#34673
bzobzo
Participant

ha ha la nuit aura été longue,
nuit blanche de luxure pour moi jusqu’à 5h du matin,
après ce que l’épisode que j’ai relaté dans le texte au-dessus,
j’ai continué en aneroless avec quelques courtes interruption
mais la dernière heure sans aucune, tellement j’ai été pris dans une excitation sans bornes
où chaque contraction provoquait un déluge de jouissance en moi

j’ai compris que durant ces longs rallyes,
en fait dès qu’une séance s’éternise un peu
et pour s’éterniser, celle de hier soir s’est sacrément éternisée!
il fallait que je sois plus économe du mode liane lascive

je devais l’utiliser avec plus de parcimonie, plus me centrer sur le mode pénétration,
je rappelle, mon mode liane lascive,
ce sont des ondulations de tout le corps et plus particulièrement du bassin,
avec mes cuisses frottant, pressant, mes couilles, mon sexe
tout en me caressant avec passion, avec ardeur, avec tendresse,
alors que mon mode pénétration, je suis beaucoup plus immobile, les mains incluses
et je suis concentré sur la contraction , sur la sensation de pénétration créée par celle-ci

la contraction est au centre du mode pénétration donc
et la sensation de deux sexes dans mon bassin donc,
l’un allant et venant dans l’autre,
alors que le mode liane lascive, il y a aussi des contractions
mais c’est essentiellement pour les vibrations de la prostate,
moins pour la sensation de pénétration,
les vibrations de la prostate donc, venant se mêler, venant renforcer,
toute la volupté et la sensation de félicité, levées par mes ondulations, mes frottements, mes caresses

je me suis rendu compte donc cette nuit, que le mode liane lascive durant des laps de temps plus long,
se devait d’être moins présent, plus ponctuel,
parce qu’à force de frottements, de pressions , dans la région de mon sexe,
avec la surexcitation, avec la tension sexuelle augmentant,
j’avais tendance à sur-frotter, sur-presser, mes bijoux de familles
et qu’ainsi j’étais obligé de m’arrêter plusieurs fois et laisser les choses se calmer
car j’étais entraîné dangereusement vers l’éjaculation,
l’excitation est tellement puissante, que sans me rendre compte,
mon mode liane lascive me faisait manipuler mes parties génitales avec les cuisses
de plus en plus dans une sorte de masturbation aussi

ce qui bien évidemment n’est pas le but recherché, le but c’est d’aller bien plus haut, bien plus haut
et d’y rester le plus longtemps possible,
pas juste faire la fusée pendant les quelques secondes de l’orgasme accompagnant l’éjaculation

après avoir compris cela,
je suis devenu plus économe de mon mode liane lascive, en fait il était constamment présent
mais moins tout de même que le mode pénétration, ils s’alternaient
avec plus de longue période de mode liane lascive,
je les alternais, cela coupait les effets d’excitation « pénienne » qui pouvaient être occasionnés
par de longs et de plus en plus acharnés frottements, pressions, de mes couilles, de mon sexe
par mes cuisses

ainsi donc la dernière heure se passa, je crevais tous les plafonds,
tout mon corps réagissait comme un sexe et chaque contraction provoquait une jouissance ineffable,
tant pis pour les voisins, je me suis dit à un moment, j’ai aucun envie de me retenir
et j’ai commencé à laisser libre cours à ma voix,
j’étais sans aucun frein et sans aucune limite,
habité par une intensité de plaisir comme j’en ai rarement eu jusqu’ici

et là je suis à moitié endormi, fatigué, la journée va être cotonneuse