#32183
bzobzo
Participant

je pratique yeux ouverts ces derniers jours

ainsi, mon plaisir semble se prolonger à toute la chambre,
c’est comme si toutes les parois, toutes les distances , peu à peu s’abolissaient,
comme si ma chair enivrée, comme si ma chair délirante,
invisiblement se répandait dans toute la pièce,
le mur d’en face jouit avec moi,
le lustre jouit avec moi, le buffet jouit avec moi,
le lit, ah le lit, collé à moi, pressé contre moi, il jouit, comme il jouit avec moi,
mon bureau que j’entraperçois, il jouit avec moi

yeux ouverts, tout mon intérieur en folie, tout mon intérieur chamboulé,
se rue par mes mirettes, c’est de l’extase à l’air libre,
mes sensations forment comme des montagnes russes illuminées devant mes yeux,
je tournoie comme un oiseau ivre dans les airs, je pique à toute vitesse,
je remonte à toute allure, je reprends de l’hauteur,
je redescends, quel vertige, quel tourbillon,
quelle griserie de tous les sens, quelle griserie de toutes les cellules

ma chair, ma chair, que fais-tu de moi, je suis dans tous mes états, je ne sais plus où je suis, qui je suis,
je ne suis plus qu’une masse informe, une masse lascive,
en train de jouir, de jouir, de jouir