#39535
bzobzo
Participant

Tout d’abord j’aime tellement mes tenues fétiches que j’ai du mal à faire une session sans que ce soit avec l’aneros ou sans.

oui mais cela ne te permet pas de développer et de vivre au féminin ton plaisir, ton corps
et pourtant c’est à ce que tu aspires vraiment au fond de toi si je t’ai bien lu

Peut être que mon inconscient à peur de ne pas être excité sans ça

tu t’es conditionné comme cela, tu as tes déclencheurs avec, un rewiring bien spécifique par rapport à tes tenues fétiches
mais cela peut évoluer, rien n’est fixe, gravé dans le marbre dans ce domaine,
nous sommes comme une pâte à modeler, remodelable sexuellement à l’infini,
tu peux aussi développer parallèlement une autre pratique exclusivement centrée sur ce féminin que tu portes en toi
et qu’il y a moyen de développer d’une façon extraordinaire, sans limites,
tout est là en nous, pour le sentir ce corps à 100% au féminin, je peux te le certifier,
sentir tous tes organes fonctionner au féminin
et sentir aussi comme des organes de femme, seins, vagin, hanches larges, chute de reins
comme s’ils étaient plus vrai que les réels

mon fil, je l’ai arrêté parce qu’il me mangeait trop de temps,
j’aime écrire, j’aime ma pratique, la combinaison des deux,
rajoutait au plaisir ineffable des séances, le plaisir des mots, le plaisir des phrases

je pense être encore en mode yang alors que je n’attends qu’une chose, que mon côté yin s’exprime

je crois aussi mais tu peux le deviner cet univers tellement riche au fond de toi,
à quel point la chair pourrait s’épanouir au travers de lui,
à quel point la richesse du féminin pourrait t’irriguer, te colorer momentanément

Je verrai bien également enclenché mon mode yin e essayant d’avoir ces mouvements lent et langoureux du bassin

oui tout à fait, c’est une excellente technique pour commencer, pour éveiller des choses en soi,
notre bassin est tellement habité, peut l’être tellement de plus en plus

la moindre contraction, le moindre effleurement, le moindre mouvement avec,
cela se met à danser dans mon bassin, cela devient tellement doux, lascif,
tellement de courbes, d’arabesques dansantes

d’imaginer que je me fasse pénétrer par ma femme avec son gode ceinture, de sentir se gode s’enfoncer dans mon sexe.

cela par contre, ce n’est vraiment pas nécessaire, il faut laisser son imagination au vestiaire
mais ce n’est pas grave, non plus,
fantasmer t’apporte quelques moments de douceurs pour l’instant,
en attendant que tu sois capable de décoller sans aucun artifice,
rien qu’avec ce que ta chair à t’offrir , ce qui naît de ce terreau tellement insondablement riche

mais attention, ce n’est pas un parcours facile,
cela prendre du temps et ce n’est pas sûr que pour toi qui est marié,
ce sera une chose facile à faire admettre ou alors il faudra pratiquer en cachette
car le féminin s’exprimera fortement par moments durant les séances,
dans les attitudes, dans les gestes, dans les mouvements,
après une fois que la séance est finie, cela s’évanouit complètement, enfin chez moi
mais durant, je ne connais aucun tabous, je n’ai plus aucune frontière,
je me laisse totalement entraîné par le désir,
parfois mes gestes, mes mouvements, mes postures se féminisent fortement,
parfois pas, je n’y fais vraiment plus attention, je me laisse entraîner