#37463
bzobzo
Participant

hier soir la séance avec masseur a été tellement délicieuse,
l’orgasme, interminable, puissant,
d’un caractère tellement particulier, avec des nuances, comme je n’en avais jamais eu jusqu’ici,
il avait une espèce de régularité mécanique comme un moteur à explosion
qui se relançait toutes les quatre, cinq secondes, vers une nouvelle éruption,
cela s’enchaînait comme cela pendant près de deux minutes

deux minutes, c’est pas grand chose comparée aux durées qu’on peut avoir en orgasmes prostatiques
mais ici, avec ma pratique en mode yin,
c’est très certainement l’orgasme le plus long que j’ai eu jusqu’ici

l’essentiel dans ce type de pratique est ailleurs,
l’orgasme, c’est juste la cerise sur le gâteau,
c’est tout le reste avant tout
qui est tellement riche, tellement varié, tellement ressenti dans tout le corps,
bref de splendides moments,
très certainement la meilleure séance avec masseur,
depuis que j’en refais une de temps à autre, m’exerçant surtout aneroless

j’ai bien repris contact avec mes sensations ainsi aussi désormais,
il y a encore moyen de faire beaucoup mieux bien sûr, toujours
mais je retrouve mes marques, mes automatismes
et c’est ce qui compte, c’est ce qui a dramatiquement amélioré la qualité de l’action

paradoxalement maintenant, j’ai la sensation de faire pas mal la même chose qu’aneroless,
tout en ayant des résultats bien différents, bien spécifiques,
c’est dû en fait tout simplement,
que j’arrive à bien me lâcher désormais avec masseur aussi,
et je laisse le désir aussi faire ce qu’il veut en moi, avec moi,
mon corps s’exprimer sans retenue,
d’où la sensation de « déjà vu » quelque part

mais les résultats et même l’action, sont en fait bien différents,
je m’en rends compte en même temps,
grâce au masseur enfoncé en moi,
j’ai beaucoup plus d’ondes prostatiques, beaucoup beaucoup plus
et cela c’est très prometteur par rapport à mes attentes

aussi l’action est différente, je peux moins bouger, plus bouger comme je veux
mais je peux me relever, me mettre assis,
j’aimais tant ces postures assises ou la partie supérieure du corps relevée
m’appuyant sur les coudes,
ainsi obtenant des angles délicieux de frottement, de contact, avec la prostate

le Vice 2 est définitivement devenu mon chouchou pour l’instant,
il détrône mon bon vieux Nexus G-Rider,
il est tellement plus mobile, je peux beaucoup mieux bouger avec,
j’ai pas l’air con avec la bonne douzaine de G-Rider que j’ai achetés à l’époque,
j’ai vraiment été fou de faire cela,
j’en suis toujours au premier, les autres sont rangés dans une boîte
et si le Vice 2 continue d’avoir mes préférences,
ils n’en sortiront jamais

je dois cependant faire évoluer ma technique de lubrification,
avant je me contentais juste de sortir le masseur tous les quarts d’heure
pour le re-lubrifier , quatre, cinq fois,
après plus besoin,
aujourd’hui ces interruptions m’ennuient,
sans compter le côté hygiénique, le masseur sortant parfois avec des petits bouts de merde
et qu’il faut le nettoyer, avoir les odeurs dans les narines
avant de le ré-enduire et de le remettre en place,
ce qui n’est tout de même pas idéal pour garder la libido bien au zénith