#35948
bzobzo
Participant

dans ma manière de pratiquer,
il s’agit vraiment de faire le silence dans sa tête
et de se laisser entraîner par le désir,
ce n’est pas bouger au hasard, ce n’est pas improviser,
c’est se laisser entraîner par le désir

on peut acquérir une telle proximité avec son corps,
celui-ci semble alors en état d’éveil maximal,
le moindre petit mouvement, le moindre petit frottement, lève des sensations,
apprendre à écouter tous les innombrables détails qui s’enchaînent en nous au fil des instants,
c’est tisser l’océan, c’est tisser les vagues, en nous,
le corps en état d’éveil maximal, a besoin d’exulter, a besoin d’effusion, a besoin d’incandescence,
la communion charnelle peut commencer,
les deux moitiés de l’humanité sont en nous,
à nous de les réunir quelques instants
et de vibrer comme une flamme sur l’autel de l’instant