#35964
bzobzo
Participant

l’impatience
comme toute émotion, comme toute pensée négative, en nous,
peut être canalisée,
dans l’action sexuelle, peut être canalisée
pour qu’à un moment donné,
elle se transforme en vibrations positives, en tension sexuelle positive
qui va faire s’élever en nous d’un degré ou deux toutes les bonnes sensations

il y a en nous un flux général des sensations,
que l’impatience entrave, entache, affaiblit, pollue,
apprendre à bien sentir, bien percevoir, ce flux général
et puis à bien percevoir l’impatience comme un flux parallèle parasite, brouillant les bonnes ondes,
minant les bonnes sensations, voilant leur perception

il faut arriver à bien visualiser dans sa chair ce flux général
et puis l’impatience à côté,
bien les différencier,
constater cette présence négative, sans paniquer, sans chercher à réagir particulièrement à elle

il y a comme un processus d’acceptation à mettre en route
faire comme si de rien n’était et continuer à se concentrer autant que possible sur le désir
à nous laisser mener par celui-ci dans l’action
sans chercher à faire quoique ce soit d’autre,
bien rester concentré sur le désir,
bien à l’écoute de celui-ci, bien se laisser mené par celui-ci,
sans chercher à se débarrasser de l’intrus
tellement néfaste pour l’instant à notre plaisir

c’est une règle générale d’ailleurs,
les pensées négatives produisent comme des ondes négatives en nous, des ondes paralysantes
mais qu’il y a moyen de la même manière
de les convertir en surcroît de tension positive, en vibrations positives, en nous,
si nous nous y prenons comme il faut
et que l’on ne panique pas