#40615
bzobzo
Participant

je suis convaincu que le plus véridique dans la phrase est le mot ATTENTE comme l’indique bien souvent Andraneros et Bzo parce qu’il ne faut rien attendre mais c’est plus facile à dire qu’à faire

il ne faut pas se forcer,
l’erreur commune aux débutants, c’est qu’ils lisent ceci ou cela, ici ou ailleurs
et ils essaient d’appliquer la même chose à tout prix, aveuglément
c’est OK tant qu’on ne force pas d’expérimenter des tas de choses, je le fais constamment,
mais dès que c’est le cas, dès qu’on force,
on sera toujours à côté de la plaque, toujours, c’est une règle absolue

ne plus être dans l’attente, savoir se laisser aller, se laisser entraîner,
ce sont des choses qui ne s’apprennent pas,
à un moment donné, à force de s’exercer, il va y avoir une série de déclics
qui font qu’on va finir par savoir le faire de mieux en mieux
c’est donc quelque chose qu’il faut sentir en soi, c’est un mécanisme profond, transversal, instinctif,
que notre intellect ne peut pas commander, il ne peut pas nous en montrer la voie,
qui aussi, est indéfinissable par des mots pour expliquer exactement comment l’appliquer

la seule méthode, à mes yeux, c’est juste de s’exercer en mordant sur sa chique,
accumuler les heures de vol
et puis ne pas forcer, ne pas essayer d’être détendu, ne pas essayer de faire ceci ou cela,
juste être là et essayer de laisser faire le désir, essayer de laisser faire le corps,
juste lui donner des petits coups de pouce, faire des petits essais dans toutes les directions,
ne pas avoir des oeillères et s’obstiner dans la voie d’un conseil parce qu’on l’a lu ici ou là
sans tenir compte des réactions de notre corps, de l’approbation de notre ressenti

c’est le corps qui commande, c’est cela la clef,
essayer dans toutes les directions avec audace et écouter les réactions de son corps,
entourant les sensations de précurseurs, d’avant-garde, d’éclaireurs, d’escadrille
il nous envoie toutes sortes de signaux qu’il faut apprendre à reconnaître,
le corps nous murmure constamment, il cherche à établir la connexion avec nous,
c’est cette complicité à tout prix qu’il faut acquérir,
arriver à se mettre au diapason de sa chair