#32521
bzobzo
Participant

Mais pourquoi aujourd’hui vouloir se restreindre ? Pourquoi retenir pour mieux venir ? De mon côté, je sens que plus je pratique et mieux c’est, plus il y a de plaisir(s). Pourquoi cette démarche très « éjaculatoire », dans le sens pratique masculine habituelle ?

tout d’abord je ne prône nullement l’abstinence,
loin s’en faut

des théories veulent,
qu’il vaut mieux ne pas pratiquer plus d’une ou deux fois par semaine
sinon on risque la diminution des sensations,
une certaine forme de lassitude, d’habitude

personnellement je ne fais très certainement pas partie de ceux qui professent ce genre d’idées,
de fait depuis toujours je pratique quotidiennement,
il est rare qu’il n’y ait pas un jour sans au moins une séance,
la plupart du temps, plutôt deux, trois
et cela depuis que j’ai commencé
sauf quelques périodes de découragement dans la première année

cependant, cependant, je dois avouer qu’il y a quelque chose de piquant et de joyeux
à un peu se retenir comme cela en journée,
en semaine c’est vraiment pas difficile étant occupé au boulot,
le week-end quasi impossible
et donc en fait j’oublie complètement que cela existe même , ma façon d’obtenir du plaisir,
je vaque à mes tâches, le soir je rentre,
là encore je n’y pense pas,
je vais prendre ma douche, je mange, je me détends,
mon esprit s’ouvre, est disponible pour les loisirs, pour la lecture
et tout naturellement il y a un moment où je vais ressentir un besoin irrépressible,
mon corps va me rappeler qu’il existe des besoins très spéciaux désormais en moi, à satisfaire
auxquels je l’ai habitué
et il serait temps de s’y mettre

il y a un effet retrouvaille qui est tout à fait délicieux, rafraîchissant
et que je n’ai pas quand il y a une sorte de continuité,
que le matin en me préparant dans la salle de bain
ou interrompant mon petit déjeuner
et puis au travail , en me rendant aux toilettes,
je me procure quelques minutes de sensations fortes

ainsi, en me m’absorbant dans mes taches quotidiennes,
me laissant me déconnecter complètement de cette sexualité atypique
si facile à garder éveillée en soi,
si facile à invoquer autant de fois qu’on veut,
le soir quand je m’y mets,
il y a un effet retrouvaille que j’aime faire naître ainsi

le week-end, c’est plus difficile par contre,
la volupté ne me quitte quasi pas,
je la sens en moi au moindre pas, au moindre contact de ma propre peau,
assis, il suffit que je fasse une contraction
et déjà tout mon corps est envahi par une douce félicité,
mon bassin baigne dans une chaleur voluptueuse,
et j’ai la sensation de sentir monter en moi un pénis en érection

là à l’instant pour vérifier que tout est bien là à ma disposition,
j’ai fait monter une contraction ,
directement j’ai senti de la lave se répandre entre mes reins,
c’était tellement puissant et soudain, que j’ai laissé échapper un gémissement,
j’ai fermé les yeux
et j’ai continué un peu,
en deux , trois contractions comme des coups de pompe
tout mon corps a été envahi par le nectar chaud, frissonnant, si doux, si doux
et j’ai commencé à dériver en moi comme sur une mer de volupté
et cette sensation de chair épanouie, de chair en fleur
aussi, a immédiatement pris possession de moi,
quel bonheur