#36150
bzobzo
Participant

la complicité avec ce corps, peut devenir telle,
une intimité telle,
c’est vraiment comme la monture et son cavalier,
à l’unisson, serrés l’un contre l’autre,
fusionnés par le rythme et par le mouvement

faire corps avec sa monture,
cela veut dire retrouver son corps,
on l’avait perdu depuis bien longtemps

les animaux vivent dans leur corps,
nous, on vit dans notre tête, coupé du reste,
retrouver tout d’un coup cette masse de chair et de sang en action,
être dedans pleinement, entièrement,
ne fusse que pour quelques instants,
ce sont des moments magiques de retrouvailles

le pouvoir de l’imagination devient absolu dans la chair,
au service d’un désir courant libre comme l’air,
on ressent ce qu’on veut ressentir dans ces moments,
en collaboration étroite avec notre corps,
l’on imagine son plaisir et on le vit dans l’instant

« dessine-moi une fleur » demanda le petit prince
mais le petit prince a grandi, il en veut plus,
« dessine-moi le plaisir »