11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Articles
  • #40332
    mss
    Participant

    BOnjour,
    je cherche à pouvoir retarder l’éjaculation de mon partenaire ou à augmenter son plaisir lors de la masturbation.
    Mais je n’arrive pas trop à comprendre ou savoir sur quelle parte du périnée et à quel moment faire le geste qu convient;
    si vous avez conseils et suggestions je suis preneuse, aussi pour le edgning quest ce qui fonctionne en début de pratique pour controler et retarder l’orgasme de son partenaire quand cest un homme puis le sien.

    Merci beaucoup, je rentre un peu dans l’univers de l’exploration car lassée par des années de coit peu innovant 🙂

    #40401
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @mss et bienvenue sur notre forum !
    Nous sommes heureux de lire ce message qui traduit votre curiosité et votre envie d’aider votre partenaire à mieux vivre son plaisir en retardant son éjaculation.

    Mais je n’arrive pas trop à comprendre ou savoir sur quelle parte du périnée et à quel moment faire le geste qui convient;

    S’il s’agit bien d’appuyer sur le point à 1 million de dollars vous devez savoir que c’est un geste délicat, difficile à maîtriser et qui peut être douloureux pour le « bénéficiaire » lorsqu’il est mal fait. Ce geste demande un véritable apprentissage même quand l’homme le fait sur lui-même avec toute l’attention qu’il peut porter sur ses sensations. Je vous donne quelques références :

    http://www.allabouttantra.info/en/english/43-taoist-techiques-for-men (en anglais) (je ne partage pas les conclusions de l’article sur la réabsorption des éléments composant le sperme)
    https://www.netdoctor.co.uk/healthy-living/sex-life/a33655891/semen-retention/ (en anglais)
    Sans oublier bien sûr le livre de Mantak Chia L’énergie sexuelle masculine – L’homme multi-orgasmique

    Retarder son éjaculation et idéalement la contrôler répond plus à l’apprentissage d’un état d’esprit et d’un savoir être en même temps excité et détendu qu’à celui d’un simple geste. C’est un des résultats qu’on peut atteindre avec le « edging » si on se donne comme objectif d‘améliorer la perception de son plaisir et son intensité en faisant durer la stimulation et en en contrôlant l’intensité pour ne pas éjaculer.

    Après avoir essayé moi-même cette méthode il y a longtemps j’ai renonce. J’espère que d’autres participants du forum apporteront une réponse plus précise à votre demande. En attendant je vous souhaite de continuer vos explorations et de découvrir les trésors d’une sexualité ludique, curieuse et bienveillante.

    #40407
    mss
    Participant

    Merci beaucoup pour votre réponse et références, je vais bien lire tout cela et comprends bien l’approche et l’état d’esprt qu ne se résume pas aux gestes magiques!
    S vous avez quelques articles qui vous semblent plus inintéressants que d’autres sur le edging je suis preneuse
    POurquoi as tu renoncé à cette methode?
    Bien à toi,
    merci de ton écoute visuelle 🙂

    #40408
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    POurquoi as tu renoncé à cette methode?

    Je n’ai jamais réussi à vraiment bloquer mon éjaculation ainsi, au mieux à ruiner des orgasmes.

    Depuis, bien longtemps après, j’ai appris à jouir sans éjaculer mais dans un contexte et avec un état d’esprit totalement différent. C’est l’histoire de mon cheminement prostatique.

    #40434
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    On trouve une approche de la masturbation sans éjaculation libératoire dans le livre de Mantak Chia cité dans mon avant-dernier message. L’objectif de cette pratique est de faire monter le plaisir le plus près possible du point de non-retour sans le dépasser.

    Peu à peu on apprend à se détendre de plus en plus profondément au fur et à mesure que le plaisir monte. c’est très exactement le contraire de ce qu’on fait habituellement pendant une masturbation. Ainsi on apprend à vivre un plaisir sexuel de plus en plus intense sans aucune contraction éjaculatoire. Dans le meilleur des cas on fait l’expérience d’un plaisir qui va dépasser celui qui déclenche l’éjaculation sans aucune pression éjaculatoire. On peut le faire durer aussi longtemps qu’on le veut et le renouveler à volonté puisque sans éjaculation il n’y a plus de période réfractaire.

    Notre ami @epicture a présenté son expérience dans cette voie dans son fil de discussion L’énergie sexuelle masculine à lire en parallèle avec la seconde moitié de son autre fil de discussion Mon bonhomme de chemin.

    #40437
    mss
    Participant

    Merci beaucoup pour ta confiance et ton partage

    #40513
    aneveil
    Participant

    Bonjour mss,

    C’est un sujet très intéressant malheureusement trop souvent négligé car la masturbation est trop souvent considérée
    comme une sous-sexualité visant à se soulager le rapidement…

    La masturbation pratiquée comme un art (seul ou a deux) peut au contraire devenir très longue, intense en plaisirs et l’éjaculation n’est alors ni le but, ni le point culminant du plaisir. Peu d’hommes et encore moins de femmes le savent.La lecture de Mantak Chia et le fil de discussion L’énergie sexuelle masculine que conseille @Andraneros, sont de très bonnes lectures pour aborder cet art de la masturbation.

    je cherche à pouvoir retarder l’éjaculation de mon partenaire ou à augmenter son plaisir lors de la masturbation.
    Mais je n’arrive pas trop à comprendre ou savoir sur quelle parte du périnée et à quel moment faire le geste qu convient;

    Personnellement je n’ai jamais réussi à stopper une éjaculation avec cette technique.

    si vous avez conseils et suggestions je suis preneuse, aussi pour le edgning quest ce qui fonctionne en début de pratique pour controler et retarder l’orgasme de son partenaire quand cest un homme puis le sien.

    Pour moi les masturbateurs ont été une révolution et ce n’est pas pour rien que de nombreux sexologues les conseillent
    pour apprendre à maitriser son éjaculation ou bien traiter l’éjaculation précoce fréquente chez de jeunes hommes.

    Le plaisir procuré par un masturbateur peut être très intense, même sans éjaculer, du coup le corps comprends peu à peu l’intérêt de ne pas éjaculer afin de maintenir un très haut niveau de plaisir autant qu’on le voudra. Cela permet d’arrêter une cession qui a assez durée sans éjaculer tout en ayant fait le plein d’endorphines et sans se sentir frustré.
    Bien sûr il ne faut pas s’interdire d’éjaculer si on sent que l’on en a vraiment besoin.


    @Andraneros
    explique très bien cet art de la masturbation :

    Peu à peu on apprend à se détendre de plus en plus profondément au fur et à mesure que le plaisir monte. c’est très exactement le contraire de ce qu’on fait habituellement pendant une masturbation. Ainsi on apprend à vivre un plaisir sexuel de plus en plus intense sans aucune contraction éjaculatoire. Dans le meilleur des cas on fait l’expérience d’un plaisir qui va dépasser celui qui déclenche l’éjaculation sans aucune pression éjaculatoire. On peut le faire durer aussi longtemps qu’on le veut et le renouveler à volonté puisque sans éjaculation il n’y a plus de période réfractaire.

    La première fois que j’ai essayé un masturbateur, je n’ai pas pu me retenir plus d’une minute et demi tant la stimulation était intense et le réflexe éjaculatoire ancré.
    Puis avec le temps j’ai su faire concilier détente et plaisir intense de manière à pouvoir en profiter vraiment très longtemps,
    même avec un stimulation prostatique qui au début constitue une difficulté supplémentaire.

    Il est bon d’avoir plusieurs masturbateurs selon les envies (stimulation forte, moyenne ou légère)
    Je suis content des Tenga Air Tech “normal” et “strong” mais il y en a certainement beaucoup d’autres de très bien même dans les “vaginettes” réalistes…
    J’apprécie aussi beaucoup le “Fleshlight Quickshot Vantage” qui est transparent et ouvert au bout
    du coup il est très indiqué pour des jeux à deux car il permets aussi les fellations (surtout avec un gel maison bio fait à base de graines de lin).
    Sa stimulation est très douce mais avec l’habitude, le plaisir n’en est pas moins intense, c’est juste très différent des masturbateurs plus classiques.

    En couple cette nouvelle approche de la masturbation devient délicieuse quand ma compagne caresse mes nombreuses zones érogènes.
    Mes besoins sexuels étant plus importants que les siens, cela nous permets de trouver un équilibre.

    Le meilleur et le moins cher des gels se fait à partir de graines de lin que l’on fait bouillir 20 minutes dans une petite casserole,
    il se garde une semaine à 10 jours environ.

    #40514
    aneveil
    Participant

    Pour revenir sur le point du périnée, le fameux “point à 1 million de dollars” il est situé sur le périnée à 1,5 à 2cm de l’anus.
    Je vais préciser et nuancer ce que j’ai dit plus haut…
    Par rapport à mon expérience quand l’éjaculation est sur le point de se produire, il est généralement trop tard pour appuyer sur point.
    Par contre quand l’excitation se trouve trop haut et que ce niveau trop élevé peut nous empêcher de maitriser quoi que ce soit, ce point va permettre de faire
    redescendre l’excitation et l’érection peut parfois s’en trouver momentanément amoindrie, dans ce cas ce point fonctionne très bien.
    Mais quand l’éjaculation arrive c’est bien trop tard.
    Pour faire baisser le niveau d’excitation qui peut devenir non maitrisable, on peut aussi ralentir, s’arrêter un moment
    ou encore se cambrer ce qui aura pour effet de réduire le réflexe éjaculatoire en adoptant une attitude plus yin.

    #40521
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @aneveil. Je suis heureux de te retrouver sur notre forum après un an de silence.

    la masturbation est trop souvent considérée comme une sous-sexualité visant à se soulager le rapidement…
    La masturbation pratiquée comme un art (seul ou a deux) peut au contraire devenir très longue, intense en plaisirs et l’éjaculation n’est alors ni le but, ni le point culminant du plaisir. Peu d’hommes et encore moins de femmes le savent.

    Une des conséquences de mon cheminement prostatique a été de me conduire de la 1ère situation que tu mentionnes à la seconde. Je pense important de préciser que la récompense que m’a apportée cet apprentissage est complètement dissociée de toute notion de performance relative à la durée de la masturbation ou de la qualité de l’orgasme ou du volume de l’éjaculation. J’ai appris à vivre un plaisir bien plus intense pendant la masturbation qu’au moment de l’éjaculation, quand elle se produit par accident (ça m’arrive encore).

    Aujourd’hui ce plaisir pénien se double du plaisir prostatique, que je fais naître en même temps, et de nos premiers échanges « énergétiques » que nous commençons à vivre avec ma femme pendant nos sessions de masturbations mutuelles.


    @mss
    , si tu peux continuer à avancer avec ton partenaire dans l’exploration qui t’a poussée à ouvrir cette discussion, tu as la possibilité de lui faire découvrir, s’il accepte ta proposition, bien autre chose que 10 minutes de stimulation supplémentaire !

    Cela permet d’arrêter une cession qui a assez durée sans éjaculer tout en ayant fait le plein d’endorphines et sans se sentir frustré.

    C’est le trésor secret que nous fait découvrir l’exploration que nous faisons tant en mode prostatique qu’en mode masturbation contrôlée.

    Bien sûr il ne faut pas s’interdire d’éjaculer si on sent que l’on en a vraiment besoin.

    Je suis tout à fait d’accord.

    Le meilleur et le moins cher des gels se fait à partir de graines de lin que l’on fait bouillir 20 minutes dans une petite casserole, il se garde une semaine à 10 jours environ.


    @aneveil
    peux-tu préciser quelle est le meilleur rapport quantité d’eau / pois de graines selon ton expérience ?

    #40528
    aneveil
    Participant

    Merci pour l’accueil @Andraneros.
    Oui un an sans intervention sur le forum…
    Pour faire court mes besoins vitaux en matières de libertés ayant été pas mal piétinées depuis un an,
    je n’avais pas trop l’esprit à intervenir sur des sujets qui me semblaient relativement futiles…
    Peut être à tord, la sexualité étant un des derniers espaces de liberté encore capable de nous ressourcer.

    Pour le gel à base de graines de lin : deux cuillères à soupes de graines de lin doré bio (pas trop pleines) dans ma plus petite casserole,
    laisser bouillir 20 minutes (pas trop fort) en mélangeant de temps en temps afin d’éviter des endroits trop collants.
    Filtrer avec une petite passoire fine quand c’est encore chaud, laisser refroidir un peu avant de verser dans un
    récipient doseur à gel (l’Intimy 150ml est idéal)… ça réduit pas mal et au final j’obtiens environ 125-150 ml de très bon gel bio
    idéal pour les masturbateurs, très utilisable pour des pénétrations vaginales, mais trop fluide pour le massage prostatiques.

    Ce gel très lubrifiant ne tache absolument pas les draps, il a un bon goût végétal et ça peut aussi servir de gel pour les cheveux, ou pour des “gelées” alimentaires, desserts…
    Les proportions de graines ne sont pas très importantes car j’ai remarqué que le gel saturait toujours au même stade même si on augmentait la dose de graines.

    J’ai lu aussi qu’on pouvait le faire à froid à condition de moudre les graines avant car ça gélifie comme les graines de Chia, à essayer.

    On trouve pas mal de recettes de gels bio “home made”, certains avec conservateurs, Aloe-Vera, Gomme…
    ça vaudrait le coup d’ouvrir un sujet afin de présenter et tester différentes recettes.

    #40530
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bon après-midi @aneveil !
    Je comprends ton état d’esprit. J’espère que l’arrivée des vaccins nous permettra de reprendre une vie beaucoup plus “normale” au moins sur le plan économique.
    Je vais faire un test avec les graines de lin et je retiens ton idée pour le forum. Bon cheminement @aneveil.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.