#34135
bzobzo
Participant

ma main gauche est autour de la bouche souvent ces derniers temps, je le relate abondamment,
là durant ma dernière micro-séance, elle est montée plus haut, une soudaine envie, une urgence,
elle est allée jusqu’à ma tempe, là après avoir un peu hésité,
elle a grimpé encore plus haut, jusqu’à dans ma chevelure,
elle y a plongé comme on plonge dans une onde soyeuse,
elle s’y est attardée, elle s’y est trouvée bien

ce sont des gestes très féminins en fait, je me rends compte,
traîner les doigts lentement sur les lèvres, effleurer suavement les joues,
plonger la main dans la chevelure, la caresser,
la saisir, empoigner une grosse mèche puis ne plus bouger
comme si on était pendu à elle avec tout le corps

j’ai la sensation de m’enlacer intérieurement,
de m’enlacer langoureusement intérieurement par tous ces gestes tout légers, tout lents, tout sinueux,
de plus en plus de m’enlacer, de plus en plus me rendre tout chose,
comme je suis tout chose…
je suis chaud, brûlant, ondulant, fiévreux

je saisis ma chevelure et je me sens plus offert que jamais,
je saisis ma chevelure et je me sens plus ouvert que jamais,
je sens la contraction avec plus d’acuité que jamais, se frayant un chemin en moi,
je sens sa dureté d’airain qui fait fondre mes entrailles

quelle volupté dans les gestes, quelle soie dans les mouvements,
quelle lascivité dans ces courbes qui semblent naître de partout,
ce corps se tend, ce corps se cabre,
ma petite béance en bas entre mes jambes écartées, ma petite ouverture d’amour,
une cantatrice en train de chanter à tue-tête, en train de vocaliser à tue-tête
j’y ai un doigt ou deux de glissé dedans,
comme c’est bon