Ce sujet a 13 réponses, 3 participants et a été mis à jour par bzo bzo, il y a 1 jour et 3 heures.

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Messages
  • #31882
    bzo
    bzo
    Participant

    Je clos mon Prostatomane IV, un cycle se termine pour moi,
    un autre débute,
    s’achève une période intensive d’explorations tous azimuts et d’apprentissage,
    commence un âge d’or en aneroless pour moi,
    un continent immense s’est révélé dans la brume,
    c’est comme si des paroles magiques avaient été prononcées quelque part au fond de moi,
    et qu’une paroi de pierre s’est ébranlée, a bougé, a révélé le passage,
    j’y ai libre accès désormais et je ne me fais pas prier

    je ne sais pas si jamais j’écrirai un autre message dans ce nouvel journal
    car comme je l’ai écrit dans le dernier message de mon Prostatomane IV,
    les mots me manquent encore actuellement pour traduire ce que je vis,
    je m’en voudrais de trahir la qualité incomparable de ces instants,
    juste en amoncelant des épithètes
    mais tout a pris de telles proportions durant mes séances ces derniers jours,
    plus particulièrement ce soir
    où j’ai connu mon premier super O au féminin
    qu’il fallait que j’entame au moins ce Prostatomane V
    pour marquer le coup

    me renouveler ou me taire,
    pour l’instant je vais me taire,
    peut-être déjà demain je recommencerais à pondre des textes, peut-être plus jamais,
    on va voir

    en tout cas, je prends sacrément mon pied,
    cela je peux l’affirmer
    et je vous embrasse à nouveau bien fort

    #31887
    bzo
    bzo
    Participant

    c’est peut-être juste,
    c’est peut-être juste le rewiring après des mois et des mois
    qui est arrivé à son terme,
    un rewiring adapté à mes besoins,
    un rewiring adapté à mes besoins bien précis,
    un rewiring adapté au récit sexuel que je voulais me raconter,
    un rewiring adapté au récit sexuel que je voulais me raconter avec mon corps

    le fait est que désormais la moindre petite caresse, le moindre geste,
    accompagné d’un léger effleurement de mes parties génitales par mes cuisses,
    me fait hurler, me fait délirer de plaisir,
    m’emplit d’un torrent de volupté tellement délicieusement effectif, tellement effectivement délicieux,
    je bouge un peu, les doigts continuent leur parcours,
    mes cuisses continuent leur danse , enlacées étroitement à mes bijoux de famille
    et les nuances évoluent, changent constamment, toujours d’une finesse et d’une précision incomparables,
    imprégnant tellement vivement tout mon être

    désormais la seule ombre au tableau que je pourrais trouver à ces instants divins,
    c’est que mes voisins finissent par me faire une remarque malgré l’épaisseur des murs,
    mes gémissements , mes cris sont constants et hauts, sonorités langoureuses,
    chargées comme des mines sonores, dégoulinant du plaisir que je vis

    je pourrais rester ainsi des heures,
    juste à me caresser le corps au hasard
    et laissant mes cuisses et mes parties mener leur chorégraphie langoureuse là en bas,
    cela change constamment, les sensations semblent avoir des nuances à l’infini,
    cela s’intensifie au fur et à mesure des minutes,
    progression irrésistible,
    le plaisir m’agite lascivement, me convulse lascivement, me tord lascivement
    m’emporte comme un fétu de paille lascivement
    et pour l’instant , à chaque fois cela s’est terminé , par ce que j’appelle, un super O au féminin,
    c’est-à-dire une douce, une voluptueuse explosion dans ma chair, dans tout mon être,
    qui m’éclate, qui me disperse aux quatre coins de la chambre

    après il me faut de longues secondes pour récupérer mes esprits
    tout semble noyé, paralysé, par la langueur, en moi
    par l’intensité de ce qui vient de se passer dans ma chair,
    par l’intensité de ce qui vient de passer dans ma chair

    #31892
    bzo
    bzo
    Participant

    écrire, écrire, après l’amour, c’est plus fort que moi,
    j’ai beau savoir que désormais que tous les digues se sont effondrées en moi,
    que les flots coulent librement,
    que je parviens à franchir toutes les limites allègrement en deux temps, trois mouvements,
    que depuis grosso modo une semaine,
    je suis arrivé à un stade de mon évolution où cela décolle tellement incroyablement facilement,
    tellement incroyablement irrésistiblement, tellement incroyablement puissamment,
    j’ai beau savoir que les mots ne peuvent plus refléter
    ce que je parviens à faire durant mes séances, les résultats que j’obtiens
    mais j’ai trop envie d’écrire quand même,
    le plaisir me rend bavard, j’aime m’épancher sur mes ébats

    l’extrême richesse des sensations, leur extrême variété ,
    leurs nuances sans cesse changeantes, désormais,
    leur finesse inouïe, cette intensité qui augmente progressivement, invariablement
    et puis enfin ces orgasmes qui emportent tout, d’une telle puissance,
    plus rien ne semble exister en moi que cette lente implosion qui disperse ma chair pendant de longues secondes,
    j’utilise le mot implosion , ce qui pourrait sous-entendre de la violence
    mais non, il y a juste de la félicité, de la transe
    mais à un tel degré de densité, d’omnipotence, d’omniprésence,
    l’impression d’être une super Nova fourmillant d’étoiles et de couleurs chatoyantes, crémeuses,
    je ne me sens plus du tout capable de restituer tout cela avec suffisamment de fidélité
    mais j’ai quand même trop envie d’écrire

    avant j’étais plutôt content de mes images, de mes phrases,
    cela donnait une assez bonne idée de ce que je vivais
    mais là c’est fini, enfin pour l’instant,
    il ne me reste vraiment plus qu’à m’y mettre avec la caméra,
    elle seule peut restituer, je crois,
    donner une idée suffisamment précise de ce que je vis durant mes séances

    reste toujours le problème du floutage du visage, il me pose vraiment problème,
    j’aurai tellement envie d’offrir aussi mes traits noyés dans le plaisir,
    imbibés de toutes ses sensations qui habitent dans ces moments tout mon être

    personnellement, j’adore ces moments
    où la caméra d’un film X avec des gens qui font vraiment l’amour (la plupart du temps les fabrications artisanales),
    au lieu de gros plans sur les sexes, sur les corps,
    s’attarde sur le visage de la femme,
    qu’on peut lire le plaisir sur son visage,
    toutes les nuances de son plaisir se lisent sur son visage
    et c’est délicieux et c’est bouleversant et c’est beau

    je sens mon visage pareillement habité durant mes séances
    et j’aurai vraiment envie d’offrir cela aux personnes avec lesquelles je partagerai cette vidéo
    mais en même temps je sais qu’une part de moi est pas mal naïve,
    qu’elle tient pour acquis que parmi les gens que je connais,
    tout le monde a l’esprit ouvert et est tolérant, ne serait pas plus choqué que cela par ce genre de vidéo
    et ce n’est pas vrai , bien sûr, ils ne le sont pas tous,
    surtout sur mon lieu de travail, il y a quelques sacrés gros connards sur mon lieu de travail,
    je ne sais pas comment réagiraient beaucoup de gens dans mon entreprise,
    même parmi des gens que j’apprécie
    si on découvrait que j’ai fait cette vidéo,
    même s’il y a très peu de chance pour que cela arrive

    c’est un peu un dilemme, assez bloquant d’ailleurs pour l’instant,
    d’un côté j’aurais vraiment envie de partager mon bonheur, ma chance,
    le petit miracle que je vis dans ma chair quotidiennement,
    surtout maintenant que cela a pris des proportions tellement démesurées, tellement dantesques,
    montrer un peu comment j’y arrive, comment je me fais l’amour,
    car comme ma pratique est dynamique, il y a pas mal à voir,
    je ne reste pas immobile comme une planche avec juste un peu le bassin qui bouge,
    non c’est toute une chorégraphie lascive, sensuelle, animale, dans mon lit
    où le désir me mène par le bout du nez,
    où le désir m’entraîne, me fait se convulser par moments, me fait se tordre de plaisir,
    me fait se pâmer,
    avec beaucoup de mouvements, beaucoup de caresses
    et puis mon visage aussi que je sens très expressif, très habité par tout ce que je ressens

    mais d’autre part, j’ai quand même cette appréhension, même si la chance est très minime,
    le risque n’est pas inexistant que si je mets à disposition de quelques uns sur le forum cette vidéo,
    qu’elle se retrouve finalement sur quelque site plus grand public
    et qu’une personne de mon entourage professionnel tombe dessus

    je suis toujours en train d’y méditer, de peser le pour et le contre
    mais de toutes les façons, je m’y mets au mois de janvier, déjà je vais faire une vidéo,
    on verra après pour la mise en partage

    de moins en moins de gens par ici ces derniers temps,
    pas drôle ça

    #31907
    bzo
    bzo
    Participant

    des forces de plus en plus puissantes s’éveillent en moi tellement facilement,
    est-ce que cela me fait peur?
    est-ce que j’ai peur de perdre le contrôle?

    on a lu par ici des récits assez effrayants de gens qui aussi étaient parvenus
    à libérer toutes les soupapes en eux
    mais qu’après cela débordait, cela leur jouait des tours,
    cela devenait douloureux, envahissant,
    bref que le paradis sur terre s’était transformé en cauchemar pour eux

    non, cela ne me fait pas peur un seul instant,
    ce sont tellement d’autres types de mécanismes que j’ai mis en oeuvre,
    j’ai besoin de certains gestes, de certains mouvements comme déclencheurs,
    sans cela rien ne se passe

    ainsi au boulot aujourd’hui, profitant d’un moment plus calme devant mes ordinateurs,
    je glissais discrètement une main sous ma chemise,
    serrait les cuisses, les ait frotté un peu contre mes parties
    tandis que je fis remonter lentement une contraction,
    immédiatement une telle vague de volupté m’a envahi
    que j’ai du me retenir de toutes mes forces de crier, de gémir,
    j’enlevais la main et j’arrêtai tout mouvement
    mais c’était trop tard, la vague a démarré , a continué sa course
    et elle a bien roulé pendant une bonne quinzaine de secondes
    durant lesquelles, j’ai du faire un gros, un très gros effort
    pour ne pas gémir, ne pas crier

    mais sans ces déclencheurs, rien ne se passe chez moi,
    juste je sens le féminin au fond de moi quelque part,
    là j’ai juste besoin de me concentrer un peu sur mon intérieur
    pour la sentir, pour sentir cette espèce de nappe phréatique de forces vives,
    de forces originelles de la vie, de sensualité première, de volupté infinie
    qui dort en moi,
    je la sens à peu près constamment en moi,
    prêt à entrer en action,
    prêt à noyer dans le délire ma chair, tout mon être en fait
    comme c’est merveilleux de passer ainsi sa journée avec ce trésor secret en soi
    prêt à lever les plus délicieuses et les plus douces tempêtes imaginables

    j’ai juste besoin d’effleurer un peu ma peau, de serrer un peu les fesses
    et déjà cela se met à vibrer de toutes parts en moi

    #31908
    Julie Armandine
    Julie Armandine
    Participant

    Bonjour,
    Je ne peux pas contrôler parfois. Mais j’ai appris à faire passer des vessies pour des lanternes.

    Exemples :

    * Sur la plage, je ne peux pas m’allonger et me détendre, sinon les spasmes arrivent. Et cela se voit comme un nez au milieu d’une figure. En fait, cela ne se voit pas vraiment :
    – d’abord parce que les autres ne passent pas leur temps à me fixer
    – ensuite parce que j’agis en changeant de position par exemple et le spasme disparaît dans le mouvement de mon corps.

    * J’adore l’eau. Je me baigne dans de l’eau même fraîche. Je me mets dans le Gardon et alors l’eau fraîche sur mon corps, mes tétons qui se mettent en érection, et un spasme, et un autre, je plonge pour crier dans l’eau ! Sous l’eau, on ne peut pas m’entendre….

    * Mais l’air fait pareil. Un petit courant d’air se lève et je sens l’air sur mon corps. De ma serviette, je me lève et marche parce que si je reste il y aura un orgasme.

    * Une amie, lors d’un dîner entre amis, passe à côté de moi et son sein me frôle. Hou là ! Je suis parti vite en d’autres lieux pour calmer le jeu.

    Mais des fois je ne peux pas faire passer des lessies pour des vanternes… alors :

    * A l’hôpital, je me fais opérer. Je suis en réanimation. Plein d’infirmières. Je vais bien, je me détends et paf un spasme, deux… soudain 3 infirmières autour de moi :  »
    – Ca va Monsieur ? Qu’est ce qui vous arrive ?
    – Ca va, je vais bien. Ca va.
    – Cela vous arrive régulièrement ?
    – Oui, oui, tout va bien !  »
    Bon là c’est dur parce qu’en étant à l’hôpital, je suis forcément dans un lit, à me détendre, à me reposer et là, ça ne fait pas un pli. L’orgasme arrive !

    Voilà quelques exemples des difficultés toutes relatives qui attendent celui ou celle qui jouit tout seul.

    Bonne nuit à tous
    Julie

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 jours et 5 heures par Julie Armandine Julie Armandine.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 jours et 5 heures par Julie Armandine Julie Armandine.
    #31911
    bzo
    bzo
    Participant

    Voilà quelques exemples des difficultés toutes relatives qui attendent celui ou celle qui jouit tout seul.

    hé, hé, dur parfois la vie d’artiste en auto-érotisme

    * J’adore l’eau. Je me baigne dans de l’eau même fraîche. Je me mets dans le Gardon et alors l’eau fraîche sur mon corps, mes tétons qui se mettent en érection, et un spasme, et un autre, je plonge pour crier dans l’eau ! Sous l’eau, on ne peut pas m’entendre….

    * Mais l’air fait pareil. Un petit courant d’air se lève et je sens l’air sur mon corps. De ma serviette, je me lève et marche parce que si je reste il y aura un orgasme.

    cela j’imagine très bien, une fois que je suis excité, que je suis lancé, je deviens aussi sensible au moindre mouvement, au moindre frôlement,
    c’est splendide de vivre cela, tout notre corps devient un organe sexuel
    prêt à s’enflammer au moindre soupçon de contact

    A l’hôpital, je me fais opérer. Je suis en réanimation. Plein d’infirmières. Je vais bien, je me détends et paf un spasme, deux… soudain 3 infirmières autour de moi : »
    – Ca va Monsieur ? Qu’est ce qui vous arrive ?

    cela ne risque pas de m’arriver,
    avec le système que j’ai développé lentement au fil des mois,
    il me faut vraiment plus grand chose pour immédiatement désormais être dans tous mes états
    mais sans ce pas grand chose, rien ne se passe heureusement

    c’est bien précis en fait,
    il faut qu’il y ait simultanément un effleurement par mes cuisses de mes bijoux de famille,
    une contraction qui remonte un peu en moi
    (cela fait vibrer ma prostate et en même temps me donne la sensation de pénétration)
    et puis au moins un doigt ou deux qui jouent un instant sur ma peau,
    je fais ces trois actions simultanément, je ne me contrôle presque plus

    en fait chacune de ces actions séparément est déjà suffisante pour déclencher des effets
    mais pour atteindre immédiatement la pleine puissance, j’ai besoin des trois en même temps,
    en tout cas au début,
    une fois que je suis bien excité,
    je peux faire à peu près n’importe quoi,
    juste rouler dans mon lit par exemple,
    me frotter la jambe, ou respirer un peu fort,
    me lécher avec la langue, juste bouger en fait, est déjà assez, une fois que je suis bien excité

    c’est tellement merveilleux tout cela,
    de pouvoir vivre de pareilles choses,
    homme , on était prédestiné aux érections, aux éjaculations,
    peut-être quelques fantaisies à côté de cela

    alors que là ce que je vis, en est aussi éloigné que possible
    et quels flots de volupté, quelle félicité dans la chair, dans la tête,
    rien que d’y penser,
    j’en frissonne de la tête aux pieds,
    c’est assez magique tout cela

    et puis pour toi, @Julie Armandine,
    cela a bien sûr encore une toute autre dimension,
    cette féminité éveillée comme pour @envole,
    elle t’a permis de te révéler à toi-même,
    de comprendre ta nature,
    tu veux la vivre au quotidien, dans ton quotidien,
    je trouve cela splendide et très courageux

    #31922
    bzo
    bzo
    Participant

    quelle séance encore hier soir,
    j’ai été emporté, roulé, roulé comme un fétu de paille par des vagues soyeuses,
    c’était épique, c’était unique, c’était magique

    je m’arrêterai là , si je n’ai pas écrit hier soir immédiatement après mes ébats
    comme je le faisais si souvent avant
    et que je ne fais plus depuis une dizaine de jours,
    c’est que je ne me sens plus capable avec les mots de donner à voir, de retranscrire assez fidèlement
    ce qui m’arrive désormais durant ces moments de corps à corps amoureux avec moi-même,
    de cette puissance inouïe qui semble s’être libérée ,
    de cette puissance inouïe et si douce à la fête en moi,
    à la fête dans ma chair d’une façon si totale, si complète

    qu’est-ce qui s’est passé,
    qu’est-ce qui a fait que tout d’un coup toutes les soupapes se soient ouvertes en moi?
    j’en ai touché déjà un mot plus haut, j’ai évoqué le rewiring,
    je vais essayer d’affiner tout cela,
    à défaut désormais de pouvoir produire ces petites scénettes sexuelles
    que j’aimais tellement composer à chaud après mes ébats

    le rewiring, donc, j’ai ma théorie là-dessus,
    je crois qu’il ne cesse jamais, qu’il évolue sans cesse en nous,
    ainsi si on arrête un certain temps, tel un athlète de haut niveau,
    il nous faudra une période pour retrouver nos sensations, nos automatismes

    le rewiring est vivant en nous, il fait partie de notre évolution,
    ainsi quand il y a un bon mois,
    la dernière pièce majeure de ma technique s’est mise en place,
    à savoir un ralentissement des gestes, des mouvements,
    une lenteur langoureuse, voir des arrêts complets pendant de longs instants
    pour déguster, se sentir submergé,
    tout cela permettant à ce que j’appelle, la grande oreille, d’être bien en place,
    une écoute optimisée de ce qui se passe en nous,
    la moindre sensation résonnant avec une acuité précise, vive
    comme dans un immense hangar où le moindre bruit va résonner, être amplifié
    et pourra s’entendre à la ronde

    aujourd’hui je n’y pense plus, c’est parfaitement intégré,
    mon corps contrôle à nouveau totalement le rythme, la vitesse,
    de mes gestes, de mes mouvements, de mes caresses, de mes contractions, etc,
    il a parfaitement assimilé cette lenteur assumée, ces ralentis interminables
    et même si cela s’accélère de temps à autre,
    qu’il y a des moments de frénésie, des galops,
    c’est jamais bien longtemps,
    le rythme général est lent, lascif à souhait, permettant d’être bien à l’écoute,
    totalement à l’écoute de ce qui s’éveille en moi

    le terrain ainsi était devenu favorable pour que le rewiring évolue soudainement très fort
    et me permette d’avoir ce décuplement des sensations,
    comme si tout d’un coup, toutes les soupapes s’étaient ouvertes
    et que les sensations semblent avoir acquis une puissance sans limites

    #31923
    bzo
    bzo
    Participant

    j’ajouterai que cet accroissement des sensations, cette soudaine libération, ouverture complète des vannes,
    n’avait rien à voir avec le fait que je gardai à nouveau éloignée ma main de mes bijoux de famille,
    je l’ai cru quelques instants que c’était lié
    mais non, je m’étais trompé, c’était juste une coïncidence

    depuis hier soir j’ai ré-intégré les manipulations avec les doigts aussi de mes parties génitales
    et là aussi le surcroît de puissance est décoiffant,
    l’explosivité, la verticalité que ce type de contact apporte,est tout à fait le bienvenu
    et enrichit considérablement

    un équilibre pour l’instant semble bien en place,
    le surcroît de puissance des sensations désormais
    quand ce sont les cuisses qui jouent avec mes parties génitales
    ou alors quand j’ai des doigts qui farfouillent dans mon A-pussy
    fait qu’il y a une sorte d’équilibre, en tout cas pour l’instant,
    entre ces différentes façons de solliciter le plaisir, d’éveiller des sensations,
    en bas dans le bassin,
    il n’y a pas, pour l’instant en tout cas,
    de tentation d’avoir les doigts de plus en plus au contact des génitaux,
    ceux-ci s’éloignent, les cuisses prennent le relais
    et cela reste délicieusement puissant, envahissant
    et surtout tellement différent,
    toute cette soie, toute cette douceur chaude, frémissante, émanant de mes couilles,
    c’est absolument irrésistible

    et puis à l’arrière quand mes doigts vont jouer dans mon A-pussy,
    là aussi c’est tellement bon, tellement divinement bon,
    que les trois façons d’éveiller du plaisir en bas,
    cohabitent et créent une émulation très positive entre elles

    et ainsi je bénéficie de la formidable verticalité, explosivité, des contacts des doigts,
    étonnant d’ailleurs à quel point les sensations éveillées sont différentes
    quand on y va avec les doigts ou avec les cuisses,
    c’est même assez diamétralement opposé,
    il faudra un jour que j’étude cela de plus près, d’où peut venir cette différence si radicale

    #31924
    lighteningbolto
    lighteningbolto
    Participant

    A la lecture de ton journal, je suis impressionné et heureux pour toi. J’ose à peine imaginer ce que tu peux ressentir, je n’ai jamais connu de telles choses et je doute arrivé à un tel niveau un jour. En tout cas cela semble véritable magique! Je te souhaite un bon envol @bzo

    #31935
    bzo
    bzo
    Participant

    @lighteningbolto, avec de la patience et de la persévérance,
    tu arriveras aussi à des résultats très satisfaisants, peut-être pas les mêmes que moi
    car chacun a son parcours bien à lui,
    l’important c’est de persister malgré les résultats en dents de scie au début

    bien se vider la tête le plus possible durant la séance,
    juste se laisser aller, sentir son corps, écouter son corps,
    moi, mes séances sont un corps à corps amoureux,
    une partie de moi fait l’amour à une autre partie de moi,
    c’est ma façon, il y en a d’autres,
    j’ai la sensation de vivre mes séances au féminin, d’autres pas,
    notre pratique sexuelle est un récit qu’on se raconte avec son corps
    qui peut prendre tellement de formes

    l’important , c’est de s’inventer son propre récit
    qui soit en accord avec toi, avec ton moi intime, avec ton désir,
    épouser ton désir, grandir avec lui, s’épanouir avec lui,
    oser, briser ses tabous,
    là tu deviens un aventurier explorant tes confins, reculant ses limites

    je ne parle pas d’imaginer des choses durant la séance,
    c’est un récit qu’on s’invente avec son corps,
    au fur et à mesure que tu progresseras, ce genre de phrase fera de plus en plus sens pour toi
    quand tu percevras de plus en plus les possibilités extraordinaires de ton corps
    dans le domaine de la sexualité,
    à quel point c’est plus riche que juste bander, pénétrer et puis éjaculer un peu plus tard,
    il y a tellement plus de richesses et d’horizons qui dorment au fond de nous,
    il ne tient qu’à toi d’oser et d’aller t’aventurer hors des sentiers battus,
    aux confins de toi-même

    #31939
    lighteningbolto
    lighteningbolto
    Participant

    Merci pour ces conseils. Certains commencent effectivement à faire echo en moi, comme épouser son désir et grandir avec lui… Pour d’autres, je pense devoir encore progresser un peu effectivement pour percevoir le sens de ce que tu expliques, notamment cette sorte de fusion en esprit et corps. Pour l’instant c’est encore très dissocié chez moi ^^

    #31946
    bzo
    bzo
    Participant

    j’ai beau désormais être entré dans ce que j’appelle un âge d’or de ma pratique en aneroless,
    c’est-à-dire des sensations qui étaient déjà très fortes, très variées, très riches, très tout ce que l’on veut
    qui tout d’un coup car c’est venu du jour au lendemain,
    se sont décuplées dans toutes ces qualités que je viens de citer,
    autant dire que c’est ces sensations qui me passent par les tuyaux,
    ben elles sont telles que je n’arrive plus à les décrire
    tellement tout cela est devenu trop ceci, trop cela

    cependant cela ne veut pas dire que j’ai arrêté net d’être en apprentissage,
    que je suis désormais installé dans un fauteuil métaphoriquement parlant,
    me contentant de gérer ma bonne fortune,
    passant d’extase en orgasme, d’orgasme en extase
    sans plus aucune curiosité, sans plus aucune hésitation, sans plus aucun questionnement,
    sans plus aucune remise en question

    une constante curiosité, une constante volonté de progresser,
    curieux et avide, curieux et avide de progresser , curieux et avide de me questionner,
    curieux et avide de questionner mon corps, de questionner mes abysses,
    curieux et avide de me mettre à contribution, curieux et avide de repousser encore et toujours mes limites

    une flamme allumée, ma petite flamme allumée,
    faire danser la flamme, faire chanter le feu,
    mon feu, mon petit feu chéri, ma petite flamme chérie,
    cet embrasement de ma chair, de tout mon être,
    tellement plein, tellement riche,
    cet épanouissement de mon être durant la séance,
    cette sensation tellement puissante d’épanouissement dans ma chair,
    dans tout mon être

    je suis sur les bancs de l’amour, en éternel apprentissage et je m’y sens bien,
    je m’embrase, je m’enflamme,
    plein d’enthousiasme, je me trompe souvent allègrement
    mais désormais que ma pratique a tellement décollé,
    si irrésistiblement décollé,
    je continue avec une patience d’orfèvre penché sur son ouvrage
    à scruter, à étudier, à ciseler, à façonner

    il n’y a rien de définitif, tout doit rester en constante évolution,
    tel le cours d’un fleuve, le plaisir passe régulièrement en nous,
    jamais nous nous baignons dans les mêmes eaux
    et pour garder notre pratique vivante,
    il faut garder notre curiosité et notre soif de progresser, vivantes

    #31956
    bzo
    bzo
    Participant

    je sors d’une séance, j’ai encore le coeur qui bat la chamade
    et je sens le plaisir refluer partout en moi,
    il se retire, il retourne dans sa tanière,
    il m’a encore rendu fou , le bougre

    toujours pas de scénette inspirée de ma séance, j’en brûle d’envie
    mais comment restituer ces sensations?
    leur réalisme, leur finesse, leurs nuances sans cesse changeantes
    mais tout cela ne sont que des mots,
    ils ne veulent plus rien dire pour moi actuellement,
    il y a quelque temps, ils rendaient assez bien ce que je vivais
    mais là,
    cette volupté qui s’empare de ma chair, qui l’emporte,
    cette félicité qui s’empare de moi,
    non je ne m’y essaierais que si un jour je crois que je peux y parvenir sans trahir ce que j’ai vécu

    pourtant en fait, je me rends compte que ma séance n’a pas changé beaucoup,
    je n’arrête pas de remettre en question ces contacts avec mes parties génitales directement avec les doigts,
    ce thème me travaille
    et tant que je n’aurai pas acquis des certitudes,
    cela continuera, je ne suis pas du genre à lâcher le morceau

    le fait est qu’il y a très bien moyen de se débrouiller sans,
    la finesse, la variété des sensations devient incomparable,
    aussi il y a un lent crescendo tellement délicieux, tellement régulier,
    un décollage tranquille mais qui peut faire monter tellement loin,
    cette sensation d’équilibre aussi, d’harmonie
    entre les différents acteurs participant à la progression du plaisir

    d’un autre côté dès que je descend les doigts au contact de mes bijoux de famille,
    il y a immédiatement cette explosivité, ce démarrage vertical,
    c’est tellement instantané, on est vraiment collé à son siège, à bord d’une fusée qui décolle,
    aussi cette animalité, on se sent chair en train de coïter, chair en rut

    cependant adieu la finesse d’il y a quelques instants,
    cette finesse, cette limpidité incomparable des sensations,
    cette lente et régulière progression de la tension sexuelle,
    là désormais c’est en dent de scie, on décolle à la verticale, on retombe,
    on redécolle , on retombe à nouveau

    beaucoup moins de variété aussi,
    la sensation que c’est quand même beaucoup plus limité,
    même si dans l’immédiat, c’est comme si on avait allumé un turbo

    d’où l’idée d’alterner, j’y suis assez bien arrivé dans cette première séance ce soir,
    délicieux, comment pourrai-je me plaindre,
    j’atteins désormais de telles hauteurs dans ma chair, avec ma chair,
    cependant j’en veux toujours plus,
    j’en veux toujours plus car je sais qu’il y a aucune limite,
    je l’ai déjà tellement souvent vécu ,
    je le sais , il n’y a aucune limite,
    dès lors au plus on pousse dans la bonne direction, au plus incroyable, au plus magique, cela devient

    donc j’ai assez bien réussi d’alterner les moments où je cajolais
    mes génitaux avec les cuisses, tantôt avec les doigts,
    cela a bien fonctionné, c’était très bon,
    cependant c’est quelque chose entre les deux,
    cette finesse, cette limpidité sans pareilles que j’ai évoquées plus haut,
    elle n’est plus tout à fait là

    alors je ne sais pas, je continue d’explorer,
    autant j’ai immédiatement senti que dans mes micro-séances, chez moi assis à mon bureau
    ou bien au boulot aux toilettes,
    ou encore debout, enfin partout ailleurs hors de mon lit,
    dans ces petites séances qui durent au maximum 3 à 4 minutes,
    là les contacts avec les doigts étaient totalement justifiés
    et trouvaient tout naturellement leur place,
    il s’agit ici de lever autant de plaisir, de sensations fortes que possible
    en un minimum de temps
    alors que mes séances au lit, c’est autre chose,
    c’est un voyage, une lente, une patiente exploration aux confins de moi-même
    et là je ne suis pas du tout sûr que cette immédiate explosivité ait sa place,
    plus du tout sûr en fait

    mon premier super O au féminin et celui qui a suivi le jour suivant,
    j’y avais été uniquement avec les cuisses
    mais avec les doigts dans la région, chipotant mes attributs,
    je suis sûr que je pourrais obtenir des orgasmes très explosifs, très animals
    en me labourant puissamment, pas forcément des galops mais puissamment,
    avec beaucoup d’insistance, bien en profondeur, bien à fond

    cependant est-ce que je cherche? sans doute de temps à autre cela fait du bien,
    bref la bonne formule est encore à trouver

    #31960
    bzo
    bzo
    Participant

    belle séance d’une heure et demie environ,
    long et lent crescendo,
    quand la tension sexuelle en vous augmente comme cela très progressivement,
    votre séance devient vraiment un voyage, une épopée,
    un lent et délicieux décollage où vous vous sentez peu à peu prendre de l’altitude,
    c’est tellement grisant

    avec chaque variation d’un geste, d’un mouvement, aussi infime soit-elle,
    je ressens désormais la sensation qui change parallèlement,
    cela fait un flot continuellement changeant de sensations, un kaléidoscope de nuances,
    une féerie tournoyante en moi qui varie sans cesse,
    il n’y a quasiment plus moyen ainsi d’obtenir la même combinaison
    tellement mon écoute s’est développée,
    mon acuité à tout ce qui se passe en moi
    et que je perçois la plus infime nuance provoquée
    par un geste qui s’accélère ou ralentit, une main qui presse un peu plus fort,
    une contraction qui remonte avec plus insistance,
    tout cela forme un flot de combinaisons de sensations variant à l’infini

    trois façons d’éveiller le plaisir dans mon bassin,
    avec toujours les contractions, c’est une constante,
    elles sont le coeur battant de ma pratique,
    ma prostate entre en vibration grâce à elles,
    elles sont l’équivalent du masseur, des mouvements de celui-ci
    mais en beaucoup plus riche, beaucoup plus varié

    d’abord la danse des cuisses avec mes parties génitales,
    celles-là en bas, elles ne se lassent pas de s’enlacer,
    de se frotter les unes contre les autres,
    quelle volupté elles éveillent, quel océan de volupté m’envahit, vague après vague

    les doigts farfouillant dans mon A-pussy,
    sans lubrifiant, ni crème quelconque désormais,
    cela racle plus, cela bouge moins et moins vite
    mais il y a comme une puissance de suggestion qui reste intacte,
    délicieux moments d’aller ainsi touiller là-dedans

    et puis bien sûr les doigts, la main au contact de mes bijoux de famille,
    j’ai déjà longuement décrit les effets, instantanés,
    de la verticalité, de l’explosivité, de l’animalité, en veux-tu, en voilà,
    sensation immédiate, puissante de coït, de rut

    le problème jusqu’ici, c’est que c’est irrésistible par moments
    et à d’autres moments j’ai l’impression
    d’un éléphant dansant sans aucun égard dans un magasin de porcelaine,
    cela a tendance à devenir envahissant et puis étouffant toute finesse, toutes les nuances,
    plus de kaléidoscope des sensations,
    juste des montagnes russes de plus ou moins même teneur

    mais cela semble se résoudre,
    il semble qu’à force d’expérimenter dans tous les sens,
    je sens parvenu à trouver la place de cette façon d’éveiller le plaisir
    sans que cela déséquilibre la séance, l’alourdisse irréparablement en bout d’un certain temps,
    l’exploiter pour ces qualités et même parviennent à varier aussi le ressenti durant ces moments

    d’abord j’ai repris un peu le contrôle du rythme de la séance,
    ou au moins je continue à laisser faire mon corps
    mais je surveille le rythme général attentivement
    et force mon corps à ralentir si c’est trop rapide,
    c’était une des clefs pour une intégration réussie,
    jusqu’ici je m’étais pas rendu compte que le rythme s’accélérait trop
    du à l’explosivité immédiate du ressenti dès qu’il y a contact entre mes doigts et mon sexe, mes couilles,
    cela s’accélérait donc,
    la grande oreille tendu vers l’intérieur devenait moins efficace
    et je perdais la possibilité de goûter aux nuances

    je me suis forcé à ralentir donc
    et cela a tout de suite payé, j’ai commencé à ressentir
    que même dans les moments tellement sauvages, tellement coïtaux
    de ces contacts, il y avait aussi des tas de nuances

    le second paramètre qui m’a permit d’enfin obtenir une intégration très satisfaisante
    ce soir et hier déjà aussi,
    c’est le type de contact que je m’autorise désormais,
    plus de frottements, plus de mouvements des doigts,
    ceux-ci arrivent dans une certaine position,
    j’en ai quelques unes que je favorise tout particulièrement
    comme un doigt de par et d’autre de la verge,
    pressant aussi le pubis
    ou alors toute la main glissé du côté droit entre les couilles et la cuisse,
    ou encore la main descendant encore plus loin , sous les bourses,
    pressant le périnée, un doigt venant presser contre l’entrée de mon A-pussy, voire entrant légèrement

    une fois la main en position, elle s’immobilise complètement,
    tous les mouvements, les frottements dans la région
    seront assurés par les contractions qui remontent ou les mouvements des cuisses ou du bassin,
    les sensations émanant ainsi de mes parties génitales semblent plus concentrées, de meilleure qualité,
    beaucoup plus à même d’être assimilées au flux général,
    dès que les doigts se mettent à bouger, je me suis rendu compte,
    il y a un effet « éveil sexuel » de mes parties génitales, des sensations péniennes
    alors qu’avec la méthode décrite,
    ce sont des ondes mâles à « l’état pur »
    beaucoup plus à même d’être exploitées dans le cadre de ma séance,
    enfin c’est comme cela que je le ressens en tout cas

    ah aussi, je m’autorise beaucoup plus de contacts avec mes génitaux
    quand je suis assis, debout, durant mes micro-séances,
    là je trouve cela va tout à fait bien avec,
    il s’agit en trois, quatre minutes, voire moins,
    d’éveiller le plus de sensations possible, d’être emporté par le plaisir le plus violent possible,
    un « fuck » avec moi-même, bien bestial, sur le coin d’une table ou à même le sol
    ou dans mon fauteuil devant l’ordinateur,
    les jambes bien écartés comme pris sans ménagement

    cependant j’envisage de développer des séances hors du lit au plus long cours,
    avec des contacts aussi retreints qu’au lit,
    car à côté de ces moments très courts de corps à corps très animal, en rut total,
    debout, assis ou par terre,
    j’ai envie d’essayer de développer des séances hors du lit qui durent plus longtemps,
    10, 15 minutes, voire plus, on verra

    au lit, c’est autre chose, ce sont des voyages au long cours,
    au-delà du plaisir immédiat dans la chair,
    de ce extraordinaire carrousel des sensations sans cesse changeantes,
    j’essaie d’atteindre des rivages lointains,
    j’essaie de vivre des communions hors du temps et de l’espace en moi-même,
    bref ce ne sont pas des orgasmes que je cherche
    mais avant tout ces longues extases dans la chair,
    cette sensation de félicité, d’épanouissement
    et ces images si extraordinaires qui parfois naissent dans ma chair,
    comme une fois ce pont suspendu dans la lumière
    qui semblait se prolonger hors de moi

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.