#35674
bzobzo
Participant

peu à peu, le plaisir prostatique ne m’a plus suffit
malgré les super O , malgré des orgasmes qui duraient parfois pendant de longues minutes,
malgré des séances de folie où mon corps m’a entraîné loin, mais tellement loin

j’en frissonne rien que d’y penser à quel point il m’a entraîné dans des moments d’orgasmes extrêmes
où je ne contrôlais plus du tout mon corps, il ruait, se convulsionnait,
je tombais du lit, continuer de me tordre dans toutes les directions, me cognant aux meubles
complètement hors de moi

ce fut très violent en fait souvent, extrêmement jouissif, orgasmique mais très violent, sans concessions
le plaisir prostatique est violent souvent en fait si on y regarde de plus près
car nous nous confrontons à toutes ces énergies que nous parvenons à libérer en nous
en tant qu’homme, avec des attentes d’homme, avec des réflexes d’homme, avec notre nature d’homme

nos orgasmes prostatiques sont violents,
nous aimons les fusées qui décollent avec force et fracas,
qui sont dressées bien à la verticale tandis qu’elles s’élèvent,
crachant du feu, faisant beaucoup de fumée,
montant dans le ciel le plus haut possible

je ne regrette rien mais cela n’a été qu’une étape pour moi,
une merveilleuse étape à bien des égards,
une étape d’initiation à la sorcellerie que nous portons en nous,
la découverte de tout un monde en moi, de possibilités immenses, illimitées,
mais le plaisir peut devenir tout autre chose encore, notre invention de A à Z
si nous le prenons en main,
si nous sortons totalement des clous et que nous n’écoutons plus que notre désir,
que nos plus intimes aspirations

le plaisir prostatique a été une étape peut-être nécessaire dans mon parcours,
et probablement, grâce au fait que je me sois lancé à la découverte d’une autre façon de faire
avec une prostate déjà totalement éveillé et réceptive,
cela m’a aidé grandement, cela aura été décisif

ces énergies que nous avons au fond de nous, elles sont féminines,
définitivement féminines
et je sentais qu’il y avait moyen de les vivre au féminin malgré que je sois un homme,
malgré que je ne sois pas homosexuel, juste un gars à peu près normal,
certes prêt à expérimenter, certes prêt à reculer toujours ses limites,
jusque ne plus en avoir aucune,
juste vivre le désir avec tout ce qu’il porte au fond de lui
car c’est ainsi, j’en ai eu l’intuition,
que nos énergies des profondeurs, féminines dans leur essence
révèlent toute leur ensorcelante richesse, toute leur incroyable variété
et c’est dans ce sens que j’ai travaillé depuis,
que j’ai évolué depuis
et je ne le regrette pas un instant,
les super O et les orgasmes qui s’enchaînent pendant des heures,
ne me manquent pas un seul instant

ce plaisir désormais, semble tellement naturel à mon corps, comme de respirer, comme de bouger,
c’est une fonction supplémentaire que j’ai fait éclore en moi,
qui désormais, est arrivée à maturité,
tout mon corps en fait réagit comme un organe sexuel,
je peux me toucher n’importe où, bouger n’importe comment,
il réagit au quart de tour, éveille des sensations, du plaisir
dans mon bassin, il y a comme un coeur sexuel
composé d’un sexe féminin avec son braquemart à demeure dedans,
prêts à entrer en action

le fait que je parvienne à jouir tout en me préparant un thé,
m’est devenu tout à fait normal,
toujours aussi magique, aussi sublime mais en même temps normal, totalement intégré à mon quotidien,
il me parait normal de sortir mon linge de la machine à laver
et en même temps de gémir de plaisir, le bassin empli d’ondes délicieuses

mon sexe est un sexe d’homme, un pénis
mais la chair dont est faite ce pénis, elle n’a pas de sexe,
elle peut vivre le plaisir au masculin comme elle peut le vivre au féminin,
c’est là une des clefs de ma pratique,
c’est grâce à cette propriété dans notre bidoche, dans notre sang, dans nos os
que tout est possible,
que toutes les magies sont rendues possible