#34476
bzobzo
Participant

je viens d’effectuer deux micro-séances,
une contre le meuble contre lequel je me frotte
et puis une autre sur mon coin de table favori que je chevauche de plus en plus expertement

non, je n’ai pas rêvé, je suis rassuré,
certes je dois encore bien intégrer ces deux « spécialités » dans ma pratique,
les frottements contre le meuble, sont tellement tellement délicieux,
c’est comme une brusque bouffée sensuelle de l’extérieur,
ce bois, à la fois si dur, si doux et légèrement râpeux, me remplit de frissons,
je commence à bien voir comment il faut faire,
il faut considérer cela comme une caresse, donc dans le courant de l’action,
de temps à autre, je me caresse le sein ou ailleurs
et de temps à autre je me frotte le dos contre ce meuble

des brefs mouvements de haut en bas et de bas en haut comme du va et vient sexuel
tout contre le bois de ce meuble, en même temps pressant mes couilles avec mes cuisses
et mes mains allant et venant sur mon corps,
c’est de la pure volupté en vagues denses teintée d’animalité heureuse et sans tabous
argh, j’en frissonne des pieds à la tête, rien que d’y penser

et puis mon coin de table, là aussi je découvre tout le potentiel de cette position,
j’ai accomplis dessus toutes sortes de mouvements de va et vient
mais aussi une sorte de mouvement circulaire, tout à fait délicieux comme effet,
je le sens aller et venir en moi dressé, gonflé, dur, dur, dur, immense
pourtant il me pénètre à peine, il presse plutôt toute la région
mais encore une fois la réalité de ce que l’on ressent, la réalité de ce qu’on vit
et puis la réalité physique,
peuvent être totalement différentes,
sont totalement différentes