#37107
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @jeff.
Je suis désolé que l’état d’esprit général qui découle de cette pandémie pèse tant sur ton moral. C’est vrai que la perte d’intimité a de quoi peser sur ta pratique. Ce pourrait être l’occasion d’essayer de partager ton jardin secret avec ta compagne. Tu nous disais il y a deux mois et demi que tu préférais garder ta pratique secrète parce que tu pensais que ta femme n’était

pas du tout ouverte au cheminement vers l’extase prostatique.

N’as-tu aucun moyen d’aborder ce sujet, entre autres, à l’occasion d’une réflexion sur les conséquences de ce confinement sur votre vie quotidienne et de tous les bienfaits physiques et psychiques d’ébats érotiques intenses (libération hormonale post-orgasmique très favorable au bien-être et à intimité). La situation présente est suffisamment particulière pour que chacun puisse exprimer ce qu’il ressent même s’il ne le faisait pas avant l‘épidémie de COVID-19, pour que chacun accepte de partager ou de porter une part plus importante de l’intimité de l’autre. C’est vrai dans les 2 sens, je parle bien de partage.

Tu demandes :

Alors, en ce qui vous concerne, comment faites-vous ?

J’ai accepté sans condition la perte de libido de ma femme. Nous avons maximisé les précautions sanitaires. Je suis le seul à sortir à l’extérieur du jardin. Je fais les course une fois par semaine. Je porte un K-Way pantalon + blouson pour faire les courses dont je me débarrasse dans le jardin avant de le passer à l’eau. Je laisse tous les produits en attente à l’extérieur pendant 4 ou 5 heures avant de les rentrer (ça sera plus difficile avec le soleil… ). Je prends une douche complète en rentrant. Je lave immédiatement les vêtements que je porte au retour des courses.

Toutes ces précautions extrêmes parviennent à réduire l’angoisse de ma femme. Nous commençons à nous retrouver pour des ébats érotiques depuis hier.

Application, patience, confiance… Ça ne te rappelle rien ? Ça marche aussi avec le corona virus !

Bon cheminement @jeff.