#37270
AvatarBuzzi
Participant

Bonjour à tous. Me voici de retour pour vous conter mes nouvelles aventures dans mon cheminement vers l’orgasme prostatique.
Depuis ma dernière visite qui remonte à un peu plus d’une semaine, certaines choses ce sont produites.
Lors de mon dernier récit, je contai une nouvelle sensation qui mêla la caresse des tétons et leurs effets sur ma prostate. Depuis, je n’ai pas vraiment pu retrouver cette sensation, en tout cas pas à ce niveau.
La session qui suivi fut assez terne sans grande sensation. Cela me laissa sur ma faim bien évidement et je n’ai pu résister à l’envie de caresser mon sexe pour ressentir des sensations de plaisirs. Je fus tellement excité que je n’ai pas réussi à dormir. Je continuais à me masturber en flirtant avec ce point de non retour où l’orgasme et l’éjaculation deviennent inévitable. Pendant plusieurs heures j’y suis arrivé, flirtant ce point que je ne voulais pas dépasser et puis… la caresse de trop, peut être la fatigue également, j’ai franchi cette zone et le plaisir s’est fait sentir avec une intensité sans doute supérieure à ce que j’ai l’habitude de ressentir avec un orgasme éjaculatoire. Ce ne fut donc pas une très bonne session prostatique mais plaisante au niveau pénien. Je fus encore une fois déçus de moi même d’avoir succombé mais en même temps content d’avoir senti le plaisir monter de plus en plus haut du fait que je flirtais à plusieurs reprises avec ce point de non retour.

Deux autres sessions suivirent, avec une journée d’espacement entre chaque session, et ce fut une fois de plus assez maussades. Une impression de reculer, d’arriver dans le creux d’une vague. Même si je reste sur ma faim car j’ai l’espoir qu’une session apportera une nouveauté. Je sais qu’il faut être patient et qu’arrivera une session qui m’apportera plus de plaisir et me fera avancer vers ce plaisir prostatique.

Des nouveautés se sont glissées sur mon chemin depuis. La première vient de la pratique de la méditation. 10min chaque soir avant le coucher via une application. Je suis en phase d’apprentissage de la relaxation profonde et du lâcher prise.
La seconde : un nouveau jouet, l’aneros Vice2. Ce qui m’a poussé à acheter ce nouveau jouet : le côté confort, le fait que l’on puisse s’assoir avec sans que ce soit inconfortable, je voulais également essayer avec quelque chose de plus gros histoire de voir les sensations et forcément le côté vibrant de la bête. Bien qu’il soit encore trop tôt pour utiliser le vibreur pour moi je n’ai pu résister à l’envie de l’essayer. Faisant le contraire (j’en suis conscient) de ce qui est préconisé, sachant de commencer avec mon hélix puis d’insérer le vice2, après une séance de méditation, j’ai inséré le vice et les premières sensations sont arrivées très vite. J’ai eu l’impression de ressentir du plaisir plus rapidement qu’avec l’helix, dès les premières minutes, mon sex s’est mis en érection mais à côté de cela j’avais une petite sensation d’inconfort, de tiraillement car le jouet est imposant.

Je suppose que cela est normal et je souhaite savoir si cette sensation d’inconfort va s’estomper avec le temps et au fil des utilisations ?

Plaisant donc mais mêler à de l’inconfort. Je n’ai pu résister à essayer les différents modes de vibrations avec parfois des sensations agréables, des érections, l’impression d’arriver à un point où je ne contrôlerais plus rien mais … les sensations sont retombées assez rapidement ensuite.
Après un certain temps et le vice ne me donnant plus de plaisir j’ai voulu continuer l’expérience avec mon helix. Il aura fallut attendre plusieurs minutes avant que les premières sensations se manifestent. J’ai eu la chance de pouvoir ressentir quelques plaisirs familiers de ma prostate. Un moment remarquable durant cette session où j’ai senti ce plaisir monter, monter et avoir l’impression de recevoir une injection d’hormones mêler au bouillonement de mon cerveau. Ce n’étais pas un orgasme mais ce fut très plaisant. Je ne sais pas si j’ai flirté avec ce point de la perte de contrôle. Encore une fois, ce plaisir fut de courte durée et la suite fut plus calme jusqu’au moment où je n’ai pu résister à enfiler, à même ma peau, une de mes combinaisons de ski. Contrairement aux autres fois où je n’ai pu résister à avoir un orgasme éjaculatoire, ce fut beaucoup plus facile pour moi de me concentrer sur les plaisirs prostatiques.J’ai ainsi pu revêtir cette combinaison de ski sans terminer par un orgasme pénien.
Désolé ce post est très long mais il y a une chose qui ma laissé sur le pas de la porte : ma compagne m’a rejoint dans le lit et lorsque nous nous sommes embrassé, le plaisir est monté très rapidement. Mon sexe entra en érection et je sentais du plaisir venir du bas de mon ventre. Bref, il suffisait qu’elle m’embrasse pour attiser la flamme en moi. Cela n’a pas durée longtemps car elle fut fatiguée mais j’ai pu connaitre quelque chose de merveilleux qui me laisse désireux d’en avoir plus.

Encore désolé pour ce post assez long et encore une fois et je ne le ferais jamais assez de vous remercier pour l’aide que vous me procurez dans cette quête.

Buzzi