#34929
AvatarLOULOU
Participant

Bonsoir Andraneros.

C’est très difficile d’aider une personne dans une situation telle que la tienne. Les mots les plus sincères peuvent encore blesser malgré les précautions qu’on prend avant de les écrire. Si c’est le cas ici, dis le moi, j’effacerai mon message.

Oh non, surtout n’efface pas tes écrits. Ils sont tellement précieux pour moi. Et peut-être un jour, grâce à toi, grâce vous tous (une pensée pour bzo), Ils pourront servir à d’autres personnes qui sont dans le désarroi existentiel.

Le désarroi qui vous plaque au sol, vous empêche de vous révéler à vous même, qui de temps en temps vous rend triste et nostalgique, et surtout qui vous empêche d’aller de l’avant. J’ai beau eu faire le fanfaron dans le sujet que tu as mis en place, en ligne, « solitude affective, plaisir solitaire et solitude « . Le désarroi c’est une chape de plomb d’une telle épaisseur, d’un poids dans votre cœur, que vous n’arrivez plus à gérer tellement c’est lourd

La solitude affective, il faut là gérer au quotidien. Tantôt c’est l’ivresse. Le je ne dois rien à personne. La liberté…
La liberté de quoi faire? Alors là quand tu te poses cette question, l’ivresse s’efface pour laisser place à la tristesse, les larmes coulent pour sponsoriser la société Kleenex. Et là c’est un énorme morceau qu’il faut avaler tout en essayant de relativiser.

C’est une mélasse gluante, qui, si vous n’y prêter pas attention, vous tire inexorablement vers le fond du bocal.

Je suis entièrement de ton avis. Tant que je n’aurais pas fait la paix avec moi-même… le plaisir prostatique que je recherche restera vain.
Le ressentiment… J’en suis au même point que l’amie que vous soutenez toi et ta compagne (bravo à vous). Et je ne vois pas d’issue tant que ce ressentiment continuera en moi. Ce ressentiment, je n’arrive pas à m’en débarrasser. Il est là en moi. Quelques heures quelquefois il se fait plus discret, à la faveur d’un repas, d’un moment passé entre amis et amies.

Tant que je n’arriverais pas à gommer, ou peut-être pour être franc à ranger au placard les ressentiments de cette superbe aventure de presque 30 ans avec une femme qui avait une plastique superbe, attentionné toute autant que je l’étais pour elle… et qui du jour au lendemain, sans me donner de raisons quant à son choix a disparu de mon écran radar… Je n’en ai plus de news… Je ne lui souhaite qu’une chose, que du bonheur dans sa nouvelle vie qu’elle a choisi, avec le nouveau compagnon qu’elle a choisi, et que celui ci fasse vivre à mon ex des feux d’artifices inoubliables. Elle le mérite.

Comment conclure ces quelques lignes?
Simplement par un grand merci, de l’existence de se forum, et de vos interventions qui m’apportent un soutien moral inestimable.

Bien à vous.