#37138
CaktilCaktil
Participant

Bonjour à vous tous,
Je viens donner quelques nouvelles de mes séances car il y a du nouveau depuis ma session N°77. Depuis quelques temps, j’enchaîne les très bonnes séances. Vive le confinement ! Tout d’abord, il faut que je vous parle de la séance N°78 que j’ai faite lundi passé, le 6 avril 2020. J’ai utilisé l’Helix Trident et, comme lors de mes dernières séances, je commence à éprouver du plaisir dès que le masseur s’est un peu réchauffé en moi, c’est-à-dire dans les deux à trois minutes. Des mini-O se transformant bientôt en Dry-O. Délicieux ! Je suis couché sur le côté droit, comme à chaque début de session, et au bout d’une trentaine de minutes je me mets sur le dos et en associant les caresses sur les seins ; mes Dry-O s’intensifient. Au bout d’un moment, j’ai un orgasme prostatique qui dure plusieurs minutes. En fait, j’arrive à le faire durer grâce aux stimulations plus ou moins appuyées des tétons. Je pense que cet orgasme a duré dans les cinq minutes ! Je n’ai pas vérifié l’heure, ayant autre chose à faire et surtout à apprécier ! J’ai arrêté les stimulations des seins et l’orgasme a fini par disparaitre. Je n’ai pas arrêté à cause de la fatigue, j’étais en pleine forme. Non, je me suis fait la drôle de réflexion suivante : « Mais tu ne vas quand même pas jouir pendant toute cette séance, non ? » Comme quoi, on peut avoir des idées bizarres parfois.
Ma session a continué avec de très bons Dry-O, mais aucun n’a duré aussi longtemps. Après 1h30 de bonheur, j’ai terminé la séance en me disant que la prochaine fois, si ça arrive de nouveau, je n’arrêterai pas de moi-même un orgasme après cinq minutes suite à une réflexion bizarre !

J’ai déjà comparé l’apprentissage du plaisir prostatique avec l’apprentissage d’un instrument de musique. Il faut faire des gammes et s’exercer longuement avant d’arriver à jouer la musique que l’on aime. Eh bien, pendant cette séance, j’ai corrigé l’image que j’avais des masseurs. Ce ne sont pas des instruments de musique. Ce sont des archets. Le corps, la prostate et notre cerveau sont l’instrument de musique ! La preuve, ce sont les session A-less. J’ai d’ailleurs de plus en plus de facilité à faire sonner mon instrument sans archet !

Passons maintenant à ma dernière séance, la N° 79, effectuée jeudi 9 avril 2020. Je l’ai commencée exactement comme la précédente, sauf que j’utilise cette fois-ci le Progasm Junior. Dans cette session aussi, je me mets sur le dos après environ trente minutes de mini-O et Dry-O de plus en plus agréables. Je regarde l’heure, cette fois-ci, il est 14h50. Environ cinq minutes plus tard, un extraordinaire Dry-O commence. J’emploie ma technique de caresses des seins et des tétons pour l’entretenir et le faire croître, et il dure et dure et dure… Je n’y crois pas moi-même… Je suis sûr que les cinq minutes sont largement dépassées. J’ai l’impression de surfer sur une vague infinie de plaisir. Les sensations orgasmiques vont du plaisir de type orgasme éjaculatoire, ce qui est déjà fort agréable, jusqu’à… Je ne sais pas, mais c’est bien plus intense que l’orgasme traditionnel ! J’ai quelques tremblements du corps, mais pas trop. Je ne suis généralement pas en érection, mais parfois oui. Je ressens aussi de la chaleur dans la zone périnéale. Je fini par regarder l’heure et il est 15h20. Cela fait donc environ 25 minutes que je jouis… C’est fou !
A peine trente secondes après la fin de cet orgasme incroyable, un autre commence ! Il durera aussi trente minutes. Trente minutes de plaisir de plus en plus intense. Je suis au paradis des amateur d’orgasmes prostatiques ! De nouveau une petite pause de trente secondes et un troisième orgasme d’une demi-heure m’emporte au 7e ciel. Trois orgasmes de trente minutes… Je n’en reviens toujours pas !!
Je finis par me remettre sur le côté droit pour enlever le Progasm Jr, même pas fatigué et très heureux. Ces jouets sont extraordinaires !

Bon cheminement à vous tous, prenez soin de vous. Je vous souhaite de très bonnes fêtes de Pâques, même confinés !