#40915
bzobzo
Participant

cela fait un certain temps, un temps certain, même
que l’idée de développer en parallèle à ma pratique actuelle,
un massage prostatique plus conventionnel,
me trotte dans la tête

pour rappel, j’ai commencé comme cela,
avec un masseur, allongé, en tête à tête uniquement avec ma prostate
et puis même si je n’ai pas du tout suivi le Traité d’Aneros à l’époque,
les résultats obtenus, étaient bien des orgasmes prostatiques, des super O, etc, etc.

aujourd’hui ce que je fais, n’a plus rien à voir avec tout cela
et le plaisir que je vis, non plus,
c’est quelque chose de totalement différent,
le mode yin est enfoui en chacun de nous et c’est tout un autre continent
avec un autre type de sensations, de jouissance, d’orgasme, de volupté,
on vit son corps radicalement autrement

mais j’ai envie de retrouver aussi donc le plaisir prostatique de mes débuts,
il y a des moments qui me manquent vraiment,
ces super O qui me faisaient tomber du lit tellement je me tordais dans tous les sens,
qui me faisaient encore continuer par terre, me cognant aux meubles,
j’étais couvert de bleus après mais qu’est-ce que c’était bon,
d’avoir été aussi loin, aussi fort, en roue libre, dans un orgasme hors normes
cela et puis dans un tout autre genre,
ces longues extases interminables, parfois plus de cinq minutes, tellement calmes, comme en eau profonde,
où il m’arrivait même régulièrement d’avoir des hallucinations tout à fait étonnantes

oui tout cela me manque quelque part, j’y pense avec nostalgie de temps à autre,
cependant s’il fallait choisir, je préfèrerai tout de même rester avec ce que j’ai maintenant
car le mode yin, il n’y a peut-être pas de super O, de ces longues extases,
parfois même il n’y a pas d’orgasmes du tout pendant des jours,
mais ce sont des sensations délicieuses, dès les premiers instants, dans tout le corps,
c’est vécu constamment comme si on se faisait l’amour, ça n’a pas de prix cela,
et puis cette sensation aussi, qui est tout le temps là, de complicité avec son corps, de communion avec lui,
et dans le bassin, celle du yin et du yang, entremêlés,
comme un noeud ineffable, un noyau multi-genre vibrant,
tout cela vaut tous les orgasmes du monde, c’est irremplaçable,
une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer

mais bon, encore une fois, s’il y avait moyen d’avoir les deux, ce serait encore mieux
mais c’est peut-être vouloir le beurre et l’argent du beurre,
avoir la maîtrise des deux pratiques, passer de l’un à l’autre , suivant son envie du moment,
pour l’instant, cela reste au stade du voeu pieux chez moi,
j’ai bien fait quelques essais en prostatique pur,
parfois avec des résultats très intéressants pourtant

le problème, c’est que le mode yin reprend possession de moi beaucoup trop facilement
dès que je me mets en mode plaisir, à la maison, c’est devenu comme une seconde nature
et dès que j’essaie de m’en éloigner systématiquement, plus de quelques secondes,
j’ai l’impression rapidement que tout mon corps est en train de suffoquer,
je sens comme un terrible vide en moi,
toute cette volupté qui m’envahit d’habitude dès les premiers instants, partout,
n’est plus là pour abreuver ma chair

aussitôt que je me remets en mode yin,
c’est comme un extraordinaire soulagement, dans tout mon être,
comme un poisson échoué sur la rive qui était en train de suffoquer pris de soubresauts,
je semble retrouver mon élément naturel, m’y réimmergeant avec délectation

toucher mes seins, les frôler un peu, me fait frissonner de partout,
toute ma peau est devenue tellement électrique,
resserrer les cuisses sur mes génitaux et onduler un peu du bassin,
envoie des ondes de volupté dans tout mon corps,
faire remonter une contraction, j’en ai tout de suite une pluie d’étoiles derrière les yeux
et la colonne vertébrale comme transformée en vibrations soyeuses,
à chaque contraction que je fais quasiment,
j’ai l’impression que mon âme est éjectée jusqu’au firmament

cependant j’ai décidé et je vais essayer de m’y tenir,
si je me met au lit, ce ne sera plus que pour m’exercer en massage prostatique,
plus de mode yin pour l’instant, sur le matelas, cela va me forcer un peu la main,
c’est une sorte de contrainte que je me suis fixé qui j’espère, portera ses fruits
et me fera progresser en massage prostatique aneroless

aneroless, oui uniquement
car remettre un de mes masseurs en service, cela tout de même, c’est hors de question,
au stade où j’en suis, je n’ai plus aucune envie de masseur, je ne veux plus avoir de corps étranger en moi,
juste moi et mon corps, en tête à tête, on est trop bien ainsi, intimité délicieuse, tellement sans limites,
pas de matériau entre nous, juste au plus près de ma chair, de mes nerfs, de mes humeurs, de mon sang,
comme fusionné à eux, comme immergé en eux