#37579
bzobzo
Participant

il y a une façon de se laisser embarquer par son désir,
au plus près, ne se laissant pas lâcher d’une semelle,
avec comme une sensation d’improvisation totale, de non-intervention de notre part,
cela devient rapidement ainsi comme une cour des miracles là-dedans,
il y a de tels effets de surprise,
de tels changements constants de nuances de sensation

j’expérimente à nouveau cela depuis hier,
peut-être que désormais je suis prêt pour cela, pour vivre cela au long cours
la dernière que j’avais essayé, pas encore, je ne sais pas exactement pourquoi,
peut-être parce que je n’avais pas encore autant un accès libre à mes énergies,
que je n’étais pas encore capable d’en faire monter autant, aussi facilement

le corps semble parler au corps ainsi, nous, ne servant vraiment plus que d’intermédiaire,
on n’est plus guidé par la quête de la sensation directement,
on privilégie avant tout la perception du flux du désir dans la conduite de l’action,
faisant confiance à celui-ci pour éveiller toutes sortes de délices

cela n’a l’air de rien mais c’est un changement complet de paradigme,
je ne parle donc pas d’une improvisation complète où l’on se laisse aller à bouger n’importe comment,
le désir, plus que jamais, guide l’action,
on est à l’écoute, connecté au corps mais on ne recherche même plus les sensations,
on laisse juste tout venir, on se laisse aveuglément guider par le désir,
effet chapeau de prestidigitateur garanti,
de plus en plus de bestioles de toutes sortes, en sortant, se répandant dans ma chair