• Ce sujet contient 68 réponses, 8 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzo, le il y a 2 mois.
9 sujets de 61 à 69 (sur un total de 69)
  • Auteur
    Articles
  • #40178
    bzo
    Participant

    D’ailleurs c’est surprenant ce plaisir: on a envie de le partager, d’en parler, tout le contraire du plaisir « classique masturbatoire », dans son coin…

    hé hé, tu as une petite idée maintenant pourquoi j’aime tellement venir m’épancher sur ce forum

    Et contrairement aux dernières années, je sens du plaisir, subtil mais bien là, lors que les muscles de relâchent. Après, cette sensation et ces petites contractions peuvent rester, diminuer, revenir, comme par elles mêmes, comme des surprises, rien d’attendu en soi. C’est très érotique, autonome. Et je ne pense à rien si ce n’est quelque chose du genre » c’est érotique ce corps qui s’érotise seul ». Même pas vraiment une pensée en fait, plutôt un ressenti sexuel.

    c’est très très bien tout cal, tu es dans le parfait état d’esprit pour l’aneroless,
    continue comme cela, tu vas voir, tu es sur une voie royale, là

    #41186
    Antoine
    Participant

    Chers prostatonautes,

    Mon bref rapport trimestriel, comme d’habitude 🙂

    Je suis toujours au même pouit, mais au moins je sais faire revenir ces minis effluves de plaisirs presque à chaque séance, j’en suis cintent, surtout après des années de presque rien.

    J’ai juste une question et demi: qu’est ce que cela veut dire « se lâcher » ? ON a du vous poser cent fois cette question , mais je suis sur qu’elle n’a pas les même réponses selon chacun. J’ai l’impression que c’est cela mon problème de fond. Meme si je ne force rien, j’ai l’impression que je dois attendre inconsciemment. Le plaisir naît de rien ? Quand cela marche au mieux pour moi, j’ai l’impression que mes mini vagues de plaisir naissent de rien, toujours au moment ou je suis presque à 100% relâché au niveau des muscles pubo-recteux-anaux, bref là où ça doit se passer. Bref, meme si je joue un peu avec mes muscle pour trigger la chose, le meilleur se passe toujours au oment de la relâche, puis après ça peut naitre de rien, mais que c est court et encore faiblard.

    J’attends des réponses toutes sauf techniques , mais sur le ressenti, le psychologique meme peut etre.

    UN mega merci !!

    Antoine

    #41188
    bzo
    Participant

    hello Antoine,

    d’abord, cela n’a rien à voir
    mais si tu cherches un jour un petit nom pour baptiser ton masseur,
    j’en ai un tout prêt pour toi: Cléopâtre,
    Antoine et Cléopâtre, pas mal, hein, très évocateur…

    trêve de plaisanterie, passons aux choses sérieuses,

    J’ai juste une question et demi: qu’est ce que cela veut dire « se lâcher » ? ON a du vous poser cent fois cette question , mais je suis sur qu’elle n’a pas les même réponses selon chacun. J’ai l’impression que c’est cela mon problème de fond.

    ah ha, oui, bien sûr, on a chacun, sinon une définition très différente,
    concrètement, en action, une mise en oeuvre, très certainement, fortement personnalisée, de ce concept

    cela dépend déjà de la manière dont tu pratiques,
    si tu suis à la lettre le Traité d’Aneros ou si tu t’en éloignes,
    voire comme moi, si tu as une façon totalement autre de pratiquer

    je ne parlerai que pour moi,
    pour moi, ce n’est en aucune façon associé à une volonté de se détendre, de rester calme,
    me détendre, rester calme, ne m’intéresse pas,
    pour moi, il s’agit de faire parler la passion, d’éveiller le désir, d’éveiller l’instinct

    en quelques mots, se lâcher pour moi,
    c’est ne plus réfléchir, c’est laisser parler son corps, laisser parler ses pulsions, laisser parler son instinct,
    rien de plus, rien de moins

    #41192
    Antoine
    Participant

    Bonjour,

    Cléopâtre, c’est beau et sensuel tiens. Why not ? Après j’ai plusieurs masseurs: helix trident, progasm Jr, eupho et Vice. Donc il faudrait d’autres noms.
    Du coup on voit que dans mon cheminement ce n’est pas le masseur qui me freine 🙂 Avec 4 différents, j’ai pas mal exploré cette piste.

    J’ai fait des progrès cette dernière année dans le sens où maintenant beaucoup de séances, je dirais 4 fois sur 5, sont plaisantes, j’en suis plutôt satisfait, érotiquement parlant.
    Pour revenir succinctement sur ma façon de pratiquer, je suis initialement dans une préparation proche de celle décrite dans le traité.

    Je suis allongé sur le dos ou en chien de fusil, et je décontracte bien tous mes muscles. Puis je me mets en mode « antenne » en m’érotisant, avec des images mentales, et je contracte légèrement les muscles PC ou ano-rectaux, puis je relâche.
    Puis dès que je sens des choses excitantes, je me concentre sur ces dernières et j’apprécie. Et à partir de là, j’ai tendance à vouloir bouger le bassin, à relever les jambes, ou courber le bassin. Je deviens moins passif, car j’aime bien sentir mon corps aller vers le plaisir de lui-même.

    Ce que j’ai remarqué, c’est que les sensations les plus plaisantes viennent dans les moments où je relâche vraiment à 100% les muscles périnéaux, et un peu après: il y a des sortes d’échos, totalement incontrôlés, qui s’imposent à moi. Et plus je me force à tout relâcher, plus ils peuvent être créés ex-nihilo, ce qui est étonnant et excitant. Mais ils ne durent pas et ne s’amplifient pas.
    Et j’ai l’impression que c’est précisément là ou je stagne maintenant: je sens qui si je me  » lâchais  » plus, ces échos seraient amplifiés.

    C’est un peu comme si il y avait toujours, même si il est moins opaque qu’il y a un an, un voile, mental sans doute, qui empêche les vaguelettes de devenir des vagues. Qui ne permet pas au plaisir vécu de devenir « pur », « sublime ». Mon mental doit être encore trop déconnecté de mon corps.

    Antoine

    #41197
    bzo
    Participant

    hum, se lâcher et se relâcher, dans mon esprit, ne sont pas du tout la même chose,
    tu veux te lâcher ou te relâcher?

    moi, je me lâche, tout mon travail depuis des années, à consister en partie de cela,
    parvenir à me lâcher de plus en plus

    mais je ne crois pas qu’on attribue le même sens à ce verbe,
    pour moi, ici, tu commence à te lâcher:

    Et à partir de là, j’ai tendance à vouloir bouger le bassin, à relever les jambes, ou courber le bassin. Je deviens moins passif, car j’aime bien sentir mon corps aller vers le plaisir de lui-même.

    ça, pour moi, c’est se lâcher et pour moi, c’est la piste que tu devrais suivre
    mais bien sûr, mon avis est totalement subjectif

    tu t’essaies essentiellement dans la manière du Traité, donc je ne me sens pas qualifier pour te donner des conseils précis,
    tout ce que je peux encore ajouter, c’est que cela ne convient pas à tout le monde
    et qu’il y a au moins 10000 autre manières de parvenir au plaisir prostatique,
    personnellement, si je restai aussi longtemps à stagner dans une direction,
    cela fait longtemps que j’essaierai différemment

    je sais qu’on lit par ici des exemples de personnes qui après des années de traversée du désert,
    y parviennent peu à peu
    mais pour moi, ce sont les exceptions à la règle,
    la très grande majorité de ceux chez qui le plaisir prostatique, n’est pas au rendez-vous,
    finissent par abandonner et on n’entend plus parler d’eux

    probablement même que ceux qui réussissent dans des délais raisonnables
    et les quelques uns qui s’y ajoutent, après avoir persisté pendant une très longue période,
    sont les exceptions,
    que la majorité n’y parvient pas
    parce que le plaisir prostatique n’est pas évident,
    il faut être réaliste,
    pas à proprement parler, difficile, juste pas évident au début

    d’abord, il y a ceux qui ne parviennent pas à surmonter leurs tabous
    et puis il y a ceux qui n’ont pas la patience, ne parviennent pas à se lâcher,
    intellectualisent trop, pensent tous leurs gestes et mouvements,
    enfin, cent mille raisons qui font qu’il est plus facile d’échouer que de réussir

    tout cela pour dire, qu’apparemment , tu fais partie de l catégorie de ceux qui persistent
    et encore persistent malgré des résultats plutôt décevant,
    personnellement, je ne peux que te recommander d’essayer dans d’autres directions,

    par exemple, ce que j’ai relevé déjà en commançant:

    Et à partir de là, j’ai tendance à vouloir bouger le bassin, à relever les jambes, ou courber le bassin. Je deviens moins passif, car j’aime bien sentir mon corps aller vers le plaisir de lui-même.

    pour moi, ici, c’est ton corps, c’est ton désir qui parlent, tu devrais essayer de les laisser s’exprimer aussi librement que possible

    bien d’autres pistes, avec vibrations, par exemple, le Vice 2,
    certains obtiennent des résultats spectaculaires avec un Wand,
    etc, etc

    #41201
    Antoine
    Participant

    Bonjour,

    C’est vrai que je suis quand même un galérien de la prostate. Peu importe les raisons, je suis loin d’être un cas général, mais plutôt un cas pathologique.
    Pourquoi je continue ad infinitum même si mes résultats sont bien plus lents que la moyenne ? Hé bien parce que je conçois ce qu’il peut y avoir à la clef.
    Bzo, je suis absolument certain que l’on ne peut pas écrire tant de choses passionnées sur quelque chose si cette dernière n’en vaut pas le coup.
    Je parle de tes journaux sur ce même forum, que je lis.

    Je vais tenter un chemin différent: je vais me prendre le N’joy pure wand. Je vous teindrais au courant évidemment.

    Bonne journée à toutes et à tous.

    Antoine

    #41203
    bzo
    Participant

    oui, cela en vaut la peine, cent mille fois, oui,
    on a un trésor en nous, un trésor extraordinaire en nous,
    des possibilités d’exploration et de découverte de soi-même, illimitées,
    des zones en nous qui ne paraissent, plus en nous,
    cela devient très singulier, mystérieux même, sérieusement, par moments

    oui, cela vaut la peine de tenir, de persister,
    tu as déjà des résultats, quelque chose s’est éveillé
    mais cela bloque, cela ne veut plus progresser apparemment,
    je ne peux que réitérer mon conseil, essayer dans une autre direction, diversifier

    c’est aussi très mystérieux, parfois, les raisons pour lesquelles on ne progresse plus,
    il suffit parfois d’un chouia pour débloquer la situation,
    je crois vraiment qu’essayer autrement, augmentera sérieusement tes chances

    #41395
    Antoine
    Participant

    Bonsoir,

    Hier soir, je ne me sentais pas fatigué (pour une fois), et j’ai soudain eu envie de me faire une séance, et j’ai choisi l’eupho, car j’avais envie de le re-tester, je l’ai moins pratiqué que l’hélix. Il est super subtil et comme j’arrive bouger plein de groupes de muscles différents, je le trouve très surprenant ! Et pour cause…

    Spoiler alert: je crois bien avoir eu un bon mini-o 🙂 plus fort et réel que les quelques anciens probables.
    Bon sang, que c’était bon ! Je me massais dans le noir, je me sentais érotique, en mode « féminin », je me prenais moi même. Puis au bout d’un petit quart d’heure mon coeur s’est mis à battre la chamade, puis j’ai ressenti comme une sensation d’emprise sur moi même, une sorte de plaisir très diffus qui partait de ma prostate, un plaisir à la fois sexuel et très différent, étonnant, délicieux.
    C’est fou comme mon coeur s’est mis à battre, j’ai commencé à serrer mes mains, recroqueviller les orteils. Et c’est monté doucement, puis ca a duré une bonne minute, peut-être deux…

    Je crois que la différence, maintenant, c’est qu’à force de pratiquer (c’est pas comme si ça ne faisait pas des années que je pratique…), je suis enfin en train de « m’ouvrir », de faire des séances parce que j’aime mon corps et ce qu’il peut ressentir. Pas évident à expliquer.

    Une dernière chose: la nuit qui a suivi, j’ai rêvé que j’étais une femme, et que je faisais l’amour avec une autre femme. Je ne voyais que nos corps, et je SENTAIS ( et voyais aussi d’ailleurs) mon vagin, mon clitoris, mes seins. C’était sublime.

    Merci à tous. Je crois que je progresse là, à ma manière 🙂

    Antoine

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois par Antoine.
    #41398
    bzo
    Participant

    hé hé, encore un qui est attiré par le yin en lui
    irrésistiblement, comme par un aimant

    là, clairement des choses se sont passées,
    ne te laisse pas trop envahir par l’enthousiasme avant la prochaine séance,
    tu risques d’être déçu car tu seras alors trop dans l’attente

    essaie de reproduire la recette qui a fonctionné ici pour toi
    mais là encore, sans essayer de trop copier,
    reste bien détendu, ouvert

    je suis enfin en train de « m’ouvrir », de faire des séances parce que j’aime mon corps et ce qu’il peut ressentir. Pas évident à expliquer.

    oui voilà, rechercher la complicité, la communion avec son corps, c’est la recette gagnante,
    c’est la voie du yin, c’est la voie de l’enlacement, de l’épanouissement dans l’instant,
    ce sont les vagues de volupté qui se suivent à la queue leu leu

    j’ai rêvé que j’étais une femme, et que je faisais l’amour avec une autre femme. Je ne voyais que nos corps, et je SENTAIS ( et voyais aussi d’ailleurs) mon vagin, mon clitoris, mes seins. C’était sublime.

    personnellement je n’ai pas trop ce genre de fantasme,
    par contre je vis le yin et le yang s’entremêlant intimement dans mon corps,
    et dans ces moments, je sens un vagin entre mes cuisses, il me parait totalement réel
    et je le sens empli par une autre partie de moi-même sous forme d’un sexe bien dur,
    c’est le moment androgyne, sensation de plénitude dans l’instant,
    d’épanouissement total de la chair

    si tu pouvais enfin être récompensé de tous tes efforts,
    ce serait fantastique, je te le souhaite de tout coeur,
    il n’y a rien de plus gratifiant pour une personne que sa chair qui s’épanouit dans le plaisir

9 sujets de 61 à 69 (sur un total de 69)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.