#37293
bzobzo
Participant

ce que je décris juste au-dessus,
n’était qu’une étape intermédiaire dans ma petite « révolution de palais »,
j’ai pu la mener à terme ce matin dans une séance épique,
quand votre technique fait un bond comme cela, pas juste un petit détail par-ici, par-là
mais vraiment quelque chose d’important dans les rouages de la mécanique qui change,
c’est très excitant, très très exaltant à vivre

que c’est-il passé?
dans cette longue séance de ce matin, mi-entraînement, pour reprendre un terme de notre cher @andraneros,
mi-emportement plus ou moins tumultueux en mode pilotage automatique,
des changements significatifs ont été finalisés, ont été mis en place

le changement majeur est que désormais,
tous les acteurs de mon plaisir travaillent ensemble, totalement unis,
comme je l’écrit au-dessus déjà,
j’ai pris conscience d’une façon tellement aiguë de mon être en tant qu’ensemble,
je veux dire, vraiment le sentir, vraiment le sentir de l’intérieur,
vraiment se sentir en tant qu’entité, à l’intérieur de partout,
aux limites floues, incertaines, certes,
le résultat de cela, c’est que tout semble travailler désormais en parfaite coordination,
comme fusionné, tendu vers le même but,
toutes les différentes parties de mon corps, bras, mains, y compris
mais tout le reste aussi dans l’invisible,
tout mon être en fait, dans un seul élan, en bloc mouvant dans la même direction

ce qui en résulte
et c’est tellement bouleversant à percevoir,
c’est la sensation que toute mon être est devenu comme un réseau,
que tout est relié par d’infinies connexions,
sillonné par des flux de vibrations dans tous les sens,
ma chair est magique, comme je l’aime, comme elle semble rayonner en moi

je reprends ici cette phrase de mon précédent texte, car elle est importante:

après un certain temps, les bras se déplacent, posent les mains ailleurs
tout en effectuant éventuellement au passage quelques caresses tendres et ardentes,

tout le corps, tout mon être donc, travaillent ensemble, uni, de concert,
ce qui est nouveau,
c’est que c’est ponctué par des petits moments de transition, plus ou moins longs donc,
cela peut varier d’une fraction de seconde,
juste les doigts qui se déplacent un peu, pour empoigner un sein autrement par exemple,
à plusieurs secondes où les bras se déplacent avec plus d’amplitude,
le corps peut changer plus radicalement de position aussi
et même, ces moments de transition peuvent aussi inclure,
les yeux qui s’ouvrent ou se referment pour changer le type de plaisir qu’on éprouvent,
moments plus intériorisés ou moments plus extériorisés,
les doigts peuvent aller aussi jusqu’en bas derrière, dans la petite fente,
rester à l’entrée ou s’enfoncer,
se mettre en mode farfouilleur dans les plis et les replis

voilà donc tous les types d’actions qui peuvent être incluses dans ces moments de transitions,
des moments où je semble refaire surface un instant avant de replonger,
ils peuvent durer donc d’une fraction de seconde à plusieurs secondes,
comportent du plaisir spécifique en soi quand les doigts caressent la peau, l’enflammant soudainement
ou farfouillent derrière dans le petit orifice,
cela se ressent avec une acuité très forte,
du fait que les mains sont rester immobilisées parfois pendant de longues minutes
et soudain se remettent à bouger,
brusquement le bassin et le réseau d’ondes qu’il génère dans tout le corps,
laisse le focus pour quelques instants
à une ou aux deux mains qui vont faire leur petit solo,
parfois juste un petit déplacement de quelques centimètres donc
mais cela va déjà être ressenti avec beaucoup d’acuité,
mis fortement en évidence du fait de la plus grande rareté des mouvements des mains

même pas obligés en fait de tout à fait s’arrêter,
juste laisser le focus quelques instants aux mains, aux bras,
enfin à ce qui se passe dans ce moment de transition,
en arrière plan le bassin et le reste du corps peuvent continuer leur manège

mais donc ces moments, essentiellement, fondamentalement,
permettent de changer l’architecture générale du réseau d’ondes que forme tout notre être
car une fois que les bras se sont immobilisés en une autre position,
que les paupières se sont rouvertes ou refermées,
on laisse l’ensemble se reformer,
l’entité de notre être comme une surface d’eau un instant dérangée
dont le miroir se reforme en quelques instants,
tout est uni à nouveau, travaillant dans la même direction, à refléter le ciel, le soleil, les nuages

cela part du bassin toujours où l’on a le double moteur qui se remet en route à pleine puissance,
les cuisses avec les couilles et le sexe, pour les ondes génitales, je le rappelle
et puis les contractions avec les ondes prostatiques
et puis éventuellement si les doigts sont descendus derrière,
des ondes anales aussi momentanément de la partie

cela part du bassin donc,
le mode liane lascive est là aussi qui peut faire onduler tout le corps ou en partie,
les bras et les mains sont désormais immobiles dans une position,
semblant vouloir se fondre au corps, être absorbés par celui-ci,
les doigts aussi, même s’ils sont enfoncés derrière, ne bougent plus,
ce sont les contractions et les mouvements divers du bassin et des cuisses,
qui vont les mouvoir dans la petite caverne soyeuse, sombre

tout bouge ensemble donc,
bientôt tout l’être ne semble plus qu’un tangage lascif dans le même rythme, dans le même élan,
avec de tous les côtés des vibrations comme des étoiles filantes voyageant en bande,
tantôt à vive allure, tantôt délicieusement au ralenti

l’envie de bouger les mains, les bras, de position, vient tout seul,
l’envie d’ouvrir ou de fermer les paupières, aussi
ou encore de descendre avec les doigts jusqu’à dans la petite fente pour avoir un peu d’ondes anales aussi,
tout cela peut venir, est le bienvenu,
peut-être même y a-t-il l’intervention du moi pensant mais durant ces moments de transition, pas grave,
le bassin et tout ce qui s’y passe, un instant s’effacent, tournent comme en sourdine ou au ralenti
après, l’ensemble est immédiatement relancé, l’être dans sa totalité revibre de concert, à pleine puissance,
redevient un réseau global d’ondes en mouvement lascivement

j’ai connu ainsi ce matin mon premier orgasme XXL qui a duré plus d’une minute, bien plus
et il n’a même pas été initié par une éjaculation pour la première fois,
j’ai cru qu’elle allait se déclencher, tous les signaux étaient là,
la cavalerie lourde qui montait interminablement dans mon bassin,
des milliers de clignotants de tous les côtés en moi, qui s’affolaient,
mon corps s’est mis à convulser comme au rythme des vagues géantes
qui semblaient passer les unes après les autre en balayant tout sur leur passage,
me projetant comme un pantin désarticulé dans tous les sens
mais pas eu d’éjaculation, non