#30847
EpictureEpicture
Participant

Bonjour @CH313

Je te rejoins dans cette épreuve. Ma femme est un corps souffrant difficile à transformer en matière vivante tournée vers le plaisir. Il y a bien comme toi des sursauts d’espoir, des moments rares, trop rares de rapprochement, mais entrecoupés de longues traversées du désert. J’oscille entre le désir de raviver une flamme dont je ne sais même pas si elle existe, et l’abandon pur et simple d’une telle tâche qui ne me procure le plus souvent que déconvenues et frustration. Les moments de plaisir sont vraiment trop rares et trop faibles pour soutenir un désir durable de construire quelque chose de plus que la vie familiale que nous avons.
Il me reste la possibilité de soutenir mon désir et mon plaisir par le massage prostatique, et travailler à construire une meilleure connaissance de moi-même, une meilleure approche de mon corps, et ne plus faire dépendre mon existence sexuelle d’une tierce personne. Je ne sais pas comment font les autres hommes, si ils font semblant, ou si vraiment ils ont trouvé chaussure à leur pied, mais moi, clairement, j’ai renoncé.
Cela sonne peut-être tristement, mais je n’ai pas beaucoup le choix si je veux maintenir un foyer pour mes enfants, moi qui ai souffert de voir le mien partir en déconfiture. Mais cela a-t-il vraiment d’importance ? Finalement.

Bon courage @ch313