14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Articles
  • #44968
    RomPat33
    Participant

    Partages et échanges autour des experience de @bzo : une vie orgasmique où le féminin et le masculin s’unissent dans un même corps.

    #44976
    bzo
    Participant

    je voulais revenir sur un point que tu as soulevé à un moment donné,

    s’il fallait faire des contractions volontaires ou pas,

    si on agissait en quelque sorte

    ou que cela venait tout seul sans qu’on effectue volontairement quoi que ce soit

     

    dans ma pratique à moi, donc, éloignée du Traité

    et encore plus éloignée de la technique, dite du “do nothing”

    qui est plus une forme de méditation à but sexuel,

    où ‘on se détend, on se relaxe, on ne fait pas grand chose, en apparence

    sinon se mettre dans un certain état d’esprit, on se concentre sur son corps,

    peut-être de temps à autre, une contraction volontaire, légère

    et ainsi on se place dans des conditions

    où l’on peut dialoguer avec  sa chair, centré sur sa prostate, chipotant un peu les tétons

    et ainsi, déclencher les contractions involontaires, puis les orgasmes

     

    mais ce n’est pas la seule façon de faire,

    moi, j’ai toujours eu une technique active, même durant les deux années où j’ai pratiqué avec masseur

    et uniquement avec la prostate,

    jamais eu aucune contraction involontaire sérieuse

    mais le plaisir était bien là, oh combien

     

    contraction volontaire mais pas pensée,

    on ne se dirige pas avec son intellect,

    celui-ci s’efface complètement pour laisser place au désir, à l’instinct, au ressenti comme radar

     

    pour moi, le lien ne peut s’établir que dans ces conditions,

    si l’intellect, la pensée, s’effacent,

    alors notre cerveau sert uniquement de relai, d’intermédiaire, en quelque sorte,

    un terrain de jeu vient prendre  la place

    mais c’est véritablement , le corps qui se dirige tout seul

     

    on pourrait réduire cela, en simplifiant,  au terme,  d’automatisme, aussi , sans doute,

    tu ne penses pas chacun de tes gestes, quand tu diriges ta main vers la tasse de thé,

    tu vois la tasse, tu as envie du breuvage chaud ,

    quelque part, l’ordre est lancé mais pas pensé, pas réfléchi

     

    dans le sexe avec partenaire, là non plus,

    tu ne penses pas chaque geste, chaque mouvement,

    au contraire, c’est le moment de se lâcher,  de se laisser emporter par le désir,

    eh bien, dans ma façon de pratiquer,

    il faut arriver à cela,

    mettre de tels automatismes élaborés, en place,

    que cela semble fonctionner tout seul,

    ton intellect est au repos, tu te sers de ton ressenti, de ton désir, de tes pulsions,

    de toutes les informations qui montent et qui semblent traitées spontanément, automatiquement

    cela semble être un pilotage automatique, mais mené  par le désir, par le ressenti

     

    ne pas se sentir freiné, s’arrêter même complètement,

    parce qu’à un moment donné, on perçoit qu’un geste qu’on effectue devient de plus en plus féminin,

    que nos hanches semblent prendre des allures dansantes, pas très masculines

    mais on se lâche encore plus, on continue, on se laisse entrainer par le désir,

    on fait fi des tabous, des frontières de la masculinité

    et on arrive dans ces territoires en nous

    qui appartiennent au plaisir au féminin

    #44978
    RomPat33
    Participant

    Oui c’est bien de préciser ça @bzo.

    je l’avais compris comme cela mais ces explications ne laissent pas de place au doute. C’est le corps qui fait pas la tête.
    C’est le geste spontané et naturel qui vient mais dans du cerveau. Même si on sens quelques dixième de secondes avant l’impulsion du mouvement dans la tête. Et on se dit, c’est moi qui fait ça mais non le « je suis là tête pensante » dois rester silencieux dans l’observation et le laisser faire.
    Des fois durant des moments forts je l’entends qui juge se qui se passe et qui réduit la spontanéité de  l’expérience. Du genre :  « c’est n’importe quoi tu n’y arriveras jamais, tu as l’air ridicule ! »

    c’est pénible !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par RomPat33.
    #44983
    bzo
    Participant

    Des fois durant des moments forts je l’entends qui juge se qui se passe et qui réduit la spontanéité de  l’expérience. Du genre :  « c’est n’importe quoi tu n’y arriveras jamais, tu as l’air ridicule ! »

    c’est pénible !

    oui effectivement, cela arrive

     

    quand parfois pendant de longues minutes, je reste, la tête et le corps complètement unis,

    mené par le ressenti, le désir, les sensations,

    c’est très frappant, soudainement, d’avoir comme une petit voix dans ma tête,

    c’est l’intellect, pour une raison ou une autre, qui s’est remis en route

     

    cette petite voix, sans doute, au début, quand les sensations ne sont pas encore suffisamment développées,

    elle prend plus de place, voire toute la place

    et on a du mal à la distinguer, de ce qui montent comme informations de notre corps

     

    une grande partie de notre apprentissage à consiste en cela,

    notre intellect, qui est une chose merveilleuse,

    un de nos plus grands et plus puissants outils

    mais qui aussi, peut travailler contre nous,

    qui accepte difficilement de laisser les commandes,

    une grande partie de l’apprentissage, donc,

    consiste à apprendre à ne plus s’en servir,

    à se faire qu’elle accepte de ne plus être aux commandes

    et qu’elle s’efface complètement, le temps de l’action

     

    elle peut travailler contre nous, semer de la confusion,

    rendre inaudible les signaux montant du corps,

    pire, prendre leurs apparences,

    nous envoyer des instructions mensongères,

    nous injecter du découragement, une sensation d’impuissance,

     

    une fois que tu parviens à bien suivre le filet des signaux qui montent,

    il ne faut plus le lâcher, essayer de faire qu’il soit omniprésent

    et de ne suivre que lui,

    c’est un mince filet par moments,

    par moments, c’est un torrent de montagne aux eaux cristallines et lumineuses,

    à d’autres, c’est un immense et large fleuve aux eaux lentes  et majestueuses,

    c’est ce que j’appelle la voix du corps, par opposition à la voix de mon intellect,

    il est beaucoup plus fragile, c’est un colosse aux pieds d’argile

    et il peut s’écrouler à tout moment

    malgré l’extraordinaire intensité de sensations de jouissance et de volupté qu’il peut charrier avec lui

     

    il faut donc toujours bien rester centrer sur lui

    et reconnaitre le plus vite possible le parasitage, assez constant tenté par l’intellect par moments

    et ne pas y faire attention,

    il ne faut pas essayer de combattre ces messages, de les bloquer,

    déjà là, ils ont gagné, momentanément

    car tu leur accordes de l’attention,

    la seule façon efficace de les vaincre , c’est de les identifier et les ignorer,

    faire comme si de rien n’était, continuer comme si de rien n’était,

    même s’ils ont réussis momentanément leur coup, de parasiter le flux montant,

    même s’ils ont réussi momentanément de placer des nuages devant le soleil des profondeurs,

    il faut faire comme si de rien n’était, continuer comme si de rien n’était

    car la seule façon de restaurer le flux des sensations, le flux des signaux montant,

    c’est de ne pas dévier du flux de l’action,

    du flux de la spontanéité,

    ainsi, le lien avec le corps, sera rétabli, plus ou moins rapidement

     

    fluidité est un maître mot,

    fluidité, écoute, lâcher prise, ouverture, céder, souplesse,

    accepter le féminin comme le masculin

    #44984
    RomPat33
    Participant

    C’est très clair ! 👍

    #44985
    bzo
    Participant

    tant mieux, alors,

    j’essaie de décrire tout cela, le plus précisément, comme je le vis,

    c’est la seule façon, pour moi, de raconter quelque chose de vrai, de vécu,

    comment cela se passe dans ma tête et dans mon corps,

    en espérant que cela que cela fait sens, aussi pour quelqu’un d’autre,

    que mes images sont suffisamment parlantes pour d’autres

     

     

    #44988
    RomPat33
    Participant

     

    Aujourd’hui c’est le jour du commencement, le jour où j’ai décidé de suivre le chemin orgasmique de @bzo
    Il a fait un manuel, une esquisse sur son chemin et comment il est parvenu à un tel degré de jouissance orgasmique, un savant mélange entre son masculin et son féminin…
    Ce manuel se trouve ici : Esquisses, brouillons, pour un futur manuel sur le plaisir en mode yin
    Et aujourd’hui c’est moi le jeune débutant tout nu sur son lit, parti a l’encontre et à l’écoute de son corps pour y découvrir ses trésors cachés.

    J’ai lu et relu les consignes :
    ⁃ ne pas toucher ses parties géniales, juste quelques frottements avec ses cuisses tout au plus
    ⁃ Sentir son désir et le laisser prendre le dessus sur tout le reste
    ⁃ Un mental pensant silencieux qui laisse sa place au corps
    ⁃ Abandonner ses préjugés car il y a le côté féminin à accepter et exprimer
    ⁃ Caresser tout son corps du bout des doigts pour l’éveiller

    Je prends la position sur le dos avec les jambes en losange, pied contre pied.
    Je focus sur la zone périnée.
    Je caresse mon corps et deja le désir, les picotements commencent dans le bas ventre.
    Il semblerait que mon périnée veuille se contracter, alors les jambes sembles remontées par petits sursauts. Cela contract les muscles autour de la prostate et je sens le plaisir grandir, mes jambes commencent à trembler. J’ai cru comprendre en lisant le forum que cela est le résultat de l’excitation et de l’éveil de la prostate.
    Entre les jambes, ça brûle.
    Je caresse mes tétons et je sens le lien évident avec ma prostate.
    Le plaisir est là mais ça ne va pas plus haut, il y a comme une sorte de blocage, il manque du lâcher prise ??
    Je sais pas mais c’est comme si les portes ne s’étaient pas ouverte.
    Alors je stoppe, je me relaxe, je me sens quand même bien car l’eveil de cette prostate c’est très agréable.

    #44989
    bzo
    Participant

    ne suis pas trop à la lettre, quand même,

    on est tous différents, chacun a ses clefs propres,

    je te propose des pistes mais ta voie sera unique,

    sera la tienne, vraiment, délivrant toute sa richesse et sa puissance,

    quand tu auras mis au jour tes singularités

    et que tu sauras les embrasser sans retenue,

    tout en respectant certaines règles de base

     

    Le plaisir est là mais ça ne va pas plus haut, il y a comme une sorte de blocage, il manque du lâcher prise ??

    tu es un débutant, ne attends pas à ce que tout soit là dès le début,

    quelques uns ont cette chance, pour ainsi-dire, d’être tombé dans la marmite de potion magique

    et tout leur est facile,

    le premier jour, ils orgasment déjà comme des fous

    mais ils sont les exceptions

     

    l’important, ici, c’est qu’il y a des choses qui se passent, que tu as passé un bon moment,

    que tu es content de ce que tu as vécu,

    à chaque séance, tu apprendras des choses, cela pourra aller mieux,

    il y aura des rechutes, c’est normal, aussi,

    c’est dans l’ordre des choses,

    la consistance, la constance, viendront avec le temps

     

    Je caresse mes tétons

    ne te restreins pas qu’aux tétons,

    laisse tes doigts partir en balade, un peu partout

    mais rien qu’avec les bouts des doigts , des effleurements,

    dans un premier temps,

    ainsi, il y a moyen d’obtenir un dialogue entre la prostate et le reste du corps,

    une conversation langoureuse, érotique, s’engage dont tu seras le bénéficiaire,

    ainsi, il y a un équilibre qui est respecté

    et il n’y a pas le risque de souffler trop fort sur des brindilles en flammes, encore faiblement

     

    Le plaisir est là mais ça ne va pas plus haut, il y a comme une sorte de blocage, il manque du lâcher prise ??

    peut-être, à ce stade, beaucoup de choses peuvent en être la cause,

    ta prostate doit être encore rewiré, n’oublie pas,

    pas sur que tu arrives à faire monter les énergies comme il faut, aussi

     

    les mots clefs, à ce stade, sont écoute du corps, encore et toujours,

    ne pas réfléchir, essayer d’acquérir cette spontanéité,

    qui n’en est pas vraiment une,

    puisqu’on est plutôt piloté par le désir, l’instinct, le ressenti

    et puis surtout patience, patience et encore patience

     

    humilité, aussi,

    il faut devenir humble et accepter qu’ici nous ne pouvons pas avancer à la vitesse qu’on voudrait,

    que toute notre intelligence et notre ingénuité, n’y peuvent rien,

    on ne peut pas tricher, faire avancer plus vite les choses avec des trucs,

    il faut établir un lien avec son corps, réveiller sa prostate

    et cela, sont des taches qui requièrent, de la patience, de la persistance, de l’humilité

    mais aussi de l’audace et de la curiosité

    #44990
    RomPat33
    Participant

    Merci pour tes précieux conseils @bzo

    effectivement je sais que c’est un long chemin.
    Et d’ailleurs je n’en suis pas à mes débuts sur la question orgasm prostatique.
    J’ai commencé il y a 2 ans et demi mais pas de vibro. J’ai recherché au début une approche plus « spirituelle, tantric… »
    Respiration circulaire, respiration wim hof, la méthode du do nothing, visualisation et tout et tout.

    il y a eut de belles expérience mais rien d’orgasmique a part une fois, je te raconterai si tu veux, mais c’était plutôt lié à la kundalini.

    j’ai entamé aussi un voyage de semen retention que je continu sur des périodes de 15-20 jours max.

    Après je me suis entretenu avec JediMindChick c’est une fille américaine qui jouie à volonté sans toucher, ni contraction. Elle m’a expliqué le cheminement qu’on retrouve un peu chez toi @bzo mais elle n’avait aucune expérience masculine donc pas adapté à moi.

    j’ai compris une chose c’est que le voyage doit être un réel plaisir, un reviens-y sinon tu ne dure pas sur la distance. Et ça je l’ai bien vu chez toi @bzo

    alors oui, l’impression que j’ai va dans le sens de tes remarques, il faut continuer à souffler sur le désir et le plaisir. Le moins mécanique et théorique possible…

    #44991
    bzo
    Participant

    juste, considère mes conseils comme des indications générales,

    que cela ne t’enferme pas dans un cadre rigide,

    essaie avant tout de suivre ton instinct, ton désir,

    ils sont là, à tous les instants, en toi, quelque part dans ta chair,

    faut juste apprendre à les écouter,

    ils te mèneront bien mieux que mes conseils

    #44993
    RomPat33
    Participant

    <hr />

    Ben oui mais c’est bien là la difficulté , j’ai perdu l’habitude d’écouter de faire confiance à mon corps.

    Petite question mister @bzo, toi tu as connu ces sensations d’énergie bloquée qui semblait s’enflammer mais ne pas décoller ? Comme si c’était bouché ou endormi ?

    Avec un Aneros tu as mis du temps avant que la prostate ne s’éveille vraiment ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par RomPat33.
    #44997
    bzo
    Participant

    Ben oui mais c’est bien là la difficulté , j’ai perdu l’habitude d’écouter de faire confiance à mon corps.

    tu n’es pas seul, cela va avec notre mode de vie,

    les contrecoups de la civilisation, de nos appartements bourrés d’électronique,

    éloigné que autant possible, de la nature,

    notre corps n’est plus qu’un véhicule anonyme,

    qu’on répare, qu’on entretient, qu’on emmène au service, dont on essaie de booster le moteur,

    il ne nous sert plus d’ouverture vers le monde, vers l’autre, vers l’inconnu,

    vers nous-même

     

    retrouver le lien à son corps, est un de nos grands défis,

    ici, dans un contexte sexuel

    mais cela peut être un point de départ ou pas,

    vers une ouverture sur la nature, au monde, différemment

    que ce que propose internet, les voitures, les avions,

    un rapport plus intimiste mais en même temps tellurique,

    en même temps, très animal mais aussi quasi mystique, métaphysique

     

    il n’y a pas d’autre recette que creuser en soi, creuser au hasard, à l’aveugle

    car quand on essaie d’être en face à face avec sa chair,

    de provoquer des réactions de sa part,

    tous les conseils, tout ce qu’on peut lire, semblent loin, semblent peu de choses,

    face à la grande muette que peut être notre corps

     

    si j’ai voulu te prévenir dans mes dernières réponses de t’écouter avant tout, toi-même,

    c’est parce qu’il n’existe aucune recette miracle,

    ce qui peut fonctionner pour l’un, peut ne pas du tout fonctionner pour un autre,

    le Traité d’Aneros a le mérite de proposer quelque chose de générique dans le massage prostatique

    qui fonctionne chez pas mal de gens,

    moi, je suis parti sur une toute autre voie,

    cela a  fonctionné pour certains qui ont entrepris quelque chose de similaire

    mais aucune garantie, vraiment aucune garantie

     

    toi tu as connu ces sensations d’énergie bloquée qui semblait s’enflammer mais ne pas décoller ? Comme si c’était bouché ou endormi ?

    bien sur, tous, nous avons tous connu cela, à certains stades de notre évolution,

    il faut en passer par là, c’est frustrant et cela challenge notre patience,

    quelque part , c’est comme si tu étais perdu dans un labyrinthe et que tu tournes en rond,

    il faut tourner et encore tourner, c’est la seule recette,

    jusqu’à ce que tu tombes sur la sortie

     

    Avec un Aneros tu as mis du temps avant que la prostate ne s’éveille vraiment ?

     

    alors, cela dépend de ce que tu appelles , éveillé,

    des sensations , on commencé rapidement, dès que j’ai laissé tomber d’essayer de suivre le Traité

    et fais des contactions , un peu n’importe comment, sans réfléchir à ce que je fais,

    après, les premières sensations sérieuses, où on se sent vraiment emporté,

    les premières semaines, cela démarrait systématiquement après 45mn,

    je faisais des séances très très longues, 2 à 3 heures, en moyenne

     

    après le délai a commencé à diminuer,

    une fois que j’étais bien engagé, j’avais un orgasme dès l’insertion du masseur, c’était systématique,

    je l’appelais mon orgasme de bienvenue,

    cela démarrait directement

    là, depuis, on pourrait dire, que ma prostate est totalement éveillée, réactive dès le premier instant de sollicitation

     

    cependant, gros bémol, j’ai déjà relaté récemment que même si ma prostate est totalement disponible, à pleine puissance,

    elle a perdu l’habitude de fonctionner en solo,

    uniquement en  coordination avec mes génitaux, mon anus,

    je dois repasser par une sorte de rewiring pour la réhabitué à fonctionner toute seule,

    je n’ai pas encore trouvé le temps et la patience, pour le faire,

    le problème, c’est qu’il m’est trop facile de basculer en mode yin

    où le plaisir est immédiat, dans tout le corps et juste irrésistible

    #44999
    RomPat33
    Participant

    Mais pourquoi revenir en arrière ?

    si c’est mieux à 2 ou à 3 quel intérêt de revenir à 1 unique ?

    j’ai jamais tenté un vibromasseur prostatique car mon épouse ne comprendrait pas et j’ai pas envie de faire ça dans son dos.

    Alors je vais continuer plusieurs fois par jour des petits moments de contraction, de lâcher prise, de caresse sur tout le corps et nous verront bien ce qui en sort…

    Oui, le plaisir sexuel n’est pour moi qu’une porte d’ouverture vers de beaucoup plus grands secrets cachés dans le corps. Satprem explique que cette énergie (sexuelle disons, en Inde il l’appel Shakti) qui monte fini par toucher le plafond (lequel je ne sais pas) et alors l’énergie redescend tel la foudre qui  pilonne son corps  jour et nuit pour le transformer (en quoi ? on ne sait pas encore). Pour lui, cette puissance qu’il appel «Agni » permet au corps de passer à la prochaine étape de son évolution (comme le poisson et devenu mammifère).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par RomPat33.
    #45001
    bzo
    Participant

    Mais pourquoi revenir en arrière ?

    ce n’est pas revenir en arrière, c’est ajouter une corde à son arc, une corde fabuleuse

     

    les orgasmes prostatiques me manquent malgré tout, leur extraordinaire diversité

    si je peux associer les deux types de pratiques, enfin les alterner,

    ce sera parfait,

    là, il manque quelque chose, malgré tout

     

    mais je devais choisir entre les deux pratiques, je reste avec celle que j’ai développée

    mais je vais essayer d’avoir les deux cordes à mon arc des délices

     

    j’ai jamais tenté un vibromasseur prostatique car mon épouse ne comprendrait pas et j’ai pas envie de faire ça dans son dos.

    il y en a qui obtienne des résultats avec

    mais bon, ce n’est pas la même chose,

    il n’y a pas la même qualité de sensations et d’orgasmes

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.