• Ce sujet contient 738 réponses, 14 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzobzo, le il y a 12 mois.
20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 739)
  • Auteur
    Articles
  • #33610
    bzobzo
    Participant

    le plaisir est-il une hystérie?

    par moments, j’ai vraiment l’impression que c’est cela,
    juste cela,
    un château de cartes, une construction,
    une sorte de partie de ping pong entre notre chair et nous,
    cela tient par un fil ténu,
    tellement fragile par moments

    parfois je tousse et déjà il n’y a plus rien pendant quelques secondes,
    pouf, tout s’est envolé, reste qu’un vieux con en train de se toucher, de s’agiter bizarrement,
    le charme qui tordait mon corps de plaisir dans tous les sens l’instant d’avant,
    le charme qui faisait de moi un roi, un prince dans les cieux,
    s’est envolé en fumée

    tellement ressenti, tellement vécu, pourtant,
    tellement plus d’intensité,
    tellement plus de sens ressenti dans ce dérèglement

    ceci expliquerait pourquoi certains n’y parviennent pas,
    ils envoient les corrects signaux à leur chair,
    ou à peu près, rien de bien compliqué ici,
    on s’en rend compte plus tard quand on a atteint un stade avancé

    leur corps voudrait bien s’emballer, celui-ci ne demanderait qu’à décoller, à partir en vrille
    mais ils ne se laissent pas faire, ils ne se donnent pas l’autorisation,
    en ce sens que quelque part en eux, ils restent une statue de cire,
    ils attendent que la fonte des glaces vienne d’elle-même, comme par miracle, deus ex machina,
    alors qu’il faut y mettre du sien,
    pour que le petit grain de folie fleurisse dans notre chair,
    il faut le provoquer, il faut le cajoler, il faut lui ouvrir les bras,
    y mettre du sien, inciter, il faut faire un pas ou deux

    pour que tout se dérègle en nous, que tout se mette sens dessus sens dessous
    notre esprit doit accepter d’être au moins momentanément dépouillé de certaines de ses prérogatives,
    il faut abdiquer sa volonté, laisser l’animal s’exprimer en nous,
    l’esprit doit faire place à l’instinct, aux pulsions,
    il ne faut pas avoir peur du ridicule non plus,
    pas hésiter à s’exprimer, à essayer d’exprimer notre désir de plaisir, même maladroitement,
    faire fi de tous les tabous, oser s’avancer avec ce corps, s’aventurer avec ce corps, sortir des sentiers battus,
    accepter de ne plus régner dessus sur nous,
    chercher à provoquer la folie, chercher à provoquer le dérèglement,
    inciter notre corps à se libérer de nous,
    inciter notre monture sous nous, à galoper de lui-même, sans nous tenant les rennes,
    inciter notre monture sous nous à trouver des espaces où il peut galoper librement

    #33622
    bzobzo
    Participant

    revenons à l’essentiel,
    l’essentiel, c’est cette tension, cette tension qui fleurit miraculeusement,
    soudainement une corne d’abondance,
    soudainement du nectar soyeux se déversant,
    soudainement des traînées de félicité ineffable,
    soudainement des extases comme des vagues traversant au ralenti ma chair

    ma voix s’est faite de cristal, de cristal qui chante,
    ma voix s’est fait de cristal qui vibre, de cristal qui frémit,
    comme mon être résonne, la corne d’abondance a parlé,
    la corne d’abondance a déversé dans ma chair, tout mon être résonne,
    ma voix s’est faite de cristal, tout mon être vibre dedans,
    tout mon être chante dedans,
    un chœur de milliards de cellules, je les entends toutes en même temps,
    je les entends à présent toutes en même temps,
    c’est comme si tout l’univers résonnait en moi

    chair-univers, chair-firmament, chair voie lactée,
    mes cellules, des étoiles brillant parmi l’immensité sans fin, l’obscurité des abysses

    #33623
    bzobzo
    Participant

    j’adore cette sensation de chiffonné,
    de chair chiffonnée, douce et humide
    quand j’enfonce un ou plusieurs doigts dans mon anus-pussy

    chair molle, chair qui se donne, chair qui se donne et qui enveloppe,
    qui se donne et qui enveloppe, connectée à tout mon être,
    chair vibrante, chair frémissante, chair tempête, chair tempétueuse,
    chair aimant, chair attractions

    chair grotte, chair grotte à explorer, chair à parois, chair à parois gravées,
    chair des profondeurs montées tout près de la surface,
    chair des grands jours, chair des grandes nuits, chair étoilée, chair trois étoiles
    chair intime, intimement contactable, chair de tous les contacts, chair intimement contactée

    #33625
    bzobzo
    Participant

    hier soir j’étais bien reposé
    mais pour la première fois depuis longtemps,
    simplement je n’avais pas envie,
    bon je me suis offert quand même quelques minutes ici et là,
    5, 6 micro-séances d’une minute en moyenne,
    en fait cela m’a suffit, je n’avais pas très faim

    la qualité des sensations hier soir avait atteint un tel niveau,
    j’aimerai pouvoir transmettre une exacte idée de cette notion
    de sensations pas très intenses dans l’absolu
    mais d’une telle finesse, d’une telle limpidité, d’une telle précision, de nuances tellement exquises
    et puis ressenti un peu partout dans le corps, tellement important cela,
    là aussi j’aimerai pouvoir donner une idée exacte de cette notion
    pour faire comprendre à quel point,
    le plaisir ressenti ainsi, est plus satisfaisant

    c’est comme si une plante dans un pot , était arrosée bien partout,
    pas juste dans une zone délimitée,
    non toutes ses racines, même les plus reculées,
    reçoivent bien à un moment donné, du divin nectar
    et pas juste vaguement par capillarité

    ce n’est pas que le plaisir est ressenti partout en même temps,
    dans les moments les plus forts , oui
    mais il peut être ressenti n’importe où, en de nombreux endroits en même temps,
    une synergie, un réseau,
    réseau qui bouge, réseau mouvant, réseau fluctuant, réseau vivant,
    réseau qui bat des ailes comme un papillon, réseau qui décolle,
    des ramifications vivantes, qui naissent, qui meurent, qui poussent,
    qui avancent sinueusement

    hier soir, le moindre de mes mouvements, le moindre de mes contacts
    participait directement à la création du plaisir et directement , instantanément à l’endroit du contact,
    dans la partie du corps bougée, dans la partie du corps caressée,
    des subtils et puissants accords se créaient,
    je bougeais les jambes, les frottant l’une contre l’autre
    tout en me caressant le visage, descendant lentement la main, le cou puis la poitrine,
    tout en faisant aussi remonter une légère contraction et pressant un peu mes cuisses contre mes couilles
    la sensation naissait en même temps dans mon bassin,
    je sentais les vibrations de la prostate monter dans la contraction,
    qui délivrait aussi une sensation d’être pénétré,
    un nuage de nectar voluptueux, soyeux, chaud, frémissant
    se dégageait du contact de mes cuisses contre mes couilles
    et se répandait dans mon bassin comme un nuage de lait dans du thé

    en même temps depuis les jambes se frottant l’un contre l’autre,
    les poils s’entremêlant, allant titiller la jambe opposée
    un autre flux de sensations arrivait, montait vers le bassin
    tandis que depuis mon visage caressé, puis le cou, puis la poitrine,
    un autre flux, flux qui évoluait en fonction de la main,
    un autre flux descendait

    tous ces flux fusionnent rapidement, quasi instantanément,
    la notion de temps est difficile à déterminer avec exactitude,
    le plaisir le distend, le raccourcit, le rallonge,
    tous ces flux semblent former un réseau qui dans la foulée,
    commence à irradier à disséminer plus ou moins fort dans toutes les directions

    enchaînement délicieux, très fluide, en l’espace de quelques secondes,
    il existe un cycle avec une naissance, une ascension puis cela s’estompe et meurt
    mais vient déjà la vague suivante,
    l’accord de sensations naît de différents flux (c’est ainsi que tout le corps participe)
    qui très rapidement se rejoignent,
    puis cela se répand un peu de tous les côtés
    un peu comme un sapin de Noel qui s’illumine un peu partout, par vagues, aléatoirement

    sauf que ce n’est pas aléatoire chez moi,
    c’est selon les endroits que je caresse, que je bouge,
    que je frotte, que je presse, que je contracte,
    c’est de l’improvisation de jazz
    mais avec des règles à respecter et une technique derrière

    #33627
    bzobzo
    Participant

    j’ai pas très faim ces derniers jours,
    cependant hier soir avant de dormir, je me suis fait tout de même une petite séance d’une demie heure

    ah mes amis, quels moments bénis des dieux de la luxure,
    quels moments sublimes d’abandon,
    par abandon j’entends, qu’on s’oublie totalement entre les bras de la volupté,
    entre les bras de la félicité
    tandis que notre corps officie tout seul, officie sans nous

    ce mécanisme, j’en ai beaucoup parlé il y a quelques mois,
    là je suis parvenu à l’appliquer avec encore plus d’efficacité, encore plus optimisé,
    mon corps était aux commandes, moi, j’étais paresseusement étalé sur des coussins,
    caressé de toutes parts, tripoté de toutes parts, pénétré de toutes parts,
    j’étais le point central d’une grosse partouze ,
    j’avais vraiment l’impression très puissante d’être en même temps séparé de mon corps
    mais en même temps connecté à lui comme jamais auparavant,
    connecté à lui par le truchement de canaux perceptifs, de canaux sensibles, comme jamais auparavant

    les ressources de ce corps ne cesseront jamais de m’étonner, de m’émerveiller,
    la partie immergée de l’iceberg, la source,
    éblouissants moments, émouvants moments,
    ciel de chair, chair de ciel,
    instants de ravissement
    tous les liens avaient fondus,
    complètement descellé

    #33629
    bzobzo
    Participant

    arf, comme c’est bon,
    la première fois de la journée, à 20h52 mn très exactement,
    j’ai soulevé une fesse et ai glissé deux doigts à l’entrée de mon anus-pussy,
    j’ai joué un peu dans la raie, les faisant progressivement gagner du terrain,
    effectuant des petits mouvements circulaires, frottements, pressions diverses,
    avant de les enfoncer bien profondément genre mini-empalement,
    le tout bien sûr toujours accompagné de contractions,
    pour avoir les ondes de la prostate pour amplifier, développer les sensations

    bassin chéri, cornet à sensations voluptueuses,
    comme tu t’emplis facilement de toutes ces bonnes ondes soyeuses, chaudes,
    je les sens déjà courir aussi dans mes flancs
    comme des processions de fourmis d’amour, aguicheuses, douces,
    pétillantes, frémissantes, trotteuses, frotteuses, chatouilleuses, titilleuses,
    ma chair est envahie par-ci, par-là, de ces ruisselets,de ces petits filets, tellement délicieux

    ah bon j’arrête, je n’ai pas encore mangé, ni pris ma douche,
    après je serai prêt, calme, restauré,
    prêt à me faire beaucoup de bien

    #33633
    bzobzo
    Participant

    il pleut sur Bruxelles, dehors il fait triste,
    c’est plein de gros nuages gris, dehors il fait triste
    mais dedans… ah dedans,
    dedans çà danse, dedans çà gémit, dedans un corps exulte déjà à 10h du matin

    ah mes amis, vive le libertinage, tout seul ou à plusieurs et à toute heure,
    c’est si bon, quand cette chair est enivrée, quand cette chair exulte
    et nous avec bien sûr,
    ma chair au pays des merveilles, j’ai plein de lapins de toutes les couleurs dans mon chapeau

    j’ai appris à aimer ce corps, je découvre ses secrets les plus intimes, ils sont innombrables,
    toutes ces énergies au fond de nous, ce réservoir, cette nappe phréatique aux pouvoirs envoûtants,
    je suis devenu une pompe tellement efficace à les faire monter , à les faire surgir

    par moments, j’ai l’impression d’être d’une part une pompe à faire monter ces énergies
    et d’autre part, une usine de traitement de celles-ci
    car une fois qu’elles sont là à notre disposition, ces énergies éminemment volatiles,
    il faut encore en faire quelque chose,
    c’est un produit brut, il s’agit de le raffiner,
    d’en extraire les infinies nuances possibles, ce kaléidoscope sans fin de nuances possibles ,
    d’en révéler toute la délicatesse, toute l’extraordinaire finesse possible

    de l’orfèvrerie fine,
    ma pratique, c’est devenu de l’orfèvrerie fine la plupart du temps,
    bon j’ai mes moments bûcherons avec sa cognée bien dure, frappant de toutes ses forces, ahanant, suant,
    régulièrement même, il s’agit d’alterner, d’alterner intelligemment
    mais la plupart du temps, c’est de l’orfèvrerie fine,
    il y a bien plus de richesse, bien plus de diversité,
    bien plus de décollages et de vols différents possible

    quelle aubaine, mes amis, quelle aubaine,
    la sexualité peut devenir quelque chose de tellement libre,
    quelque chose de tellement imaginatif, quelque chose de tellement libérateur,
    sans bander, sans accessoires, rien dans les mains, rien dans les poches,
    il y a pourtant tout un royaume à la portée de l’intrépide, à la portée du curieux, à la portée du persistant,
    tout est là en nous pour faire de nous une boîte à sortilèges ouverte

    une boîte à sortilèges ouverte dans ma chair,
    je la sens constamment au fond de moi, cela me fait comme un nid vibrant doucement,
    je n’ai qu’à la solliciter un tout petit peu
    et déjà des filets voluptueux s’en évadent, se répandent dans ma chair,
    du nectar qui coule dans ma chair,
    très vite, du nectar ineffable partout
    qui me donne envie de grimper aux rideaux,
    qui me donne envie de hurler, tellement c’est bon

    mieux que la drogue, bien mieux

    #33643
    bzobzo
    Participant

    un grand paradoxe dans notre pratique:
    au plus vous contrôlez, au moins vous contrôlez

    au plus vous contrôlez ce que vous faites,
    au moins vous avez de contrôle sur ce que vous faites

    #33649
    bzobzo
    Participant

    de retour à la maison après une nuit chez ma mère,
    plutôt sage, pouvais pas me laisser aller comme je le fais habituellement,
    commencer à gémir, à me lâcher sans faire attention

    suis revenu donc, me suis foutu à poil,
    directement les habituels signaux de désir dans ma chair se sont manifestés,
    j’ai commencé à me caresser,
    rien qu’aux premiers contacts avec ma peau,
    ma main qui a lentement, très lentement épousé la peau de mon épaule,
    de mon dos puis est revenu vers ma poitrine,
    mouvements langoureux, mouvements amoureux,
    j’ai joui, ma peau s’est enflammée comme une meule de foin sec,
    j’ai senti un feu soyeux se répandre en moi en quelques instants,
    j’ai fermé les yeux, c’était aérien, léger,
    j’ai senti de la chaleur liquide courir partout en moi
    puis une douce explosion derrière mes yeux

    #33656
    bzobzo
    Participant

    je n’ai toujours aucune idée de ce que je suis capable de faire,
    jusqu’où je suis capable d’aller
    mais en tout cas, je suis en route, sans tabou, avide, curieux,
    je suis en route

    il y a quelques minutes, je me suis étonné mais vraiment étonné,
    je n’aurai jamais cru quelques instants avant que j’étais capable de cela,
    capable de vivre des moments pareils

    ce plaisir fait de moi quelqu’un d’autre durant la séance
    mais tellement quelqu’un d’autre,
    on n’a pas idée tant qu’on n’a pas vécu quelque chose d’un peu similaire

    c’est tellement enivrant de se sentir en même temps homme et en même temps femme,
    car les deux en même temps,
    c’est l’impression d’appartenir à un nouveau sexe,

    il y a un sexe sans genre, qui a en même temps les deux genres fondus en un
    jusqu’à former un amalgame nouveau
    avec des nouvelles sensations, un nouveau plaisir
    et un corps vécu autrement

    #33657
    bzobzo
    Participant

    houla, je me relis,
    je me prends un peu trop au sérieux, un peu trop excité parfois après l’action,
    certes cela a été intense, cela a été sublime
    mais ce n’est pas une raison ,
    je vais essayer d’y faire attention dorénavant

    #33658
    bzobzo
    Participant

    j’écrivais jusqu’ici des choses du genre:
    se sentir en même temps homme et en même temps femme durant la séance,
    plaisir au féminin, pôle masculin et pôle féminin
    mais il est temps d’appeler les choses par leur nom,
    il existe un mot précisément pour cela dans la langue française
    et désormais je vais l’utiliser car il correspond tellement totalement à ce qui est mon vécu durant la séance,
    je pense au mot androgyne,
    je me sens androgyne durant l’action, je vis cet état à 100% jusqu’au plus profond de mon être

    je vais être honnête, il n’y a plus grand chose d’autre qui m’intéresse durant la séance,
    tellement c’est quelque chose de spécial, tellement on se sent sans aucune entraves,
    tellement tout est descellé en nous

    la dualité masculin-féminin est constamment présente,
    dans le moindre geste, la moindre attitude, la moindre sensation, la moindre perception,
    je ne connais rien de plus excitant, de plus mystérieux et de plus jouissif
    que de vivre cette dualité à pleine puissance à chaque instant

    tout semble descellé et sans limites,
    expérience radicale, expérience totale,
    on vit ce corps comme s’il était tout à fait différent à tellement de niveaux

    on n’est pas loin de se sentir complet, on se sent sur le chemin de la complétude,
    et les sensations vont constamment dans ce sens,
    elles semblent apporter plus que jamais de la plénitude, de la réunion, de la fusion, de l’euphorie,
    avec une infinité de nuances,
    en même temps qu’un plaisir physique, un plaisir animal

    plus besoin de rien d’autre que de vivre cette union
    qui se passe en même temps au plus intime de soi-même
    et en même temps partout en surface, partout dans les membres, partout dans les organes
    pas un micro-gramme de mon être qui n’y participe, qui ne festoie,
    qui ne soit remué de fond en comble

    ému jusqu’au plus profond de mon être,
    je sens quelque chose de beau, de tellement beau, se jouer en moi,
    ému et en rut jusqu’au plus profond de mon être,
    je sens quelque chose d’extraordinairement trouble et sensuel, en éveil en moi,
    en rut jusqu’au plus profond de mon être,
    comme un fourreau de chair palpitant d’excitation, je me sens pénétré de part en part,
    je me sens monté intérieurement

    #33664
    bzobzo
    Participant

    ce corps est déjà un miracle en soi,
    on peut être athée et l’admettre sans hésitation,
    il est porteur de tant de choses mystérieuses, de tant de zones d’ombre

    mais ce corps est capable d’encore plus de mystère, d’encore plus de choses mystérieuses,
    une fois que ces énergies que nous portons en nous,
    qu’on y a accède, qu’elles se libèrent, qu’elles jaillissent en nous
    des portes sur notre nature profonde s’entrouvrent, tout un opéra,
    l’amour étrange que nous portons,
    l’amour étrange que nous portons

    ce que j’aime dans ces moments d’extrême libération, dans ces moments d’extrême liberté,
    c’est qu’il n’y a plus de limites, c’est qu’il n’y a plus rien de défini,
    qu’on semble accéder à soi-même dans son entièreté,
    des miroirs portent la réalité, les faire notre,
    le désir comme un chant s’élève de partout,
    l’honorer dans notre chair, s’offrir à lui,
    lui concocter un scénario splendide

    #33665
    bzobzo
    Participant

    en état de grâce sexuelle,
    je ne sais pas si ces mots feront sens à quelqu’un d’autre
    mais je me sens en état de grâce sexuelle

    #33666
    bzobzo
    Participant

    quels moments rares, quels moments précieux d’intimité amoureuse,
    dans ma chair, comme deux amants ardents ,
    comme deux amants attentionnés, comme deux amants unis

    le désir m’unit à la vie,
    l’épanouissement de celui-ci, m’unit à moi-même et au monde,
    quelle merveilleuse paix après la tempête,
    la tempête amoureuse

    quelle merveilleuse paix cette chair a à me proposer
    des tourbillons m’ont déposé sur cette plaine ,
    des tourbillons m’ont fait danser,
    la frénésie amoureuse m’a prise dans ses bras,
    la frénésie amoureuse m’a fait danser jusqu’aux étoiles

    #33667
    bzobzo
    Participant

    on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même

    je dois être un assez parfait exemple de ce dicton éculé

    #33685
    bzobzo
    Participant

    je me sens comme avoir des super pouvoirs

    imaginez un bonhomme dans sa cuisine, il est nu sous son grand peignoir entrouvert,
    à un moment il s’arrête dans ses activités de préparation de son petit déjeuner,
    il s’adosse à un meuble, sa main se porte ver sa poitrine,
    il commence à la descendre lentement, il se caresse, mouvement langoureux,
    on le voit pas
    mais il effectue aussi des contractions de muscles en-dessous,
    du côté de ses organes sexuels, un peu derrière plus précisément

    toute son attitude maintenant exsude la passion,exsude le plaisir,
    oh cela semble assez équivoque tout de même,
    est-ce bien masculin tout cela?
    cette façon de vibrer sur place avec passion,
    cette façon de se laisser aller, de s’abandonner,
    cette façon de se balancer légèrement, langoureusement sur place,
    cette houle lascive qui semble habiter son bassin,
    comme il gémit, le bougre,
    les traits de son visage reflètent un plaisir intense, un plaisir immense

    je me sens comme avoir des super pouvoirs,
    des fortunes sont échangées de par le monde à chaque instant
    pour quelques bribes, quelques miettes, de plaisir physique,
    là, moi, sans personne d’autre, sans aucun accessoire, sans me masturber,
    je m’en offre des masses, cela arrive par camions entiers à la queue leu leu,
    il y aurait de quoi remplir un paquebot transatlantique géant en fin de journée

    #33688
    SophiAirSophiAir
    Participant

    @bzo, merveilleux tes posts du moi de mai… Androgyne, oui. Etre les deux à la fois, morphing permanent de l’un à l’autre, être l’une, puis l’autre ou les deux en même temps. Etre pénétrée, pénétrant (même si pour moi c’est un amant imaginaire qui me prend).
    Fellation/cunnilingus, sodomie, pénétration vaginale, point P ou point G, gland ou clito, tout se mêle pour mieux exploser. TNT permanent, être extrêmement inflammable, être pulvérisée et réapparaître, partir en torche sur un bûcher orgasmique…
    Tout est possible et toujours plus fort que ce que l’on imagine possible. Le corps qui va toujours plus loin que ce que l’on croyait réalisable.

    @bzo
    , tes paroles me touchent

    #33695
    bzobzo
    Participant

    @bzo, tes paroles me touchent

    cela me fait très plaisir

    Le corps qui va toujours plus loin que ce que l’on croyait réalisable.

    tellement vrai,
    tellement délicieusement vrai,
    tellement merveilleusement vrai

    l’émerveillement sans cesse devant ce que ce corps est capable

    une fois qu’on vise la qualité des sensations,
    comment ne pas être ébloui
    quand tout le corps semble vibrer comme du cristal d’une pureté lumineuse

    et puis cette dualité masculin-féminin constamment,
    c’est tellement incroyable à vivre,
    il faut l’avoir vécu, ne fusse que quelques secondes,
    ces sensations qui une fraction de seconde semblent mâle
    puis dans un enchaînement d’une fluidité parfaite, semblent totalement féminins

    changement constant,
    on sent les deux en fait constamment,
    on ne sait plus vraiment si ce qu’on sent , est masculin ou féminin,
    c’est les deux en même temps

    bah c’est assez indéfinissable, il faut l’avoir vécu,
    la richesse mystérieuse, insondable de ces sensations, tellement ambivalente,
    totalement androgyne,
    assez parfaite quelque part

    #33696
    bzobzo
    Participant

    assis dans mon siège avant d’aller prendre mon petit déjeuner,
    je m’offre quelques minutes de volupté, quelques minutes de plaisir,
    je croise un bras sur ma poitrine,
    elle va se déposer doucement sur l’épaule opposée, pressant au passage mes seins un peu
    tandis que l’autre main va se poser sur mon sexe, mes couilles,
    s’immobilise sur mon paquet qui se met à vibrer immédiatement

    je commence à bouger, je me mets en mode liane lascive,
    j’ondule,
    l’ondulation à l’air de commencer en haut
    puis de tournoyer lentement en cercles lascifs vers le bas,
    mettant en mouvement progressivement toutes les parties de mon corps,
    au passage de mon bassin le feu s’intensifie, l’embrasement se décuple
    mes doigts posés sur mes parties génitales restent bien inertes
    mais l’effet comme s’ils étaient enfoncés dans une prise électrifiée sexuellement, fonctionne à pleine puissance,
    j’ai l’impression d’avoir une petite dynamo entre les jambes
    qui génèrent des flots et des flots d’ondes qui se répandent dans mon bassin,
    qui se répandent dans tous mes membres,
    qui se répandent partout

    l’ondulation de tout le corps au passage de la contraction,
    elles semblent danser un instant ensemble, onduler l’une contre l’autre,
    la contraction semble se dissoudre dans l’ondulation générale
    et vice et versa, l’ondulation de l’ensemble venant s’injecter dans la contraction
    qui monte dans mes entrailles

    tout bouge en moi, des arabesques sensuelles,
    des frissons liquides comme des vers vivant brièvement partout,
    je danse sur place , rivé à mon siège,
    de la chaleur liquide, des frottements soyeux, fourmillent
    la tête tourné vers le côté, elle pivote lentement sur son axe de gauche à droite puis retour,
    de temps à autre j’ouvre les yeux
    et je regarde cette chair en délire, cette chair embrasée,
    comme j’aime la voir cette chair envahie de plaisir,
    je referme les paupières,
    je plonge, je plonge, à la suite du dauphin,
    je saisis son aileron, je me laisse entraîner,
    tout danse autour de moi, un nectar voluptueux partout,
    je m’enfonce toujours plus profondément

20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 739)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.