#34225
aneveilaneveil
Participant

Bonjour,
Comme souvent sur ce forum, les discutions motivent, font monter l’excitation et avancer les choses,
alors des portes s’ouvrent…


@Epicture

Côté accessoires, je n’en ai pas encore parlé, mais j’ai utilisé des cockrings. Celui que je préfère est en acier, assez gros et lourd. Mais je ne l’utilise plus en séance. Je le porte parfois dans la journée, c’est un bon excitant. L’utilisation conjointe de plug anal ou aneros, c’est possible, mais c’est plus dans le cas où une séance de massage prostatique ne décolle pas assez vite à mon gout du moment. J’essaye de séparer les deux techniques

Je suis très curieux et excité d’essayer un cockring en matériau dur (acier bois), je me demande vraiment comment passer les testicules… En dessous de 55mm ça me semble vraiment difficile, mais j’adore vraiment avoir les testicules tirés ou pressés.

J’avais écrit ceci et ça m’était testé en tête :

Il me reste encore beaucoup à découvrir dans cette voie, car lors de ces masturbations, si j’arrive à éveiller dans une certaine mesure le plaisir prostatique, j’ai beaucoup plus de mal à gérer les énergies dans divers points du corps comme je le fais pendant mes séances prostatiques ou j’arrive à avoir une conscience interne beaucoup plus grande.

Je jour même je réessaie et au moment ou le plaisir masturbatoire est assez haut et que les goutes de pré-sperme sont de plus en plus nombreuses, je me concentre sur l’énergie sexuelle contenue dans toute la zone génitale mais ce qui est pour moi le centre: la prostate et le périnée, comme je le fais en pratique prostatique, je fais monter vers de points d’énergie comme le cœur ou la bouche (la position de la langue au palais aide beaucoup) et j’ai réussi à déclencher plusieurs petits orgasmes d’affilé sans éjaculer…
Inutile de dire que j’étais content de la découverte.

Le soir j’ai fait l’amour avec ma compagne et comme je n’avais pas éjaculé depuis 5 jours (ce qui est beaucoup pour moi..) et que je m’étais chauffé plusieurs fois dans la journée, mon sexe était dans un état de sensibilité rarement atteins, j’en étais dingue… Pour autant j’ai pu me retenir très longtemps, jusqu’a ce que je décide d’éjaculer lors d’une masturbation accompagnée d’une stimulation anale que me prodiguait déliceusement ma compagne.


@Epicture

l y a un point de contact entre les deux pratiques : la prostate. Mais les chemins qui y conduisent sont assez différent.

En effet, quand le plaisir masturbatoire est assez haut la zonne anale et prostatique est généralement très présente et c’est de là que je peux faire monter mon énergie sexuelle…

Pour revenir à la rétention de l’éjaculation, j’ai l’impression que mon cerveau a bien intégré le fait que je pouvais avoir beaucoup plus de jouissance sans éjaculer et que c’était un peu « Game Over », du coup ça m’ouvre énormément de possibilités…
J’ai réédité de mini-petits orgasmes en me masturbant et j’y arrive même avec un plug ou un Aneros, alors qu’avant il m’était impossible de maîtriser l’éjaculation avec ce type de jouets en moi.
L’éjaculation est vraiment un réflexe conditionné acquis dès les plus jeunes années ou on se masturbe plus ou moins dans le but d’éjaculer. On a tous vécu lors d’un coït ou d’une masturbation ratés des éjaculations sans orgasme, le seul cri que ça provoque est « Ooh…merde »…

Pour conclure cette voie me semble très prometteuse et je la perçois aussi comme un ré-équilibrage au plaisir prostatique qui est beaucoup plus Yin (et souvent perçu comme féminin). L’aspect yang de la masturbation fait que j’ai naturellement moins tendance à jouer sur la diffusion énergétique, alors que ça m’est indispensable lors de mes cessions prostatiques, pourtant c’est très simple et ce proverbe Taoïste résume si bien les choses :
« La pensée se déplace et le Chi suit » (lu dans le bouquin de Mantak Chia)