#35654
bzobzo
Participant

dans ces moments,
la vie devient un tourbillon merveilleux, tellement chaud, tellement doux,
je nage là-dedans comme un poisson dans l’eau

tout peut arriver, absolument tout,
un dragon soudainement qui se met à cracher du feu,
du feu tellement tendre, du feu tellement voluptueux, à travers toute ma chair,
que j’en pleurerai de bonheur

des sirènes chantent partout, je suis dans leur filet,
je me laisse en traîner vers le fond
mais il n’y a pas de fond, cela descend toujours et toujours,
c’est comme un lent ascenseur au ralenti qui vous entraîne,
la chair n’a plus de poids,
vous en êtes détaché, elle vous a lâché,
elle vous tient au bout d’un fil comme un ballon s’élevant quelque part,
vous gigotez, vous vous tressautez, dans votre coin de ciel privé, quelque part en vous,
c’est l’heure de la récré,
c’est l’heure de la récré dans la chair,
vous voilà livré au désir,
pieds et poings liés,
mais vous ne demandez que cela, être pieds et poings liés, livré au désir