#36200
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis à 10h 19 :

ce matin, j’ai eu un petit accident, (… )
soudain,moment de panique, je sens que je vais éjaculer, (… ) alors je me détends, je me laisse aller pour au moins goutter ces quelques instants d’éruption avec lave blanchâtre
cela faisait au moins deux ans que je n’avais plus éjaculé,
cela a coulé intensément et inhabituellement longtemps,

Tu complètes à 10h 57 :

c’est assez étonnant mais tout semble redevenu normal, en fait, il faut encore confirmer avec des moments plus soutenus et plus intenses, pas juste quelques instants à gauche et à droite mais l’éjaculation ne semble pas avoir eu d’effets outre-mesure sur mes sensations d’après ce que j’ai pu constater pour l’instant.Cela a duré juste un bon quart d’heure l’effet

Tu conclues à 13h 07 :

pour le type de plaisir solitaire qui nous occupe, essentiellement motorisé par la prostate, le fait de ne pas éjaculer, permettait d’avoir ses réservoirs d’énergie sexuelle bien emplis et qu’ainsi notre plaisir était plus intense, plus riche et c’était vrai à une certaine époque pour moi, je peux l’affirmer,

Je ne suis pas étonné de l’heureuse surprise que t’apporte ton « accident » matinal. Je me souviens avoir lu que plus longtemps nous restons sans éjaculer, non seulement plus nous accumulons d’énergie sexuelle, mais surtout moins nous en perdons après une éjaculation. Cela signifie qu’un homme, qui sait contrôler le cycle de ses éjaculations et ainsi augmenter son niveau d’énergie sexuelle, peut éjaculer et conserver après la déperdition associée à l’éjaculation un niveau d’énergie sexuelle très supérieur à celui d’un homme « normal ». Son retour à des niveaux très élevés d’énergie sexuelle est donc très rapide.

Ta pratique fait de toi un exemple de ce qu’un homme devient quand il est parvenu à se libérer du besoin d’éjaculer. Tu illustres à ta manière particulière le cheminement que nous relate @epicture dans son fil de discussion « L’énergie sexuelle masculine ».

Bon cheminement @bzo.