Ce sujet a 416 réponses, 10 participants et a été mis à jour par bzo bzo, il y a 6 heures et 36 minutes.

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 417)
  • Auteur
    Messages
  • #32183
    bzo
    bzo
    Participant

    je pratique yeux ouverts ces derniers jours

    ainsi, mon plaisir semble se prolonger à toute la chambre,
    c’est comme si toutes les parois, toutes les distances , peu à peu s’abolissaient,
    comme si ma chair enivrée, comme si ma chair délirante,
    invisiblement se répandait dans toute la pièce,
    le mur d’en face jouit avec moi,
    le lustre jouit avec moi, le buffet jouit avec moi,
    le lit, ah le lit, collé à moi, pressé contre moi, il jouit, comme il jouit avec moi,
    mon bureau que j’entraperçois, il jouit avec moi

    yeux ouverts, tout mon intérieur en folie, tout mon intérieur chamboulé,
    se rue par mes mirettes, c’est de l’extase à l’air libre,
    mes sensations forment comme des montagnes russes illuminées devant mes yeux,
    je tournoie comme un oiseau ivre dans les airs, je pique à toute vitesse,
    je remonte à toute allure, je reprends de l’hauteur,
    je redescends, quel vertige, quel tourbillon,
    quelle griserie de tous les sens, quelle griserie de toutes les cellules

    ma chair, ma chair, que fais-tu de moi, je suis dans tous mes états, je ne sais plus où je suis, qui je suis,
    je ne suis plus qu’une masse informe, une masse lascive,
    en train de jouir, de jouir, de jouir

    #32203
    bzo
    bzo
    Participant

    pour cette matinée du 24,
    je me suis offert une séance extra-longue au lit, une cuvée spéciale Noel,
    le père Noel était entre mes jambes, avec ses deux rennes,
    ils allaient et venaient avec leur traîneau rempli de cadeaux,
    mon sapin en était tout ému, de tant de largesses,
    il frissonnait de toutes ses aiguilles,
    ses boules en étaient toutes remuées,
    sacré gaillard , le père Noel

    mon petit tuyau lâchait des grosses larmes tellement il y avait de la joie partout,
    mes deux grosses joues poilues en-dessous, en étaient toutes mouillées, dégoulinantes,
    mes deux mains allaient et venaient inlassablement,
    portant la joie dans tous les hameaux,
    faisant vibrer le coeur de toutes les petites cellules,
    un chant universel de bonheur s’élevait de partout, depuis le rouge sombre de mon sang

    la chorale de Noel était un immense cul, empalé sur un pic,
    descendant lentement dessous,remuant, remuant,
    les jambes bien écartées, pour mieux se sentir transpercé ainsi,
    ses notes s’élevaient de plus en plus extatiques,
    colonne dure, colonne vibrante, colonne frottante,
    colonne, colonne, bien la sentir en soi,
    bien la sentir en soi dans ses entrailles,
    se frayant lentement un chemin vers les cieux,
    quel chant, mes amis, quel chant de Noel

    ah purée, je passerais bien ma journée à cela
    mais il y a un dîner de famille ce soir,
    et puis là maintenant, dans une heure, j’ai un rendez-vous chez le coiffeur
    car ma tête devient impossible,
    j’ai l’air d’être coiffé au pétard en permanence,
    même les coups de peigne n’arrivent plus à y mettre de l’ordre ,
    c’est peut-être à force de remuer dans tous les sens dans mon lit en mode liane lascive,
    mes cheveux semblent être devenus un témoignage capillaire de tout ce désordre délicieux
    de tout cette onctuosité soyeuse, frissonnante qui me passe par les entrailles

    #32224
    bzo
    bzo
    Participant

    je sors du lit, quelle séance, mes amis, quelle séance!
    c’est vraiment Noel, quel cadeau ma chair m’a offert,
    j’en tremble encore de la tête aux pieds et je suis tout éberlué, tout émerveillé

    se sentir femme, entièrement femme durant sa séance,
    c’est se sentir ouvert,
    c’est n’être plus qu’une béance,
    on n’est plus qu’une béance,
    pas un cercle, même pas
    car cela sous-entendrait des bords,
    non là on ne se sent plus rien d’autre qu’ouvert, totalement ouvert,
    une béance prêt à accueillir tout le nectar du monde

    et il va venir, ce nectar, comme il va venir…

    béance donc, une ouverture sur quoi? je ne sais pas,
    juste ouvert, si totalement, si parfaitement ouvert,
    plus de chair, plus de tête, plus de jambes, plus rien d’autre qu’une ouverture,
    une ouverture par laquelle des choses se déversent,
    oui tout de même…
    plein de choses se déversent, cela n’arrête pas, on est une ouverture de puits
    par laquelle des flots se déversent,
    comme c’est bon de sentir toutes ces choses se déverser en vous,
    cela coule sur mes parois, cela fait du bien,
    cela coule de tous les côtés caressant au passage,
    comme cela caresse tout ce qui se déverse,
    c’est velouté, c’est soyeux, c’est chaud, c’est frissonnant,
    cela se déverse en moi ,
    des torrents se déversent en moi qui ne suis plus qu’une ouverture,
    une immense ouverture

    #32225
    bzo
    bzo
    Participant

    depuis des mois en aneroless,
    je mets en place les pièces d’un puzzle lentement, scrupuleusement,
    ce puzzle, c’est le puzzle du corps à corps amoureux tout seul,
    il existe, je le pressentais, mes tripes, mes entrailles me le chuchotaient

    les gestes,les mouvements du corps à corps amoureux, je les appris,
    je les connaissais déjà à deux, j’en ai exploré les dédales,
    tellement délicieux nos peaux qui se frottent, nos sexes qui se touchent,
    nos muqueuses, nos salives qui se mélangent

    alors tout seul, comment on fait?
    une seul peau, une seule carcasse, un seul sexe, une seule volonté
    mais l’amour est en nous, d’une richesse insoupçonnée, d’une puissance insoupçonnée,
    pouvant prendre tellement d’aspects, tellement de routes,
    on n’a pas assez d’une seule vie pour en explorer tous les méandres

    alors tout seul, comment on fait?
    le fait est qu’on a le masculin et le féminin en nous,
    voilà déjà un excellent point de départ,
    à eux deux, ils vont faire un excellent couple,
    il n’y a plus qu’à apprendre, ré-apprendre les gestes et les mouvements d’amour
    qu’on connaissait avec un autre ou une autre
    pour que ces deux-là en nous puissent s’exprimer à pleine puissance,
    se reprogrammer, cela prend du temps mais on y arrive

    j’y suis arrivé et ce corps désormais exulte, ce corps s’épanouit,
    ce corps chante, ce corps danse,
    polyphonie extraordinaire des sens en émoi, du corps ivre,
    ivre de cette dualité masculin et féminin communiant dans une même chair

    une différence tout de même,
    dans les gestes et les mouvements du corps à corps amoureux
    à deux ou tout seul,
    le rythme,
    autant à deux on peut laisser les choses suivre leur rythme,
    autant tout seul, il faut savoir rester lent, très lent,
    fonctionner au ralenti quasiment
    pour que la grande oreille soit constamment là,
    que l’on soit toujours à 100% à l’écoute de ce qui se passe en nous, de ce qui s’éveille en nous

    dès que vous vous laissez emporter par l’excitation et que vous laissez le rythme un peu trop s’accélérer,
    la qualité des sensation diminue en même temps que la qualité de l’écoute,
    c’est un réflexe à prendre, dès qu’il y a accélération,
    dès qu’on commence à ressentir une perte de qualité due à la vitesse qui s’est un peu trop accélérée,
    on reprend le contrôle et on ralentit,
    c’est assez facile en fait, le corps va vite apprendre à se débrouiller tout seul
    une fois qu’il a compris que c’est son intérêt,
    il y a toujours un peu de latitude,
    on peut se permettre beaucoup de changements de rythme même dans l’extrême lenteur assumée
    mais dès qu’on a u n peu trop laisser le rythme s’accélérer,
    on va commencer à sentir si on est très attentif qu’on tourne de plus en plus à vide,
    que la qualité des sensations diminuent
    il faut ralentir en tout urgence pour se reconnecter à pleine puissance avec ses sensations

    c’est même devenu une sorte de jeu amoureux chez moi quand je suis excité,
    je laisse le rythme un peu hors de contrôle et quand je sens que la vitesse a un peu trop augmenté
    que la qualité commence à diminuer sérieusement,
    je ralentis et là tout de suite cela repart, le moteur avec tous ses chevaux prêt à vrombir, est de nouveau là
    et c’est délicieux, ces petits décrochages suivis d’un redémarrage à pleine puissance,
    avec le ressenti à pleine puissance à nouveau

    #32227
    Avatar
    invise
    Participant

    Votre temoignage est très sympa! Je peux flouter votre visage sur la vidéo il suffit de me contacter 😉

    #32228
    bzo
    bzo
    Participant

    Votre temoignage est très sympa! Je peux flouter votre visage sur la vidéo il suffit de me contacter

    c’est très sympa, il faudrait vraiment que je m’y mette à cette vidéo

    tiens tant qu’on y est, tu n’as pas un logiciel à me conseiller pour monter la vidéo?

    #32237
    Avatar
    invise
    Participant

    Final cut sur mac ou Adobe premiere feront l’affaire.

    #32265
    bzo
    bzo
    Participant

    merci,
    j’ai un peu vérifié,
    c’est pour le montage de la vidéo
    mais le logiciel pour la webcam, pour filmer,
    celui fourni avec la Logitech me semble assez élémentaire,
    n’y a-t-il pas quelque chose de mieux tout en restant assez simple de prise en main?

    #32272
    bzo
    bzo
    Participant

    tant de lascivité se révèle dans la lenteur,
    tant de lascivité, tant d’ondulations sensuelles, suaves,
    tant de courbes caressantes

    en mode liane lascive au ralenti avec mes mains allant et venant,
    mes cuisses frôlant mon sexe, mes couilles,
    les frottant inlassablement comme dans un slow, collés l’un contre l’autre

    ma peau tout contre ma peau, je danse, je me sens, je me frôle, je me presse,
    elle vibre de plus en plus en moi, elle ondule, elle se déhanche, elle se pâme,
    elle se pare de toutes les couleurs de l’arc en ciel,
    nous nous envolons

    se faire l’amour, ces mots me font frémir,
    on évoque tout de suite en soi, les cuisses, les seins de l’amante,
    on sent encore contre ses doigts la douceur humide de l’intérieur de son sexe,
    on sent encore en soi ses mouvements tellement sensuels, tellement gracieux, tellement animal
    de panthère feulant, de panthère embrasée par le désir

    nous nous sommes aimés en toi, dans ta chair,
    nous avons fusionné , cela n’a duré qu’un instant
    mais cet instant a plongé tellement loin, tellement profond

    l’ivresse nous a emporté comme sur une barque entraîné par des courants,
    la volupté est un océan dans le corps,
    un océan sans limites

    #32273
    bzo
    bzo
    Participant

    @invise
    Adobe Premiere Rush semble correspondre exactement à ce dont j’ai besoin,
    spécialement conçu pour filmer et monter avec

    Publiez vos vidéos en un temps record. La fonctionnalité de caméra intégrée permet de filmer des vidéos de qualité professionnelle avec vos appareils mobiles. Bénéficiez d’outils simples pour la couleur, le son, l’animation et bien plus encore. Partagez directement vos vidéos sur vos réseaux sociaux préférés (YouTube, Facebook, lnstagram, etc.) sans quitter l’application.

    Premiere Rush fonctionne sur tous les appareils. Filmez à l’aide de votre téléphone, puis montez et partagez la vidéo sur les réseaux sociaux depuis l’équipement de votre choix : téléphone, tablette ou poste de travail. Comme tout est synchronisé dans le cloud, la dernière version est toujours accessible, où que vous soyez.

    #32303
    Avatar
    invise
    Participant

    Un logiciel pour flouter a un endroit spécifique de la vidéo (visage par exemple) je connais que ceux deux là. Il s’agit de logiciels pro. C’et pour ça que je proposait de le faire 🙂 car pour flouter a un endroit spécifique il faut faire du tracking à l’endroit ou ton visage apparaît. C’est technique.

    Je ne connais pas d’autres logiciels permetant de faire cela de façon plus simple. Mais enfin on s’eloigne du sujet essentiel ici 😉

    #32312
    bzo
    bzo
    Participant

    Un logiciel pour flouter a un endroit spécifique de la vidéo (visage par exemple) je connais que ceux deux là. Il s’agit de logiciels pro. C’et pour ça que je proposait de le faire 🙂 car pour flouter a un endroit spécifique il faut faire du tracking à l’endroit ou ton visage apparaît. C’est technique.

    Je ne connais pas d’autres logiciels permetant de faire cela de façon plus simple.

    je ne pensais pas à un logiciel pour flouter
    mais à un qui me permet de filmer dans les meilleures conditions
    puis de faire le montage et quelques corrections éventuellement

    quant à flouter, je ne sais pas encore,
    peut-être le ferais-je à visage découvert quand même,
    je n’ai pas encore décidé

    #32320
    bzo
    bzo
    Participant

    il fut un temps où ce qui m’intéressait,
    c’est d’avoir le plus possible d’orgasmes et le plus intense possible,
    j’ai culminé ainsi et crois avoir atteint certaines limites
    avec ces super O qui duraient parfois plusieurs minutes
    et qui m’emportaient vraiment, vraiment très très loin

    sacrées expériences, moments sublimes, moments inoubliables,
    une certaine forme de transcendance en soi, de soi
    mais moments terribles, moments limites quelque part aussi, quand j’y repense,
    car il y avait une telle violence,
    une telle explosion de violence à l’oeuvre aussi quelque part dans ces moments,
    je ne regrette rien
    mais ce n’est plus du tout mon voyage, mon périple, désormais

    aujourd’hui ce qui m’intéresse, c’est la qualité des sensations,
    la qualité, la richesse, la variété,
    être envahi par la volupté, être envahi par une sensation de félicité,
    être envahi par une sensation d’épanouissement dans l’instant

    être envahi par un chant qui semble s’élever de partout,
    un chant, une danse,
    une grâce lascive en action en nous,
    une grâce animale, un accord avec ces abysses,

    sentir une communion en soi,
    le masculin et le féminin pleinement éveillés,
    leur corps à corps amoureux
    divins moments d’abandon, divins moments d’abandonnement,
    on s’abandonne, on cède

    une sensation d’ouverture totale
    et que ce qui se déverse en moi, vient de l’extérieur,
    se sentir comme un entonnoir dans lequel s’engouffre
    une volupté ineffablement délicieuse inlassablement

    se sentir caressé dans la moindre de ses cellules, aucune d’oubliée,
    une autre conception de l’intensité,
    un grand sourire calme et radieux dans la chair
    tandis que la ligne d’horizon semble toute proche, semble se rapprocher de plus en plus,
    jusqu’à se sentir confondu à elle,
    moments de fusion, moments de communion,
    la chair grande ouverte vers le ciel,
    à l’air libre, ivrement tournoyant

    #32321
    bzo
    bzo
    Participant

    la nuit , je m’éveille toujours plusieurs fois,
    juste quelques instants à chaque fois
    mais souvent désormais, j’ai le réflexe de glisser ma main en bas derrière vers la fente de mon cul,
    caressant au passage lentement les globes de mes fesses lentement
    j’y enfonce mes doigts sans trop de ménagement,
    j’aime les sentir s’enfoncer comme cela, un peu violemment,
    commencer à bouger à l’intérieur, aller et venir un peu,
    je sens du feu s’éveiller en moi

    bouger lentement, bien tout cueillir, la moindre petite étincelle de sensation

    plaisir anal avec les doigts qui bougent au ralenti, farfouillent millimètre par millimètre,
    qui vont et qui viennent,
    moments charmants, presque endormi,
    le corps pas mal en mode automatique, la tête à peine émergeant du monde des rêves,
    mais assez
    mais assez ainsi après quelques instants,
    avant de me rendormir temps de passer à des choses plus sérieuses,
    d’avoir une sensation plus riche, plus pleine, qui engage tout mon être

    j’immobilise donc les doigts à l’intérieur
    et je lance une contraction,
    la contraction avec son cortège de vibrations provenant de la prostate,
    elle vient envelopper mes doigts,
    ils semblent fusionner, ne plus former qu’un

    ensemble ils semblent former un organe mâle en érection tellement convaincant,
    mes entrailles en sont immédiatement tout retournées
    et je ne peux m’empêcher de commencer à gémir
    au rythme des contractions,
    les doigts parfois bougent un peu, s’enfoncent un peu plus, changent légèrement de position
    mais vraiment très peu, il est même essentiel qu’ils restent le plujs inertes possible
    et que ce soit les mouvements du bassin et surtout les contractions
    qui fassent bouger l’ensemble

    je n’insisterais jamais assez sur cette sensation de fusion immédiate entre la contraction,
    les muscles qui portent la contraction et puis les doigts,
    ils semblent vraiment en plus former qu’un organe
    évoquant tellement délicieusement, tellement puissamment la pénétration

    aussi, corollaire,
    dès que la contraction se met en route, que ma prostate se met à vibrer,
    ce ne sont plus des doigts qui jouent dans mon anus
    mais mon A-pussy que je sens instantanément,
    cet organe sexuel féminin qui n’était au début qu’une petite graine en moi
    et que j’ai fait patiemment pousser,
    jusqu’à devenir cet sexe adulte d’une puissance tellement douce et illimitée

    je sens ses plis et ses replis tendres
    qui vont et qui viennent comme des lourdes voiles de chair
    sous mes doigts bougés par les contractions,
    je sens le velours intime des muqueuses frottées,
    je sens ses milliards de connexions nerveuses qui frémissent, qui palpitent,
    au moindre contact, au moindre frottement,
    levant tout un océan de volupté en moi

    #32323
    bzo
    bzo
    Participant

    hum, je dois être quelque chose comme un puriste

    ces derniers temps, je regardais de temps à autre de la porno
    mais là j’ai décidé de renoncer,
    en effet je me suis rendu compte que lors de mes séances après en avoir regardé une
    que certes l’excitation venait plus facilement
    mais elle était aussi de moins bonne qualité, les sensations étaient d’une finesse moindre,
    leur variété semblait aussi plus limitée

    j’ai donc décidé après vote unanime de mon conseil d’entreprise
    d’arrêter ce genre de visionnage,
    vive le homemade, les sensation 100% maison
    il y a tout ce qu’il faut dans mon petit jardin touffu
    pour me faire une popote

    #32332
    bzo
    bzo
    Participant

    bon, un nouveau réveillon approche,
    temps de faire un petit bilan de cette première année en aneroless

    je ne m’en lasse pas, chaque jour je pratique et souvent plusieurs heures
    et je ne m’en lasse pas, tout du contraire,
    ma pratique est devenu une sorte de compagnon intime de route,
    compagnon intime dans mon quotidien

    tout ce plaisir, toutes ces sensations,
    c’est une façon de prendre mon pied dans l’instant bien sûr
    mais aussi une façon de m’explorer, d’explorer mes ténèbres, de reculer mes limites,
    d’éprouver souvent, d’arriver dans des états
    qui semblent bien au-delà d’un simple plaisir sexuel,
    j’ai l’impression parfois d’avoir des racines qui s’enfoncent jusqu’au plus profond du noyau terrestre
    dans mes moments les plus intenses,
    d’être comme un arbre de chair lié au sol, frémissant dans le vent,
    que le murmure intemporel de la vie, que le langage de la nature, passe par moi aussi,
    comme par les animaux, par les insectes, par les plantes

    quatre façons désormais bien distinctes, bien séparées, dans mon bassin,
    d’aller chercher mon plaisir,
    techniquement tout cela commence à être bien au point et bien rodé

    -en aneroless, mes bijoux de famille, seulement enlacées par mes cuisses
    -en aneroless, mes bijoux de famille, touchés aussi par mes doigts
    -avec masseur, mes bijoux de famille, sans les doigts
    -avec masseur, mes bijoux de famille, avec les doigts

    j’ai repris en fait le masseur hier
    et j’ai décidé que désormais ce sera au moins une séance par semaine,
    c’est trop bon,
    même s’il n’y a pas la même qualité de sensations, pas la même richesse, pas la même variété,
    qu’en aneroless,
    néanmoins c’est une dosse massive de plaisir à chaque instant
    et obtenue tellement plus facilement, avec tellement moins de concentration nécessaire,
    tellement moins d’efforts nécessaire,
    la technique aussi est beaucoup plus sommaire, moins compliquée,
    bref en fait c’est très reposant,
    cela change, pas besoin de grande oreille tendue vers l’intérieur,
    juste se laisser aller et pousser le masseur en soi comme si on se pénétrait,
    cela met de la variété,
    et la variété, c’est toujours bon,
    surtout pour quelqu’un comme moi qui pratique tous les jours
    et souvent plusieurs heures

    donc quatre façons de solliciter le plaisir,
    que je garde désormais bien séparées,
    j’ai essayé en long et en large de les mêler mais rien n’y fait, il n’y a pas moyen

    enfin quand je dis qu’il n’y a pas moyen, on peut le faire bien sûr, rien ne l’interdit,
    j’ai eu d’excellentes séances ainsi, délirant de plaisir
    mais on va toujours se heurter à un plafond à un moment donné,
    cette façon de faire à ses limites
    et moi je ne veux que des pratiques où je ne sens aucune limite,
    sans même parler des risques d’éjaculations si on persiste à partir d’un certain moment

    la qualité des sensations de l’aneroless , ne peut être maintenue,
    même si on prend soin de ne pas mêler mais d’alterner,
    ainsi rester 15 minutes, avec les doigts touchant aux génitaux
    puis continuer sans, rien qu’avec les cuisses,
    on pourrait croire qu’on va retrouver toute la finesse et la richesse des sensations
    comme si on n’avait jamais approché les doigts de nos parties durant la séance
    mais cela n’est pas vrai

    comment cela se fait?
    eh bien les sensations, aussi éphémères qu’elles soient,
    continuent de vivre en nous quelque part, elles vont former comme un humus,
    c’est la tension sexuelle,
    dès lors si pendant un quart d’heure vous vous êtes chipoté les couilles, le sexe avec la main,
    eh bien votre tension sexuelle sera constitué en grande partie aussi de ces ondes éveillées dans ces moments
    et vous aurez beau après ne plus les toucher qu’avec les cuisses,
    vous ne retrouverez pas toute la sublime finesse, précision et richesse des sensations
    comme quand on y va depuis le début rien qu’avec les cuisses

    il faudra pour cela s’arrêter et laisser la tension sexuelle complètement s’éteindre en vous
    avant de pouvoir reprendre rien qu’avec les cuisses, les contacts avec vos génitaux
    pour retrouver toutes les caractéristiques que je décris un peu plus haut

    #32335
    bzo
    bzo
    Participant

    petit instantané d’il y a quelques instants:

    j’étais couché sur le dos dans mon lit
    les jambes bien écartées, détachées des draps, repliées en l’air vers l’arrière
    je me sentais ouvert, j’avais des picotements dans tout le bassin
    et mon A-pussy entre mes jambes semblait en feu,
    semblait hurler son envie de se sentir empli, de se sentir frotté, fouillé, cogné

    je tirais en arrière la peau de mon pubis en pressant bien fort,
    les doigts reposant contre la base de mon sexe au repos
    et puis je lançais mes contractions,
    bien lentement, bien langoureusement

    la sensation de m’enfoncer dans ma propre chair,
    de m’enfoncer de plus en plus profondément dans ma propre chair,
    avec mon propre sexe

    avec mes doigts bien contre la base de ma hampe comme éveillant une tempête dans mon bassin,
    je sentais un flux massif d’ondes sexuelles provenant de mes parties génitales
    venant inonder mon A-pussy, venant se mêler aux contractions, aux vibrations de ma prostate,
    l’ensemble formant un flux tellement puissant, enivrant,
    évoquant avec un tel réalisme la sensation de me pénétrer avec mon propre sexe,
    de le sentir raide, alors qu’il est au repos complètement
    et tourner vers l’intérieur, dressé vers l’intérieur,
    me pénétrant, me labourant méthodiquement avec expertise

    #32458
    bzo
    bzo
    Participant

    première longue séance de l’année 2019

    au lit, j’ai mélangé des moments avec masseur et des moments sans,
    une bonne heure, d’abord rien qu’avec les cuisses pour ce qui est des contacts avec mes parties
    puis encore une demie heure où les mains s’y sont mises aussi,
    aussi bien avec masseur que sans,
    sachant qu’à partir du moment où les doigts s’y mettaient aussi,
    il n’y a plus de retour en arrière possible, bien sûr

    enfin rien ne l’interdit mais je ne retrouverai plus cette finesse,
    ce raffinement, cette légèreté, des sensations,
    si caractéristiques quand je n’y vais qu’avec les cuisses,
    ma théorie à ce propos, je l’énonce encore une fois:
    nos sensations connaissent leur moment de gloire, leur galop bref dans notre chair,
    mais ils ne meurent pas tout à fait après,
    ils vont former une sorte de terreau en nous,
    c’est la tension sexuelle qui va en s’augmentant si tout va bien,
    un lent crescendo qui va nourrir notre plaisir dans l’instant,
    va organiser peu à peu notre décollage sur la piste de l’instant
    une fois que ce terreau sera suffisamment riche, suffisamment consistant

    cependant si on commence à mélanger les ondes sexuelles mâles, provenant de nos parties génitales,
    des contacts aussi bien avec les doigts qu’avec les cuisses,
    on va perdre cette finesse, cette délicatesse, cette variété, des sensations
    si caractéristiques quand on y va qu’avec les cuisses,
    une image que j’avais eue une fois à leur propos pour les caractériser, c’est:
    une myriade de danseuses en tutu, voltigeant en nous,effleurant, frôlant de tout les côtés,
    effectuant leurs délicates figures de style dans notre chair
    ou alors des nuées d’oiseaux dans le ciel volant de concert,
    effectuant leur arabesques gracieuses dans notre sang,
    on ne retrouve plus donc cela,
    une fois que ce terreau que constitue la tension sexuelle accumulée,
    est devenu un mélange des deux types d’ondes mâles

    dès lors si on veut retrouver les caractéristiques des contacts rien qu’avec les cuisses,
    il faut vidanger la place, évacuer complètement ce terreau mixte
    pour en reconstituer un rien qu’avec des sensations constituées d’un mélange de vibrations de la prostate
    et de contacts de nos bijoux de famille avec les cuisses
    mais pas avec les doigts

    pour en revenir à cette première séance délicieuse,
    j’ai commencé longuement avec le masseur,
    comme c’était bon, ma technique bénéficie grandement de tout la richesse que j’ai acquise en aneroless,
    je goûte le moindre petit mouvement du masseur beaucoup mieux,
    mes caresses aussi, sont plus lentes, plus languides,
    je m’attarde sur mes seins, j’aime tellement les caresser
    et ils me le rendent bien, toute l’attention que je leur porte,
    leur contribution au feu qui m’envahit des pieds à la tête, est superbe,
    quand je les empoigne, je les malaxe, je les frotte,
    je me sens comme une garrigue aride sur laquelle on a jeté une allumette,
    je m’embrase, je flamboie, mes flammes s’élèvent rapidement jusqu’au ciel

    la pratique avec masseur nécessite beaucoup moins de concentration, d’efforts, en tout cas chez moi,
    c’est bien agréable, c’est très reposant,
    je me rends compte qu’une grande partie de la concentration, des efforts , en aneroless,
    est requise par la reconstitution d’une sorte d’objet raide en soi avec les contractions,
    celles-ci remplacent avantageusement le masseur, une fois qu’on a bien pris l’habitude,
    car le masseur a une forme , une consistance, dans le monde réel,
    alors qu’avec les contractions, je parviens à à recréer l’illusion d’un masseur en moi
    mais dont je peux manipuler la forme et la consistance comme je veux,
    un masseur modulable à notre guise, selon notre inspiration et notre désir, en quelque sorte,
    sans consistance , sans longueur, sans épaisseur et sans forme , prédéterminées

    cependant cela nécessite plus de concentration et plus d’efforts pour le recréer à chaque instant
    ou du moins créer un flux en nous où sa présence semble réelle,
    disparaissant quelques instants puis revenant,
    enflammant peu à peu nos entrailles

    les variations, comme je l’ai déjà écrit, sont beaucoup plus grandes
    que quand on a en soi un masseur avec sa forme physique bien définie et non modifiable,
    on bénéficie aussi du fait qu’avec le masseur, les mouvements sont plus limités,
    sinon celui-ci va perdre son efficacité,
    alors qu’en aneroless, on peut vraiment bouger comme on veut,
    suivre son inspiration sexuelle, son instinct, partout

    les contacts avec les doigts de nos parties cependant,
    même s’ils manquent la finesse et la variété,
    ont une puissance immédiate pour eux,
    dès que j’effleure un peu longuement une couille,
    c’est comme si j’étais dans le siège d’une fusée en train de décoller
    et cela n’arrête pas,
    tout le temps que j’y vais avec la main se connectant avec mes bijoux de famille,
    c’est le même décollage en force, c’est assez irrésistible pendant tout un temps ce type de sensations
    mais là aussi il faut apprendre à varier,
    il y a moyen,
    je privilégie les longs contacts statiques, assez statiques,
    mes doigts restent longuement dans la même position
    puis au bout de quelques minutes, je change celle-ci,
    j’effectue même quelques acrobaties,
    tout cela est délicieux, là plus que jamais il faut savoir ralentir,
    ne pas se laisser emballer par la puissance de la fusée qui monte en nous,
    ralentir, permet de garder un certain contrôle

    en changeant la main de position, les sensations changent du tout au tout,
    profiter du fait qu’avec ce type de contact,
    la sensation de se faire l’amour avec son propre sexe dressé, est plus forte que jamais,
    on le sent monter, bien raide, dans nos entrailles,
    sublime tour de passe passe,
    on peut vraiment tout, tout est possible,
    le terrain de jeu n’a pas de limites

    #32472
    bzo
    bzo
    Participant

    première séance du soir de l’année 2019

    ai commencé à nouveau avec le masseur,
    c’était la troisième ou la quatrième séance avec ma chère Carabosse, ma petite fée du logis en silicone
    qui aime tellement récurer mon fondement avec son balai magique

    la connexion, cette fois, était totale, j’ai retrouvée toutes mes sensations,
    cela s’est traduit immédiatement par un orgasme au premier contact avec la bosse du masseur,
    comme dans le bon vieux temps,
    où je l’appelais mon orgasme de bienvenue,
    où mon fondement et le masseur tout contents de se retrouver,
    se serraient l’un contre l’autre éperdument, fiévreusement

    après, cela n’a pas arrêté, comme dans le bon vieux temps, j’ai enchaîné les orgasmes,
    avec tout l’apport technique de l’aneroless,
    une attention aux détails tellement accrue, une précision beaucoup plus grande,
    les doigts ou les cuisses venant jouer avec mes bijoux de famille,
    j’étais aux anges,
    comme j’étais aux anges!

    assez curieusement avec masseur,
    je n’ai pas ce problème que j’ai longuement décrit plus haut,
    je peux passer à des contacts de mes génitaux avec les mains
    à aucun contact ou encore avec les cuisses
    sans aucun des problèmes que j’ai décrit plus haut

    mes vieilles couilles poilues,
    mes vieilles couilles poilues que je sentais suinter du nectar dans tout mon bassin,
    pour suinter, elles suintaient, une vraie inondation!
    quelle bonheur, être empli de tant de volupté, de tant de chaleur frémissante,

    avec masseur je bouge beaucoup moins désormais,
    sauf les mains qui vont et qui viennent sans relâche, caressant, frottant,
    griffant ou pinçant de temps à autre

    à un moment donné, j’ai serré les genoux et les ai levé devant moi en les repliant,
    en chien de fusil en quelque sorte mais avec les genoux en l’air par devant,
    ainsi tout était bien tendu dans le bassin,
    je cambrais bien les reins en plus,
    je sentais le petit trou trou de mon A-pussy avec le museau de la bête en silicone tout proche,
    je sentais mon trou trou tout serré du fait de la position
    et je sentais la grosse tête du g-rider tout près,
    comme trépidant de s’enfoncer, de venir se frotter à ma prostate,
    tout était tellement tendu dans la région
    que je ne savais pratiquement plus bouger le masseur en fait,
    juste l’enfoncer un tout petit peu entre les lèvres délicieusement serrées de mon A-pussy
    qui au fur et à mesure que la grosse tête en silicone essayait de se frayer un chemin,
    s’entrouvraient goulûment comme pour le happer
    mais difficilement due à la tension extrême de la position,
    il s’enfonçait, le lascar, la bête, à chaque fois de quelques centimètres, millimètre par millimètre,
    avant de ressortir frottant, frottant, frottant au passage,
    j’en miaulais comme une chatte en chaleur de cette lente progression entre mes chairs ultra-serrées
    et ainsi coup lent après coup lent, je devenais fou de plaisir une fois de plus,
    une fois de plus, je ne savais plus où j’étais, qui j’étais, dans quel état j’erre

    après le masseur, je l’enlevais et continuais en aneroless encore un bon quart d’heure

    quel bonheur , mes amis, ma tête est empli d’étoiles,
    ma chair a déjà connu des félicités comme des carrousels colorés, tournoyant lentement dans le ciel,
    cette année 2019 démarre sous les meilleurs auspices

    #32481
    bzo
    bzo
    Participant

    nouvelle séance mixte, début avec masseur
    puis en aneroless
    puis masseur à nouveau mais cette fois-ci, les doigts en plus,
    puis enfin en aneroless , les doigts en plus

    le secret quand on procède à des attouchements avec les doigts de ses parties durant la séance,
    c’est de garder ceux-ci bien statiques, bien neutres, bien immobiles,
    la main en mouvement, c’est pour la masturbation,
    ici il s’agit d’utilisation des doigts autrement

    ceux-ci vont servir de conducteur, enfoncer deux doigts entre vos couilles,
    c’est un peu comme si vous enfonciez une fiche dans la prise,
    le courant va passer, le nectar va se répandre, d’abord dans votre bassin
    puis dans tout le corps,
    grâce aux contractions qui sont comme une pompe,
    faisant monter de vos entrailles les vibrations de la prostate,
    mettant tout en action, tout en mouvement,
    touillant la divine soupe des ondes sexuelles en vous, la « dispatchant » dans tout le corps,
    prenant soin qu’aucune cellule ne soit oubliée

    gardez vos doigts bien immobiles, ce sont vos contractions et vos mouvements de bassin
    qui vont faire bouger l’ensemble,
    ces doigts doivent comme faire partie de vos parties génitales,
    des excroissances qui leur ont soudainement poussé,
    encore une fois, c’est un tout à fait autre type de contact que vous devez rechercher avec vos génitaux,
    la main sert de conducteur

    sentez comme ce contact entre votre sexe au repos, vos couilles et quelques doigts inertes
    immédiatement déclenche comme une éruption volcanique dans vos entrailles,
    sentez votre sexe , en apparence, au repos
    qui commence à durcir vers l’intérieur,
    monter en vous, frotter en vous sa tête bien gonflée , bien turgescente,
    avec sa hampe bien raide la poussant, la faisant monter et descendre en vous

    bougez votre main de temps à autre tout de même,
    cela va changer les sensations du tout au tout,
    des transitions rapides

    ce sont vos ondes mâles, leur grand afflux grâce aux doigts
    couplé à la reproduction d’un mouvement de pénétration par les contractions
    qui créent cet effet si réaliste, si puissant,
    il ne vous reste plus qu’à gémir de toute votre âme en extase
    à chaque fois que votre propre dard s’enfonce entre vos jambes
    et se fraie un chemin dans votre A-pussy,
    semblant parfois vous remonter jusqu’à la gorge
    et étouffer vos gémissements

    encore quelque coups de rein
    et il va jaillir comme un bélier par votre bouche
    et sur sa lancée jaillir, s’élancer, répandant vos tripes vers les cieux

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 417)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.