. Il suffit que je me pose et que je me concentre, sans aucune aide matérielle, et je sens mon corps vibrer. Mais cela ne se traduit pas nécessairement par des sessions de massage prostatique « explosives ». C’est très aléatoire.
Pendant les sessions, je ne stimule plus mon pénis car cela tari cette délicieuse sensation de circulation vibratoire, énergétique, appelons là comme on veut !
De session en session, les ondes vibratoires gagnent du terrain sur mon corps, à tel point qu’elles ne font plus seulement que partir de ma prostate pour remonter vers la tête, elles circulent dans un mouvement difficilement descriptible.

Au fil de tes sessions et de ce qu’elles te permettent de vivre, tu deviens toi aussi un homme nouveau.

Oui @andraneros, mais je considère être un homme nouveau depuis le jour où j’ai placé cette électrode sur mon anus pour la première fois, il y a bientôt 2 ans, et depuis, je vais de nouveauté en nouveauté. c’est assez extraordinaire. Nous parlons de cela ici comme si c’était absolument naturel. On en oublierai presque à quel point cela peut être perçu comme une déviance perverse et dangereuse, par de nombreuses personnes ( à commencer par celui que j’étais il y a deux ans).

ta relation au monde extérieur se détend

Je vois ce monde qui tourne autour de moi, comme lancé dans une chute éperdue, et moi, je suis de plus en plus en suspension dans ce tourbillon, tout en étant extraordinairement lucide sur ce que je suis, et la place que j’y occupe. Parfois je croise des gens qui semblent en perdition, j’ai envie de les prendre dans mes bras pour les réconforter, mais ils ne se reconnaissent pas eux même comme perdus : ils sont absolument convaincus d’être dans la bonne direction. Moi je sais qu’il n’y a nulle part où aller, car nous y sommes déjà. Finalement ce monde « bourdonne », comme il l’a probablement toujours fait.

Bon, me v’là parti dans une tirade philosophique…
Bon cheminement @andraneros, et merci encore…