#33763
EpictureEpicture
Participant

Bonjour @andraneros

Maïeutique : art de faire accoucher

Socrate était le fils d’une sage-femme. Sa méthode consistait à faire accoucher son interlocuteur d’une connaissance, ou d’un savoir, dont il n’avait pas conscience. Ainsi, les dialogues écrit par Platon qui relatent la vie de Socrate comme personnage « coloré » de la vie Athénienne de cette époque antique, ne font que retracer ce processus d’accouchement, par son interlocuteur, d’un savoir dont il ne sait pas qu’il en est déjà le dépositaire. Certain perçoivent cet homme comme un personnage horripilant, et jouissant de l’humiliation qu’il fait subir à ses congénères, d’autre le définissent comme le premier philosophe. Socrate ne donne pas de réponses. Les dialogues de Platon se finissent presque toujours par une aporie c’est-à-dire une impasse intellectuelle. Cette impasse, ou bien elle horripile parce que la pensée, « ça sert à trouver des réponses », ou bien elle exalte, car la pensée n’en n’a jamais fini, elle est sans cesse relancée. Mais ça énerve aussi. D’ailleurs Socrate fut condamné à mort, ou à l’exil. Il a choisi la mort.

De cette existence, Platon à fait naître le dualisme, qui a séparé le corps et l’esprit, puis tout le christianisme. Pour moi, c’est la cause de tous mes problèmes. Il m’a fallu réconcilier pendant des années mon corps et mon esprit.

Pourtant, je ne crois pas, (il faudrait approfondir cette question) que c’était le projet de Socrate. Il était dans la vie, dans l’existence ici et maintenant. L’acte de faire parler les gens n’était pas pour lui une philosophie, mais un mode de vie. Il savait, qu’en faisant parler les gens ça les conduisait devant leur propres contradictions, c’est pourquoi il agaçait. Son objectif était à mon avis d’ordre catarthique : libérer les hommes de leurs contenus contradictoires, source de leur agitation et de leurs problèmes.

Pour le sujet qui nous intéresse, il se trouve que toutes les personnes qui viennent sur notre forum ne viennent pas pour la même raison, chacun a son projet, son vécu, ses désirs, ses phantasmes. Il est difficile de répondre à chacun avec justesse, comme tu le fais @andraneros, et avec modération.

Si l’on définit un dénominateur commun comme tu l’as fait : éveiller sa prostate, alors effectivement cela conduit à mobiliser des forces et ou des énergies dont nous n’avons pas conscience. La seule chose dont nous avons conscience, dans ce domaine, c’est l’effet que cela a sur nous. Et encore, c’est souvent difficile, voire impossible de le retranscrire fidèlement : les mots manquent, et la grammaire se fait handicap. Seuls les poètes et les artistes savent nous faire toucher d’un peu de leur vécu. Cependant, quelques conseils judicieusement posés, quelques paroles adéquates, permettent parfois de faire émerger à la conscience de certains d’entre nous des schémas mentaux qui ne sont pas productif pour éveiller sa prostate. Le dualisme est selon moi l’un de ces schémas contre-productif. Corps et esprit, bien que distincts, ne sont pas opposés, ils sont complémentaires.

Si l’on considère, comme je le fait, que le massage prostatique n’est qu’une étape vers quelque chose de moins sexuel, de moins intrusif, ou l’ensemble du corps prend part à la fête, et que l’esprit contribue par son action à mettre de l’huile dans les rouages à travers lesquels circule notre énergie, alors, effectivement l’éveil de la prostate est le début du commencement.